2015, mais toujours pas d’Hoverboard. Trente ans après la sortie du premier volet de la trilogie Retour vers le futur, cette saga tient encore une place particulière dans le cœur de nombreux nostalgiques. Le 13 juin dernier, au Palais des Congrès de Paris, le film était projeté avec un orchestre symphonique de quatre-vingts musiciens interprétant la bande originale.
« J’adorais ce film, car il était drôle, très fin, proposant une réflexion sur l’avenir de la société américaine des années 80. Ce film est hyper optimiste puisque le héros change le cours de l’histoire, il ne vivra pas comme ses parents, c’est l’inverse d’une tragédie », explique Nathalie qui a vu Retour vers le futur au cinéma à l’âge de 14 ans.
« C’est impressionnant tout ce qu’ils avaient inventé à l’époque et qui existe aujourd’hui : les imprimantes à la maison, la météo presque à la minute près, les tablettes tactiles… ». En ces quelques mots de Charlotte, 24 ans, réside l’une des clés du succès de Retour vers le futur. Les années 80 de Ronald Reagan respiraient l’insouciance et l’espoir de jours meilleurs. Les voitures volantes ou les Nike autolassantes étaient autant d’inventions qui paraissaient réalisables en 2015. « C’était magique, avant-gardiste, ça faisait rêver » résume une ancienne admiratrice qui avait économisé pour voir le premier volet à sa sortie.
« Mon père est allé voir le film au Grand Rex. À l’époque, on pouvait fumer dans la salle alors ils se sont complètement défoncés puis sont restés voir le film dans la salle quatre fois » raconte Mathilde, 19 ans, amusée par le contraste entre son « papa » et « cette réplique parfaite de Marty McFly avec un teddy et un jean un peu trop court ».
« J’avais une dizaine d’années à l’époque de la sortie du premier opus. Après l’avoir vu j’ai eu une discussion passionnante jusqu’à pas d’heure avec mon père, lui-même scientifique, au sujet du paradoxe temporel. Je m’en souviens encore parfaitement ». Yan est le webmaster de rvlf.fr, site consacré à la saga. Si la mémoire du film traverse autant d’années que nos deux héros ont traversé d’époques c’est grâce à l’efficace thème du film. Qui ne rêverait pas de posséder la célèbre DeLorean qui permettait le voyage dans le temps ?
Des coiffes, des princes et du charleston
Personne, à en croire ces jeunes qui se sont prêtés au jeu de choisir une époque où ils souhaiteraient se rendre si ils avaient le pouvoir de Hiro Nakamura comme le rappe Soprano. « L’époque des princesses avec des coiffes, c’est mon rêve. Jeter mon mouchoir à un chevalier qui se serait battu pour moi, voir le couronnement de Charlemagne ou suivre Lancelot dans ses péripéties » récite Sivane, inspirée. Le choix d’Éléonore s’est sans doute fait à la suite d’un prime de Danse avec les stars : « J’irais dans les années 20 pour le Charleston. Je danse comme un biscuit, mais j’aime le culte de la beauté qui existait à l’époque, les femmes étaient très belles. Rien à voir avec les femmes orange d’aujourd’hui ». D’autres s’aventureraient dans les années 60 pour revivre la période hippie « où tout le monde s’assumait » ou les grandes années du rock’n’roll avec notamment la Beatlemania. Vivre les grandes rébellions du passé pour se sentir présent c’est le choix de nombreux jeunes en quête d’aventures.
Certaines se voient comme des « femmes des années 80 » pour vivre le rêve américain trop rare de nos jours, car réservé aux anges de la télé-réalité. D’autres s’imaginent plus se réinventer dans un contexte de deuxième guerre mondiale. « La Seconde Guerre attire. Nous nous demandons quels choix nous aurions fait. Est-ce qu’on serait du côté des résistants ? Des collabos ? Des nazis convaincus ? ».
L’élection de Barack Obama, la mort de Michael Jackson, le 11 septembre 2001… Autant de dates qui ont marqué les courtes vies des jeunes adultes. Des souvenirs que certains aimeraient vivre ou revivre, d’autres effacer. La finale de la coupe du monde 1998 et son fameux « et un, et deux et trois zéro » apparait également pour beaucoup comme le symbole par excellence du sport. Pourquoi ? « Parce que c’est le foot, c’est l’équipe de France, je suis français, non ? » se justifie un adolescent d’origine étrangère. Ce 12 juillet, la réponse semblait si simple.
Les joies de l’enfance, parfois même de la naissance, dictent les envies des jeunes. Observer la rencontre de ses parents comme Marty McFly, les mois de grossesse pour au final recommencer sa vie depuis le début avec des jouets en guise d’armes. « Je voudrais retourner avant mes 7 ans pour changer la relation de mes parents, faire comme si leur bonheur pouvait se prolonger sans se déchirer qu’on mène notre petite vie parfaite à trois jusqu’au bout. C’est un peu cliché, mais c’est la seule période que j’aimerais retrouver… » explique une jeune femme rongée par les souvenirs d’un passé trop absent.
Le bonheur selon Evan tient en ces quelques choses : « Si je le pouvais, j’irais dans le passé afin de créer une application comme Facebook et je serais milliardaire. Plein de “meufs” à mes pieds, des voitures de luxe et une fontaine en chocolat, car l’important n’est pas l’histoire du monde, mais ta propre vie. » Alors nous comprenons que seuls les optimistes rescapés, croyant encore en l’avenir, se donneront rendez-vous dans dix ans. Même jour, même heure, même pomme.
Oumar Diawara

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021