Cette année, sur la scène du Zénith à Montpellier, les B-girls représentent ! Pour la première fois dans son histoire, le Battle Of The Year a organisé cette année des battles solo pour les femmes, une décision inédite pour cette grande compétition nationale de hip-hop qui organisait jusqu’alors que des battles en duo. Parmi elles, la B-girl Andréa, 22 ans, bandana et tresses plaquées sur le crâne. La jeune femme rencontre le hip-hop à 13 ans, au travers des performances de breakeuse Babyson. « J’étais super impressionnée mais je trouvais ça très technique! », se souvient-elle. Mais très vite, elle y trouve un avantage. « Là où je m’entrainais, j’étais la seule fille ! Ca m’a motivée à me surpasser, ça me poussait vers le haut ». Et ne croyez pas que les garçons lui en faisaient voir de toutes les couleurs ! « Contrairement à ce qu’on peut penser, pour ma part, les B-boys étaient bienveillants envers moi ».

La plupart du temps, le B-girling c’est un peu l’apéritif avant les grands danseurs qui sont, eux, des garçons

Andréa, 22 ans, participante des battles solo au BOTY de Montpellier

A ses côtés, la B-girl marseillaise, Leïla, 19 ans, sourit en guise d’acquiescement. « On est assez rares en tant que danseuses donc c’est vrai qu’être une fille, c’est un atout charme pour le public ! ». Avant d’ajouter. « Mais c’est vrai que la plupart du temps, le B-girling c’est un peu l’apéritif avant les grands danseurs qui sont, eux, des garçons. Par exemple, les DJ’s ont plus tendance à passer leurs gros sons sur leurs passage que sur les nôtres ». De quoi énerver un peu. Si sa force s’ébranle, Leïla peut compter sur binôme, la B-girl Carlota, 16 ans, avec qui elle danse en duo depuis dix ans. Au BOTY, les compétitions de breakeuses en duo existent depuis 2005. « C’est sûr que c’est compliqué mais c’est aussi de plus en plus simple en fait », enchaîne la jeune femme, également étudiante en licence d’anglais à Aix-en-Provence. « Parce qu’il y a de plus en plus de B-girls aussi et c’est sûr que plus on nous en donne, plus on a envie d’aller chercher plus ! », lâche-t-elle franchement en faisant référence à la qualification aux JO de sa binôme dans la catégorie jeunesse-B-girls. Leïla et Carlota sont d’ailleurs venues avec leur coach, Nahim. Lorsqu’elles parlent de lui, elles ne tarissent pas d’éloges. Elles sont unanimes dans ce qu’elles préfèrent dans sa manière de regarder leur danse. « Il nous laisse notre énergie et notre identité, il nous transmet en respectant qui on est ! « , détaille Carlota.

Leïla et Carlota avec, au centre, leur coach, Nahim.

Être minoritaire « dans un milieu de bonhommes »

Quou’qu’on en dise, les filles dans le break ou le hip-hop, cela a toujours existé. Karima Khelifi, une pionnière du B-girling en France, membre du crew Aktuel Force l’a observé depuis des années. Elle cite les premiers noms féminin du monde hip-hop qui l’ont inspirée : Ruth par exemple, de Ladies Night. Elle avait treize ans lorsqu’elle fait connaissance avec cette culture urbaine à la fête de l’Humanité dans le grand parc de la Courneuve. « Je me souviens, il y avait un stand antillais où j’ai vu du smurf. C’était un coup de flash dans les yeux ! ». Elle observe à sa fenêtre les coupoles, les mouv’ des B-boys qui s’exercent au Franc-Moisin à Saint-Denis. C’est d’ailleurs en squattant la salle de la ville qu’elle rencontre Gabin du crew Aktuel Force qu’elle intégrera en 1986. « Il cherchait à créer un mouvement, et pas seulement le recopier, c’est ça qui m’a intéressée ».

Karima Khelifi, pionnière du B-girling en France, membre du crew Aktuel Force

Ses débuts se passent entre la salle de concerts du 10ème arrondissement, Le Globo et les Halles à Châtelet où elle fait ses armes. « C’était un milieu de bonhommes avec l’idée que tu n’avais pas la force physique, qu’avec tes seins tu ne pouvais pas danser au sol. Les B-boys ne me calculaient pas au départ parce qu’ils voyaient des filles venir mais elles ne restaient pas plus de quelques mois. Ils pensaient que je ne resterai pas non plus ! ». Tous ces préjugés épaississent sa détermination. Elle arrête alors son travail de coiffeuse et s’inscrit en intérim avec la demande express de ne faire que du travail à la chaîne « pour avoir la tête libre pour la danse ». A l’époque, elle constate amèrement la différence que certains B-boys perpétuent en proposant leur aide et conseils à d’autres B-girls. Mais aujourd’hui, avec le recul, Karima en tire une autre conclusion. « En fait, c’est qu’ils me considéraient comme leur égale, l’une des leurs. Et entre eux, ils ne s’apprenaient rien du tout ». Karima n’a jamais dévié de sa trajectoire au point d’être devenue un modèle pour filles et garçons ! Il n’empêche, lorsqu’elle nous parle de son expérience de B-girl, Karima raconte déjà l’histoire d’une culture discriminée. « On entendait des choses comme le break, c’est pour les serpillères. Il fallait être fort pour encaisser tout ça, on voulait leur montrer ce que c’est qu’une serpillère! » Tout comme elle avait décidé de montrer ce qu’était une bonne danseuse, peu importe son type de chromosomes.

