Originaire de Nemours, petite ville de la Seine-et-Marne, près de Fontainebleau, David Lopez étudie à Paris-VIII après l’obtention de son bac Littéraire avec mention assez bien comme Rastignac s’en va pourfendre la bourgeoisie parisienne en s’introduisant chez elle. Il débute par une année de Licence d’Histoire, s’arrête au bout d’un semestre. « J’ai un rapport aux études où ce qui est important n’est pas de se préparer à un métier mais de prendre plaisir à ce que l’on étudie ». Il se tourne alors vers la sociologie pour enfin déborder sur un master en création littéraire. Son thème de recherche n’est pas le fruit du hasard : « l’Inversion du Stigmate dans le rap français ». David Lopez gratte des textes de rap depuis l’âge de 13 ans. « J’avais toujours un dictaphone sur moi, avec les potes on s’enregistrait à faire des couplets ».

Attention, ne vous méprenez pas, son terrain de jeu favori, c’est la littérature. Une littérature bien bombée comme les biceps en flânant devant le miroir ! Vous l’aurez compris, David Lopez a le souci des formes, les formules bien tournées, des jeux de style, les métonymies, les palindromes, les oxymores, un foisonnement de figures de style que son premier roman Fief.

Quand David Lopez parle de création littéraire, on le sent dans son expertise. Il en parle presque en termes d’alchimiste tant il répond avec énergie aux questions que lui posent les personnes venues assister à la soirée de dédicaces organisée à la librairie des 2 Georges à Bondy. « J’ai beaucoup aimé sa liberté de ton, de propos, son côté anticonformiste et son refus net de rentrer dans toutes querelles idéologiques. Il est venu parler de littérature, point ! » glisse Jacques Konfinov, professeur d’espagnol à la retraite.

Son franc-parler et sa dose d’humour font qu’il sympathise très rapidement avec son auditoire, laissant à voir une bande de potes qui discute ensemble dans un hall pour tuer le temps. David Lopez prend soudain les traits de son personnage Jonas même s’il aime bien faire le distinguo. « Souvent, en dédicace, lorsque l’on me parle de Jonas, on me dit souvent : ‘alors « vous avez » et non pas « Jonas a » ! On m’identifie à Jonas alors qu’il ne s’agit que d’un personnage ».

Fin, presque longiligne, les cheveux bruns, un peu en bataille, couvrant le haut de son front, David Lopez arbore le style d’un rockeur des années 70, vêtu en noir, de la capuche de son hoodies à la pointe de ses chaussures de ville, faisant subtilement écho à une version jeunette de Jean-Louis Aubert. On aurait même du mal à croire que le jeune écrivain de 32 ans se drogue à coup de PNL ou de Damso. Brouiller les pistes, faire le grand écart entre les étiquettes qu’on lui impose, c’est un peu sa spécialité, son art, sa littérature, l’immobilisme d’une catégorie, le coté amorphe de la plaquette « écrivain » ou « romancier » étant sa plus grande frayeur. D’ailleurs, ne lui dites pas qu’il est un écrivain mais plutôt « quelqu’un qui travaille sur l’écriture, qui a l’ambition de pouvoir raconter des histoires avec la matière dont il dispose ». Interview.

Le Bondy Blog : Comment la vocation de devenir écrivain vous est-elle venue ?

David Lopez : Cette vocation de devenir écrivain, je l’ai toujours eue ! Depuis tout petit, j’ai ce truc pour l’écriture. À l’adolescence, je me suis censuré par complexe. Je me sentais illégitime face à la littérature. À l’intérieur de moi, je me disais que ça n’était pas fait pour les gars comme moi. Enfin, j’ai réalisé que c’était un vieux serpent de mer. Et puis, j’ai repoussé les échéances. Après avoir obtenu mon master, j’ai pris quatre années sabbatiques, j’ai voyagé autour du globe. À mon retour, j’ai fait des boulots qui ne me convenaient pas. Et je me suis dis : « Bah pourquoi pas écrire un livre ! »

Le Bondy Blog : Fief, c’est le titre de ton roman. Que t’inspire ce mot  ?

David Lopez : Fief, c’est la chose à soi, là où on est chez soi, auprès des siens. C’est très territorial au début mais ça évolue vers quelque chose de très mental, relatif à une intériorité. Les personnages ont cette manière de vivre entre eux parce que ça les rassure. Ils se sentent proches auprès des leurs puis finissent par sortir de cet isolement dans lequel il se sentent pris au piège. Le fief c’est leur refuge, un refuge mental.

