Le 2 juin, devant le tribunal de Paris, Brahi était dans la foule qui disait ‘stop’ aux violences policières et au racisme. « Ce jour-là, l’atmosphère était vraiment particulière. C’était à la fois pacifique et guerrier. Une sorte d’union sacrée », raconte le rappeur.

Comme lors de tous les rassemblements organisés par le comité Adama, les prises de paroles des familles de victimes s’enchainent alors. Mais c’est le discours de Fatou Dieng, la sœur de Lamine, mort en 2007 d’un plaquage ventral dans un camion de police, qui résonne dans l’esprit de l’artiste, ancien membre du groupe Harcèlement Textuel.

« Lorsque Fatou explique comment on peut soutenir les familles des victimes et parle de la pétition ‘Laissez-nous respirer’, j’ai compris que je pouvais aider. » C’est à ce moment que le Franco-Guinéen décide de poser son ressenti sur papier et dégaine sa plume, convaincu du « rôle social » que peut avoir une chanson.

« Le plaquage ventral est ancestral/A bord d’un négrier je suis mort au fond d’une cale ». Un refrain acerbe qui, à l’image du morceau, fait le lien entre l’esclavage, la colonisation et les violences policières actuelles. « Cœurs noirs » est véritablement un condensé d’histoire et de références à la mort de Georges Floyd et aux victimes de violences policières de part et d’autre de l’Atlantique.

Pour celui qui se qualifie de « Noir de France », « ce n’est pas une hérésie de faire un parallèle entre ce qu’il se passe aux USA et ici. Ce qui est indécent, c’est de s’offusquer du parallèle en niant l’existence d’un racisme systémique dans l’Hexagone ».

Fatou Dieng touchée par l’initiative

Dès sa sortie, le titre reçoit un très bel accueil de la presse spécialisée, mais pour l’artiste, le morceau n’a de sens que s’il est validé par celle qui l’a inspiré. Il contacte Fatou Dieng et lui fait part de son envie de relancer la pétition via son titre.

Fatou Dieng, le 2 juin à Paris

 

La grande sœur de Lamine, très touchée par l’initiative, accepte. « Lorsque j’ai visionné le clip et vu le nom de mon frère barré à côté de ceux des autres victimes, ça m’a marquée, reconnaît-elle. J’attendais des artistes qu’ils puissent nous soutenir avec leurs armes, en l’occurrence l’écriture. Brahi a bien compris le message et le résultat est génial. »

Celle qui mène le combat avec sa sœur Ramata poursuit : « Ce morceau s’inscrit dans l’histoire depuis le Code noir, jusqu’à la formation actuelle des policiers. Outre la puissance du texte, on a un clip qui dénonce, révèle et informe, car il est nécessaire de rétablir des vérités historiques. »

Fatou et Brahi s’accordent sur l’idée de lier le morceau à la pétition qui compte d’ores et déjà près de 80 000 signataires. « Ma première victoire, ça a été que la famille Dieng valide le morceau, se félicite l’artiste originaire de Seine-et-Marne. La seconde serait que tout cela aboutisse à l’abolition des techniques d’immobilisations mortelles. »

Céline BEAURY

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021