#OccupyPompidou. Aujourd’hui au Centre Pompidou, un atelier amusant a captivé l’attention de tous les ados et enfants présents…

Claire Audhy, auteure et metteuse en scène, propose aux curieux un atelier avec un aspect ludique : détourner l’insulte et la remplacer par autre chose. De l’amour, de l’humour, du rêve…

Ce jeudi 25 février 2016 au Centre Pompidou, les enfants sont attroupés autour de feuilles blanches, venues tapisser le vert ardoise de la table centrale. Une musique se fait entendre, une ambiance de colo se dégage. L’agitation est présente et envahit le studio 13/16. Le parquet en bois accroche les pas pressés, comme ceux des médiateurs par exemple, qui se hâtent de régler les derniers préparatifs, minutieusement attentifs aux détails et à l’accueil des premiers venus.

Les visages me sont désormais familiers : quelques jours passés ici et voilà des habitués, des abonnés à la culture qui manifestent leur enthousiasme une fois dans le studio. Cela ce traduit par des larges sourires, les poignets de mains ont laissé la place au « tcheck ». Faut dire que Le Bondy Blog est doué pour animer, présenter les ateliers ou tout simplement mettre de l’ambiance.

Qu’entends-je là…? Une insulte vient m’écorcher l’oreille. Mon ouïe se fait indélicatement saisir de grossièreté. Ouf, c’est un enfant qui a mal compris la consigne. L’atelier proposé consiste en effet à détourner d’une manière très ludique l’insulte, l’injure, le gros mot. Certains ont mis par exemple : « allez tous vous faire cuisiner », « espèce de vélos éléphant » ou encore « nique ta rité » (peut-être ont-ils voulu dire « nectarité »… Allez comprendre le jeu de mots).

Un manifeste du rire succède au plaisir de l’insulte, rire c’est marrant et c’est surtout une bonne alternative aux mauvais mots.

Samir Benguennouna

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021