Le Bondy Blog : Est-ce que tu es d’accord pour dire qu’il y a une forme de « sampling » dans ton roman ?

David Lopez : Oui, grave. Je trouve ça terrible de le dire comme ça. Au-delà d’aller emprunter ailleurs, il y a l’idée d’emprunter dans une tout autre esthétique, dans un univers de références complètement différent du sien.

Le Bondy Blog : Trouver un éditeur est souvent un parcours du combattant, comment ça s’est passé pour toi ?

David Lopez : J’ai eu beaucoup de chance. Mon master en création littéraire m’a fait côtoyer des auteurs. Certains d’entre eux m’ont lu et m’ont recommandé à leur éditeur. Bon, ce n’est pas un sésame pour la publication mais cela a été un accélérateur. Si le mec a une pile de manuscrits sur son bureau, le fait qu’il soit en haut de la pile va faire que tu bénéficieras d’un peu plus d’attention. C’est ce qui a fait que je n’ai pas eu à passer par le circuit anonyme.

Le Bondy Blog : Est-ce que tu cibles des lecteurs en particulier avec ton roman ?

David Lopez : Pas intentionnellement. Par contre, je suis conscient que tout le monde n’est pas réceptif de la même manière. Si j’avais un cœur de cible, ça serait des gens qui se sentent à la périphérie de la culture des livres, qui ne lisent pas d’habitude. Dans ma ville, il y a plein de jeunes, quand ils me lisent, ils disent s’identifier et se disent « je connais ces mecs, je parle comme eux ». Mon roman c’est une manière de percer ce fossé, avec ce souci de l’accompagner en faisant des rencontres comme celle qui nous réunit aujourd’hui et de réconcilier des jeunes avec la littérature.

Bondy Blog  : La boxe est très présente dans ton roman, mais sous une forme très particulière, peux-tu nous en dire plus ? 

David Lopez  : La description que je fais de la boxe est très près du corps, près des sensations. L’idée que la boxe est une façon de transmettre des valeurs est un poncif dans laquelle je n’ai pas voulu tomber. Jonas a déjà intériorisé les valeurs que l’on enseigne dans le monde de la boxe  : le respect de son adversaire, de son autorité, il les met simplement à l’œuvre, le lecteur peut les voir sans que j’ai besoin de les nommer textuellement.

Le Bondy Blog : Vous sentez-vous personnellement impliqué par les problématiques sociales dans les quartiers ? Diriez-vous que votre roman est engagé ?

David Lopez : Mon personnage de Jonas est très contemplatif, il commente beaucoup les choses autour de lui et fuit son intériorité. Pourtant, il n’est pas dans la revendication. Si mon roman est impliqué, il l’est à la manière de Jonas : il est impliqué mais ne le revendique pas. Moi, je décris seulement un style de vie qui forcément donne matière à soulever des problématiques sociales.

Propos recueillis par Jimmy SAINT-LOUIS

Articles liés

  • 50 ans après le manifeste des 343, la lutte pour l’avortement libre et gratuit continue

    50 ans jour pour jour après sa publication le 5 avril 1971, le manifeste des 343 reste une date fondatrice dans la lutte féministe, dans le cadre de la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse autorisée quatre ans plus tard. Un demi-siècle plus tard, que reste-t-il de cette prise de position courageuse, avant-gardiste chez les militantes féministes ? Eva Fontenelle analyse cette héritage auprès de plusieurs générations de femmes.

    Par Eva Fontenelle
    Le 05/04/2021
  • Comment Netflix a réussi à influencer nos pratiques culturelles

    Alors que de nouvelles mesures sanitaires vont toucher l'ensemble du territoire, une bonne partie d'entre nous va donc continuer à regarder pendant des heures des séries et des films, notamment sur Netflix. Mais ces derniers mois, la plateforme américaine, au-delà de divertir toujours plus de téléspectateurs, commence à modifier nos comportements à travers ses oeuvres à succès. Analyse.

    Par Farah El Amraoui
    Le 01/04/2021
  • « Arrête toi » : un livre pour ne pas oublier Fatouma Kebe, éborgnée par la police

    En 2013, Fatouma Kebe a été éborgnée à 57 ans, par un tir policier de grenade de désencerclement à Villemomble. 8 ans après le drame, et un an après l’acquittement prononcé en appel en 2020, à l’encontre des deux policiers incriminés, son fils Makan vient de publier « Arrête toi » qui retrace l’histoire de la famille Kebe, dans son intimité, et celle d’une vie amputée par une tragique affaire de violence policière. Chronique.

    Par Céline Beaury
    Le 30/03/2021