Zachary, 17 ans, sort à peine de prison. Rejeté par sa mère, il erre dans les rues populaires de Marseille. C’est là qu’il rencontre Shéhérazade, une prostituée à peine plus jeune que lui. Leur histoire commence par la négociation d’un instant de plaisir. Dans la chambre vétuste où elle l’emmène, leurs regards prédisent déjà la passion. Mais prudente, la professionnelle préfère être payée avant le sexe. Zack lui tend alors une demi-plaquette de cannabis : « Bah quoi c’est de l’argent à Marseille ! ». Elle la saisit et s’enfuit en douce. Commence alors une course entre deux âmes abimées qui s’échangent des insultes comme des appels au secours.

Zak, gamin proxénète par désespoir

Car le jeune homme a besoin d’aide. Ses amis d’enfance refusent de l’intégrer dans le réseau de drogue de la cité et sa mère lui préfère son nouveau petit ami. Tous lui ordonnent de retourner au foyer où son éducatrice l’attend désespérément. Chaque fois qu’elle le retrouve, Zack finit par escalader les murs de l’institution. Il choisit la rue et veut y faire de l’argent. Peut-être qu’avec ça il sauvera sa réputation et au passage l’amour maternel, pense-t-il. Ainsi, dans un schéma qui s’affranchit de la morale et que seul le désespoir comprend, Zachary devient le proxénète de sa bien aimée Shéhérazade et de sa bande de copines.

Chaque soir, ils s’endorment dans les bras l’un de l’autre. Elle suce son pouce et il la regarde ,éclairée par une veilleuse. Le tableau de deux enfants que la vie a privés d’innocence. La journée, il faut affronter le monde, la concurrence bulgare, les vols, les coups, les clients… Zachary observe sa princesse monter dans d’autres carrosses. Il l’accompagne et reste devant la porte lorsque trois ados à la suite jouissent en elle. Le coeur qui se déchire à chaque gémissement masculin. Il se convainc que c’est le prix à payer pour s’évader ensuite sur leur moto neuve. Face à la mer, elle le rassure : « Je ne me suis jamais sentie comme ça avec un garçon ». Il finira lui aussi par lui prouver ses sentiments, reniant à jamais l’omerta qui veut que dans les quartiers, on ne balance pas un ami au flic. Même quand cet ami courtise votre chérie.

Poésie et réalisme

Dans cette histoire d’amour, Dylan Robert et Kenza Fortas ne jouent pas, ils reproduisent ce qu’ils connaissent. Lui, comme son personnage, sort de prison et elle a vécu dans des foyers. Les deux acteurs mettent leur talent brut au service de ces premiers rôles qui ne sont cadenassés ni par des exigences du tournage, ils se sont vraiment échappés quelques heures avec la moto, ni par le scénario. Verve et gouaille des deux jeunes adultes forgés par le rejet social qui entrent dans le cinéma français sans faire de manières. Un naturel qui sert le propos du réalisateur, Jean-Bernard Marlin, 38 ans. Pour son premier long-métrage, il a effectué un long travail documentaire auprès de mineurs délinquants et d’un réseau de prostitution. Conclusion : à Marseille, l’amour surplombe toujours la misère.

Nesrine SLAOUI

« Shéhérazade », de Jean-Bernard Marlin, en salles depuis le 5 septembre

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021