Mon inactivité des derniers temps commence à me peser. Il me faut à tout prix une sortie. Ce sera Crim’expo. La particularité de cette exposition : le sujet principal, c’est vous. Une scène de crime vous est présentée à l’entrée. Un carnet et un crayon vous sont remis afin de récolter l’ensemble des indices qui vous permettront de désigner le coupable. Rien n’est laissé au hasard.

Vous voguez entre les différents ateliers des experts en criminologie. Vous endossez tout à la fois le rôle du médecin légiste via une autopsie réalisée sur le cadavre (faux, bien évidemment), celui de l’expert en balistique, ou encore de l’entomologiste criminel. Entomologiste ? Du grec ancien « entomos », il désigne le spécialiste scientifique qui, à travers l’étude d’insectes, ou d’autres petites bestioles, notamment des vers, prélevés sur la victime détermine l’heure exacte de sa mort. Elémentaire, mon cher Grissom (mais qui est Grissom ? A vous de le trouver).

Au fil du parcours, enfants et adultes, se prennent au jeu. Certains parents sont plus impliqués que leurs enfants dans la recherche des indices. D’autres sont aussi concentrés sur l’étude des empreintes que s’ils passaient une épreuve du bac. Des jeunes filles, à mes côtés, sont en pleine réflexion sur le calcul de l’heure de la mort : « Alors, si on a retrouvé le corps de la victime le mardi à 11 heures, et sachant que les insectes prennent 18 degrés par jour, ça veut dire qu’il est donc mort le vendredi à 21 heures », déduit l’une. « Mais non, si tu calcules bien, l’heure de la mort ne peut pas être après 20 heures », réplique une autre.

Quel casse casse-tête ! Pour ma part, l’entomologie ne m’aura pas permis de répondre à la question « qui a tué ? ». En revanche, j’ai deviné qui était le coupable. Ce n’est qu’une question de flair. Comme quoi, regarder « NCIS », « New York Unité spéciale » ou encore « Les Experts » de Miami, ça sert à quelque chose. Les enquêtes policières n’ont plus aucun secret pour moi. D’ailleurs, en bonne experte que je suis, j’ai inculpé un innocent.

Christelle Adjanohoun

« Crim’Expo », jusqu’au 3 janvier 2010 à la Cité des sciences et de l’industrie (Métro7 - Porte de la Villette).

Christelle Adjanohoun

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021