Les artistes de l’ensemble C barré, se sont invités au collège Pierre Brossolette à Bondy, pendant plusieurs semaines, et avec certains élèves, ils préparent un spectacle mêlant chant, théâtre et musique autour du poète espagnol Federico Garcia Lorca qui sera présenté à l’auditorium de Bondy le 27 mai.
Mardi 17 mai, au matin, l’ambiance est studieuse dans l’auditorium de Bondy. Les 4e1 du collège Pierre Brossolette sont en pleine répétition. Leurs voix claires résonnent dans l’amphithéâtre. Le professeur de musique, Stéphane Bélijar, est concentré. En bon métronome, il donne le rythme à suivre avec ses mains, et pousse les élèves : « À partir du moment où vous entendez la première note, vous êtes dedans, vous commencez ». Ce musicien rock à ses heures, membre du groupe Rue de Prague prend son rôle très à cœur et n’hésite pas à faire des remontrances aux plus dissipés. À l’attention d’une jeune fille turbulente, il lance « Tu veux deux heures de colle ? », avant de l’envoyer se calmer sur un siège dans un coin. Cette dernière s’exécute, boudeuse, attendant de pouvoir participer de nouveau.
S’il est aussi motivé, c’est parce que ce projet l’a séduit. « C’est la première fois qu’on a la chance d’avoir une résidence d’artistes ! Pour une fois qu’on fait attention à nous et qu’on propose quelque chose au collège Pierre Brossolette ». En effet, l’ensemble C Barré a élu résidence au collège, et prépare aujourd’hui un spectacle avec la 4e1, mais aussi les élèves de la chorale du collège ainsi que ceux inscrits en classe sport et à la maîtrise.

Festival d’Ile France

Festival d’Ile France


Ce spectacle, intitulé « la Baracca », mêle chant, avec un répertoire allant de la pop au flamenco en passant par la musique contemporaine, maracas, et théâtre, le tout autour de l’œuvre du poète espagnol Federico Garcia Lorca. Le projet est ambitieux, mais a séduit également Pablo Volo, le metteur en scène : « Lorca est devenu une de leurs matières principales ! Il faut être capable de parler de ce poète de manière accessible. Mais la matière poétique de Lorca est très accessible. » Cet artiste andalou, qui fut également dramaturge, peintre et pianiste, a été assassiné en 1936 par les milices franquistes.
Selon Ophélie Guillou, prof principale de la 4e1 qui enseigne l’histoire-géographie à Pierre Brossolette, cela a été l’occasion de parler du franquisme : « Le projet n’est pas greffé au programme officiel, mais nous avons reçu un intervenant rescapé de la guerre d’Espagne. En 4e, en histoire, on traite de la Révolution française. Cela nous a permis aussi d’évoquer l’état de droit et la lutte pour le pouvoir politique. Mais dans l’ensemble, cela collait plus avec le programme d’éducation civique. » D’après elle, beaucoup de parents ont affirmé qu’ils assisteraient au spectacle.
Festival d’Ile France

Festival d’Ile France


Pour le prof de musique, les élèves ne sont pas faciles à accompagner et à préparer : « Ce n’est pas comme dans Glee [ndlr : série télé] où on claque des doigts et tout le monde se met à chanter. C’est un travail de longue haleine. Je ne suis pas satisfait, mais nous mettons la barre le plus haut possible ». L’échéance du spectacle dans ce bel auditorium approche, mais malgré l’insatisfaction, Stéphane Bélijar est content : « Ils chantent tous, ça, c’est une de mes victoires ! ». D’autant plus qu’il quitte le collège à la rentrée prochaine, et qu’il lui tenait à cœur de finir en beauté : « C’est ma dernière année à Brosso, et c’est aussi mon plus important projet ! »
« Passer sur scène »
Et les collégiens qu’il a été possible d’interroger semblent en effet ravis. Pour Berthe Macanda Mamabo, 13 ans, élève de la 4e1, participer à ce spectacle « sort de l’ordinaire ». Elle ajoute : « ce n’est pas donné à tout le monde de faire un projet avec le Festival d’Île-de-France ! ». Ce qui plaît le plus à la jeune fille, c’est « passer sur scène ». Narjis Messaoudi, quant à elle, préfère le chant. Cette sportive, qui aime faire de la gymnastique et apprécie les sorties avec ses sœurs et ses cousines est contente « de découvrir de nouvelles choses ». Elle réalise aussi un petit solo durant le spectacle. Plus tard, sans parler de métier, elle aimerait continuer à chanter.
Enfin, Christopher Beaubrun, passionné de jeux vidéos est également conquis. « Je rencontre beaucoup de gens, je fais des trucs que je n’ai jamais fait, c’est bien. Je fais le rôle secondaire, le clown, je trouve ça marrant ! ». Lorca, ça le botte : « Mon poème préféré est celui où Lorca décrit sa vie. Il est émouvant ». La rencontre avec les artistes de C’Barré a également été riche : « J’ai appris plein de choses, j’ai communiqué avec eux, ils nous ont appris comment faire une pièce de théâtre, comment jouer un rôle, comment faire des maracas. C’était bien ! »
La séance de répétition touche à sa fin. Pourtant, le metteur en scène et le prof de musique exigeant ont du mal à laisser partir les élèves. Trois fois que le premier demande, « allez, on se concentre une dernière fois, une toute dernière fois ». À quelques jours du spectacle, la pression est bien là. Les élèves seront sur scène le 27 mai, à l’auditorium de Bondy, à partir de 19h.
Mathieu Blard
Dispositif In situ porté par le Conseil Départemental du 93 dans le cadre du festival Ile de France, réservation à : labarraca@festival-idf.fr
Festival Ile de France

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021