Le milieu le plus égalitaire que je connaisse

Nadja Harek, réalisatrice et grande fan de hip-hop, a réalisé en 2014, « B-girls », un film sur le B Girling dans lequel elle suit Karima. Elle souligne la fin de la marginalisation du mouvement hip-hop: « Aujourd’hui, le public a envie de voir des filles aussi parce que le break est plus accessible. C’est pareil pour les kids », analyse-t-elle.  

Nadja Harek, réalisatrice et grande fan de hip-hop, a suivi les B-girls pour son documentaire de 2014

Les B-girls permettent d’explorer d’autres aspects du break

Le B-boy Yashiro de Fantastik Armada, membre du jury du BOTY cette année, ne déplore qu’une chose. « Le manque d’écoles, un peu comme les shaolin, c’est ça qu’il faut aujourd’hui en France. Ce manque rend la préparation fébrile et les filles en sont victimes« . Mais pour Nadja, c’est surtout que le break est aussi devenu une institution. « Il y a des choses, tu ne les apprends que quand tu te testes dans la rue, comme ça se faisait à Châtelet ». Avant d’ajouter. « Il y a une émulation de B-girls depuis quelques temps. Les solos pour les breakeuses, c’est un nouveau challenge en fait ». Lorsqu’elle parle du hip-hop, elle est catégorique. « Les B-girls et les B-boys sont toujours complémentaires en fait. La danse, c’est le milieu le plus démocratique que je connaisse ! Tout le monde a ses chances. Alors oui, tout le monde n’a pas les mêmes capacités physiques mais il n’y a pas que ça. Les B-girls permettent d’explorer d’autres aspects du break ». Yashiro, en tant que jury, attend les filles au tournant sur leur souplesse, leur réappropriation des pas, bref, leur style. Nadja considère qu’il y a un élargissement du B-girling, qui épouse désormais différentes formes. Ce que remarque aussi B-girl Andréa. « Ce n’est pas qu’un sport, c’est avant tout un art. Donc une fille peut gagner contre un garçon évidemment, dans l’écriture de son passage, son ressenti, etc ». « Le break est à l’image de la société actuelle en fait ! », conclut Nadja Harek. « La femme s’y affirme, quelque soit son identité, ses choix de vie, ses parcours… C’est une liberté cérébrale ! »

Je viens de la Marche des Beurs, des ratonnades, d’une époque où on avait besoin d’être reconnus. C’était important d’exister

Karima le dit. Si elle a choisi le break, à ses 19 ans, c’est parce qu’il n’y avait pas de fille. Donc pas de comparaison. Exit le renvoi à une autre danseuse. « Je ne voulais pas être comparée, je voulais un endroit où je vis, où je pouvais exister. Point« . Dans les années 1980 et 1990, Karima fait plus que chercher des pas, plus qu’écrire des passages. Le break c’est sa quête d’identité, c’est l’écriture d’une affirmation de soi. Et, en arrière-plan, la recherche de reconnaissance. « Moi, je viens de la Marche des Beurs, des ratonnades, d’une époque où on avait besoin d’être reconnus. C’était important d’exister ».

Aujourd’hui, la relève est bien en place. Avec aussi un son de cloche un peu différent. « On veut tellement nous mettre en avant que ça a aussi l’effet d’accentuer notre différence. Les battles mixtes, ce serait bien aussi ! » B Girl Playmo, la gagnante du battle solo du BOTY la rejoint. « On progresserait plus sur des battles mixtes c’est sûr. On le voit au Japon par exemple où ils ont mis ça en place. Mais l’avantage des battles B-girls, c’est aussi de laisser la place aux filles. Pour se démarquer. Et il ne faut pas oublier que c’est aussi une façon de s’entraîner et de commencer pour les petites ».

Karima a laissé sa place de juré au BOTY cette année. A l’image de la minorité des femmes dans le break, le jury est composé d’une B-girl sur quatre membres. Mais les yeux de tous les breakers ne lâchent pas le centre du cercle où deux corps s’affrontent. Peu importe, filles ou garçons, les réflexions murmurées par les spectateurs passionnés sont les mêmes. « Mais, non elle a eu l’avantage là », « regarde ; ça, elle le passe tranquille », « Regarde son mouv ». Le regard du public qui ne regarde que les figures et la performance réalisée, le plus important assurément.

Alban ELKAÏM et Amanda JACQUEL

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021