Les Verts constituent un parti politique de gauche encore minoritaire pour obtenir une éventuelle victoire présidentielle en 2007. Enfin, pour l’instant. C’est dire qu’en 2006, l’environnement ne constitue pas une priorité face à la géante économie contemporaine et au déchirement des peuples. Et pourtant, ces domaines pourraient avoir un lien si les activités socio-économiques et politiques prennent en compte les phénomènes de la nature.
 

Le 18 novembre, Dominique Voynet, sénatrice Verts de Seine-Saint-Denis était l’invitée d’un ciné-débat – en accès libre – au théâtre André Malraux de Bondy, dans le cadre des rencontres cinématographiques de la Seine-Saint-Denis. Après la projection du documentaire « Une vérité qui dérange » de Davis Guggenheim, l’ancienne ministre de l’environnement déclare : « Ce soir, je ne suis pas là pour faire campagne mais bien pour parler du réchauffement climatique ».

Le film en question dénonce les attitudes passives des grands dirigeants de ce monde face à un enjeu écologique majeur, à travers une démonstration animée par Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis. Une conférence qui a fait le tour de la planète. Parmi ses graphiques, images et explications, Al Gore montre l’expérience biologique d’une grenouille. Quand elle saute dans une eau bouillonnante, elle en ressort aussitôt. Mais quand elle saute dans une eau tiède en voie d’ébullition, elle y reste sans avoir conscience du danger. Tout ça pour dire que l’Homme a les mêmes réflexes que nos chers amphibiens. Une conférence façon décontractée à l’américaine avec quelques pointes d’humour visant à marquer les esprits. Ça n’empêche qu’en assistant à une simulation des effets que produirait la chute des glaciers du Groenland, il y a de quoi avoir la chair de poule !
 

A l’échelle de Bondy, le maire PS, Gilbert Roger, annonce la construction prochaine d’écoles aux normes Haute Qualité Environnementale (HQE). L’installation des fenêtres en bois n’existe plus. Celles en pvc contiennent des matières entièrement bio dégradables. « Cela coûte plus cher mais rentable à long terme », précise le maire. D’autre part, les cuves de fioul de la commune ont été retirées pour laisser la place au gaz à cogénération. La taxe d’ordures ménagères a augmenté de 1%.

 

 

Dans un entretien accordé au Bondy Blog, voici quelques mesures que Dominique Voynet préconise afin de mobiliser une majorité :

 

– L’augmentation du prix du pétrole est telle qu’il faut aider les foyers à s’équiper d’appareils de classe A, plus économiques en énergie.

– Les appareils électroménagers coûtent plus cher et sont conçus pour durer moins longtemps. Auparavant, leur durée de vie moyenne était de 10 ans ; aujourd’hui, elle s’élève à 7 ans. Ce qui revient à une augmentation du prix d’environ 30%. Les gouvernements doivent imposer les fabricants de produits aussi peu durables.

– Il faut remplacer les vielles chaudières et réguler la consommation de chauffage en incitant les gens à mieux isoler leur maison.

– En Guadeloupe, par exemple, la compagnie électrique a avancé à ses clients le montant des ampoules économiques et s’est faite remboursée en prélevant sur leurs factures. Ça n’a pas gêné le consommateur.

– De plus, il faut multiplier les initiatives positives comme celles de l’association « Envie » où des chômeurs notamment réparent d’anciens appareils et les re-commercialisent a moindre coût : c’est rentable.

– Moi qui roule avec une toute petite bagnole, je voudrais que l’on rétablisse la vignette pour taxer les gros 4×4 qui ne servent strictement à rien en ville.

– On passe beaucoup de temps au supermarché et on sait que dans un caddie moyen, sur les produits de consommation courante, il y a environ 20% d’emballages qui seront à recycler, c’est une perte de temps et d’argent.

Et lorsque l’ex-ministre montre du doigt la table du débat sur laquelle 4 petites bouteilles d’eau minérale sont disposées, elle se demande s’il n’était pas préférable de poser une seule grande bouteille : économie de prix et d’emballage. Selon la sénatrice, il faut juste s’éduquer différemment et changer les modes de vie de façon pas forcément contraignante. Dans l’intérêt de tous.

Chou, Nadia & Soraya

Chou Sin

Articles liés

  • Les créateurs d’origine africaine : entre couture et culture

    Alors que la fashion week masculine bat son plein à Paris, l’accès aux maisons de haute couture est plus difficile pour certains créateurs. Les artistes issus des minorités ethniques choisissent pour beaucoup l’indépendance en créant leurs marques, et en affichant leur héritage culturel comme source d’inspiration. Une revendication de ce qui constitue leur identité. Loin des appropriations culturelles des grandes maisons. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 21/01/2022
  • Placés : de l’ombre à la lumière des Maisons d’enfance

    Sorti en salles le 12 janvier dernier, Placés est le premier film du réalisateur Nessim Chikhaoui qui raconte le quotidien haut en couleurs d'une bande de gamins placés à l'Aide Sociale à l'enfance. Un film drôle, touchant, qui raconte sans détours une réalité souvent douloureuse. Un coup de coeur pour notre contributeur Félix Mubenga. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2022
  • Avec « Nous », Alice Diop retisse la trame de notre société

    Comment des personnes aussi différentes les unes des autres font-elles société ? Comment passer de la somme des 'je' individuels à la formation du 'nous' collectif ? C'est avec cette intrigue sociale et politique que la réalisatrice Alice Diop a démarré son documentaire 'Nous'. Un film qui sortira en février 2022, disponible actuellement sur Arte, et qu'a vu Nassera Tamer. Critique.

    Par Nassera Tamer
    Le 22/12/2021