Présentée pour la première fois à l’Hôtel de ville de Paris ce 4 mars 2016, « Dans Mon Hall » est une collection de courts-métrages tournés avec des habitants des quatre coins de la France. Porté par la société de production De l’autre côté du périph’ et La Confédération Syndicale des Familles, la première édition de ce festival était présidée par la réalisatrice Euzhan Palcy.

La France dans toute sa diversité. Voilà ce qu’on se dit en regardant le public de l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris en ce vendredi matin. Venus des quatre coins de la France (Calvados, Morbihan, Guadeloupe, Guyane, Haute-Garonne, Loire-Atlantique, Paris, Seine-Saint-Denis), les spectateurs assistent pour la première fois à la projection des 27 courts-métrages produits par la société De l’autre côté du périph’ entre 2014 et 2016.

En 2006, le court-métrage Mon hall d’Hassan Strauss, primé au festival Génération Court d’Aubervilliers, inspire à la productrice Laurence Lascary l’idée de décliner le concept en courts-métrages tournés dans plusieurs villes de métropole et des Dom-Tom. Ce sera chose faite dix ans plus tard avec les habitants de Cugnaux (31), Paris (75), Sainte-Rose (971), Aulnay-sous-Bois (93), Nantes (44), Condé (14), Pointe-à-Pitre (971), Lanester (56) et Kourou et Rémire-Monjoly (973), villes où est implantée la Confédération Syndicale des Familles, qui copilote le projet.

Réalisés par plusieurs cinéastes talentueux parmi lesquels Rachid Dhibou (Halal police d’état), Nora El Hourch (Quelques secondes, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs 2014) ou Atisso Médessou (Les bandes, le quartier et moi, Etoile de la Scam 2012), les courts-métrages de la collection « Dans Mon Hall » ont reçu le soutien de la Fondation Abbé Pierre, la Fondation de France et le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET). Et ont eu des contraintes communes : les cinéastes devaient tourner trois courts-métrages chacun, en deux semaines, tout en donnant la parole aux habitants.

Du créole à l’accent toulousain

Par le biais du cinéma, cette collection propose donc « une alternative aux sempiternelles caricatures » des quartiers populaires et donne à voir toute la pluralité de la France qu’elle soit géographique ou linguistique. On se délecte alors d’entendre du créole ou l’accent toulousain tout comme on se réjouit de voir des images du Nord et de l’Ouest de l’Hexagone.

Dans ces courts-métrages, l’humour est au rendez-vous, à l’image de Confessions canines, réalisé à Paris par Ibtissam Guerda où des chiens parodiant les humains parlent immigration et difficultés à vivre ensemble, ou encore Si j’étais de Rachid Dhibou, tourné à Cugnaux (31), où des jeunes s’imaginent animateur, gendarme, maire ou président de la République.

L’amour traverse également une grande majorité des films, qu’il soit filial ou marital. Dans Bonne fête d’Atisso Médessou, un père reçoit à Sainte-Rose (971) la visite de son fils qu’il n’a pas vu depuis longtemps ; dans Oublier de Sébastien Tulard, tourné à Lanester (56), un homme reçoit une lettre de son épouse ravivant les souvenirs de leurs premiers émois.

Mais de cette collection, une poésie se dégage fortement, notamment dans les trois films (Le libre, Les frères, Egales) réalisés à Dervallières par Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, repérés avec leur court Gagarine, primé au festival Génération Court 2015.

Le jury ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Présidé par la cinéaste Euzhan Palcy, il était composé d’Amédée Anfossy (Fondation de France), Toumi Djaidja (initiateur de la Marche pour l’égalité de 1983), Maïmouna Doucouré (réalisatrice), François Edouard (CSF), Jean-Luc François (créateur), Jean-Pierre Gilles (Fondation Abbé Pierre), Abel Jafri (acteur), Nadia Koné (agent d’artistes) ou encore Firmine Richard (actrice) et avait la lourde tâche de remettre 13 prix parmi les 27 films projetés.

13 films primés

Ainsi les villes de Sainte-Rose et Chanzy en Guadeloupe repartent avec deux prix chacune : le Coup de cœur du jury pour Jouons le jeu d’Atisso Médessou qui rend hommage à l’homme politique Félix Eboué ; Tapis de Sony Slow (Prix CSF, ex-aequo avec Adama Ouédraogo) où un homme décide de changer de vie ; Entités du même Sony Slow (Prix du vivre-ensemble) sur les idées reçues d’un homme effrayé par les jeunes de son quartier et Audrey de Sainte Rose d’Atisso Médessou (Prix du meilleur montage) où une jeune femme vivant dans l’attente d’un signe de son père reçoit un jour une mystérieuse lettre.

Nantes (44), Aulnay-sous-Bois (93) et Paris repartent également avec deux prix. Ainsi Les égales de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (Prix de la meilleure réalisation) sur des femmes prenant un bol de liberté et Le libre des mêmes réalisateurs (Prix de l’évasion) sur un Algérien racontant son parcours en France, feront la fierté de la Loire-Atlantique. Tout comme Basile Mbemba (Meilleure interprétation masculine dans À fleur de peau de Nora El Hourch) et C’est quoi qu’est beau de Yassine Sangaré (Prix de l’esprit positif) ne manqueront pas de faire honneur à leur ville d’Aulnay-sous-Bois. Confessions canines d’Ibtissam Guerda (Prix de l’originalité) et Ladifetou Ndachingam (Meilleure interprétation féminine dans Les mots enchantés de la même réalisatrice), auréolent quant à elle le quartier Riquet de Paris 19e.

Les villes de Condé (14), Rémire-Monjoly (973), Lanester (56) et Cugnaux (31) ne repartent pas pour autant les mains vides. Ainsi La cabine des souvenirs de Rachid Dhibou, tourné à Cugnaux, où des habitants reçoivent des appels téléphoniques leur remémorant le passé décroche le Prix du meilleur scénario. Dorian Roman, acteur issu du quartier des Ames Claires à Rémire-Monjoly jouant dans Star Boy de Nicolas Napitupulu devient à lui seul la Révélation Nouvelle Génération du festival. 1950 DA de Sébastien Tulard, apportant un bol de poésie spatiale à la ville de Lanester, remporte de son côté le Prix du nouveau regard. Tandis que L’euro symbolique d’Adama Ouédraogo mélangeant l’univers des enfants de Condé (14) et les réalités des adultes, décroche le prix CSF, ex-aequo avec Sony Slow.

Pour une fois qu’un grand nombre de régions françaises sont présentées de manière égalitaire, espérons que ces films pourront être projetés dans les villes qui les ont vu naître. Et pourquoi pas qu’un partenariat se monte entre les festivals Dans Mon Hall et HLM sur Court(s), pour que toutes ces initiatives citoyennes autour de l’habitat et des quartiers populaires résonnent aux quatre coins de la métropole et de ses trop souvent oubliés territoires d’Outre-Mer.

Claire Diao

Plus d’infos : http://dansmonhall.com
Crédit photo : ©DACP

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021