Depuis tout petit, les enfants de Rachida sont bercés par des contes orientaux surtout algériens. Pourquoi ? Parce qu’elle se revoit à travers ces écrits. Ça lui rappelle son enfance, quand elle allait au bled. Elle leur lit aussi des hadiths, les paroles rapportées par le prophète Mohamed, car elle souhaite leur inculquer leur religion dès l’enfance. Qu’ils comprennent l’Islam à travers des recueils de paroles divines. Elle sélectionne les plus beaux mais aussi les hadiths les plus accessibles pour son petit garçon Jassim, 5ans.  

Les trois petits cochons, Hansel et Gretel, ça ne lui plaît pas. « Pourquoi mentir à mes enfants en leurs racontant des histoires irréelles ? me dit-elle. Mon fils ne parle que de dinosaures car il en voit dans les livres de l’école, à la télévision, mais cela s’arrête là. Tous les soirs, il lui faut son conte sur ses racines, avec des chameaux, des gazelles, le petit garçon du désert saharien. »

Elle ne voit pas l’intérêt de lui lire Ali Baba et les 40 voleurs. Elle préfère lui apprendre le nom des différents animaux, des arbres ou les régions de son pays d’origine. Rachida estime que c’est plus enrichissant pour lui. Son fils baigne ainsi dans une double culture, celle qu’elle lui inculque et celle qu’il acquiert à l’école, sur le pays dans lequel il réside. « Nous sommes certes algériens mais la culture française est également nécessaire à son apprentissage », conclut-elle.

Inès el Laboudy

Inès el Laboudy

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023