Pour sa 9e édition du 16 au 23 octobre 2015, le festival Les Pépites du cinéma, porté par l’association Talents Urbains et parrainé par le cinéaste Michel Gondry, nous propose une programmation éclectique des talents de demain à La Courneuve, Paris et Tanger.

Fondé en 2007 par Aïcha Bélaïdi, le festival Les Pépites du Cinéma a découvert de nombreux cinéastes français et étrangers et permis de présenter sur les écrans franciliens une nouvelle vague de cinéastes urbains et métissés. Cette année, la 9e édition proposera une sélection de courts et longs-métrages, documentaires et fictions.

Vendredi 16 octobre 2015 au Cinéma L’Etoile de La Courneuve (93), le public aura le plaisir de découvrir Dope de Rick Famuyiwa, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2015. Ce long-métrage suit les aventures de Malcom (Shameik Moore) – tout en chemise à fleur, BMX et références hip-hop des années 1990 – considéré comme has been par les mecs de son quartier de Los Angeles qui vont l’entraîner malgré lui dans des galères insoupçonnées. Il sera précédé du court-métrage Jennah de Meryem Benm’barek, sur le passage à la puberté d’une jeune fille de 13 ans, primé au Rhode Island International Film Festival 2014.

Samedi 17 octobre sera, comme à l’accoutumée au Cinéma l’Etoile, dédié aux jeunes talents. À partir de 16 h, les spectateurs pourront à la fois découvrir la fiction Merci les jeunes de Jérôme Poulidor tournée avec des jeunes du quartier Les Courtillières à Pantin (93) sur une chaîne de télévision associative, et 5 courts-métrages autoproduits (Oscar et Adelaïde, La fille de Baltimore, Beatboxe), produits par l’association 1000 visages de Viry-Châtillon (Le costume) ou par Laclairière Production (La maladie d’Homer). La soirée sera clôturée par l’avant-première de Quand il a fallu partir, moyen-métrage documentaire sur la cité 4000 de La Courneuve, première réalisation des Kids du Bondy Blog, Mehdi Meklat et Badroudine Abdallah.

Lundi 19 octobre, au Cinéma La Clef de Paris (V° arrondissement), une soirée sera dédiée à la mémoire d’Abdel Hafed Benotman. Écrivain (Les forcenés, Éboueur sur échafaud, Les poteaux de torture…), scénariste (Sur la planche de Leïla Kilani, Fièvres d’Hicham Ayouch), homme de théâtre, poète et acteur (Carrément à l’ouest de Jacques Doillon) au parcours incroyable, cet artiste décédé le 22 février dernier a épaulé nombre de réalisateurs des Pépites qui lui rendront hommage par le biais de projection de films (Mordre de Nourdine Halli, Jamais ensemble de Nadja Harek) et de lectures de scénarios qu’il avait coécrits.

Jeudi 22 octobre, toujours au Cinéma La Clef, sera consacré aux courts-métrages professionnels. On y retrouvera ainsi Maman(s) de Maïmouna Doucouré, Grand Prix du Festival international du Film de Toronto 2015 ; Le dernier des céfrans de Pierre-Emmanuel Urcun, Prix Canal + du Festival de Clermont-Ferrand et Prix Jean Vigo 2015 ; Un métier bien de Farid Bentoumi (à qui l’on doit le court-métrage Brûleurs, mondialement primé) ; Jeanne de Nicolas Khamsopha ainsi que deux épisodes de la série HEIS réalisés par Anaïs Volpé.

Pour terminer en beauté cette 9e édition, les Pépites du cinéma convieront une dernière fois le public, vendredi 23 octobre, à la soirée de clôture pour l’avant-première de Voyoucratie, long-métrage autoproduit par le duo de réalisateur FGKO, sur l’engrenage criminel duquel tente de sortir un ancien détenu interprété par Salim Kechiouche (La vie d’Adèle, Destino). Il sera précédé du court-métrage suisse Discipline de Christophe M. Saber, sur les clients d’une épicerie se mêlant d’une dispute entre un père et son enfant, primé 50 fois en festivals.

Qu’on se le dise, les Pépites du Cinéma ont, cette année encore, un programme bien alléchant. Dont une sélection sera présentée à la Cinémathèque de Tanger (Maroc), en novembre prochain.

Claire Diao

Photo : Le dernier des céfrans de Pierre-Emmanuel Urcun, Prix Jean Vigo 2015

Programme des Pépites du Cinéma

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021