Depuis tout petit, les enfants de Rachida sont bercés par des contes orientaux surtout algériens. Pourquoi ? Parce qu’elle se revoit à travers ces écrits. Ça lui rappelle son enfance, quand elle allait au bled. Elle leur lit aussi des hadiths, les paroles rapportées par le prophète Mohamed, car elle souhaite leur inculquer leur religion dès l’enfance. Qu’ils comprennent l’Islam à travers des recueils de paroles divines. Elle sélectionne les plus beaux mais aussi les hadiths les plus accessibles pour son petit garçon Jassim, 5ans.  

Les trois petits cochons, Hansel et Gretel, ça ne lui plaît pas. « Pourquoi mentir à mes enfants en leurs racontant des histoires irréelles ? me dit-elle. Mon fils ne parle que de dinosaures car il en voit dans les livres de l’école, à la télévision, mais cela s’arrête là. Tous les soirs, il lui faut son conte sur ses racines, avec des chameaux, des gazelles, le petit garçon du désert saharien. »

Elle ne voit pas l’intérêt de lui lire Ali Baba et les 40 voleurs. Elle préfère lui apprendre le nom des différents animaux, des arbres ou les régions de son pays d’origine. Rachida estime que c’est plus enrichissant pour lui. Son fils baigne ainsi dans une double culture, celle qu’elle lui inculque et celle qu’il acquiert à l’école, sur le pays dans lequel il réside. « Nous sommes certes algériens mais la culture française est également nécessaire à son apprentissage », conclut-elle.

Inès el Laboudy

Inès el Laboudy

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021