On entend souvent dire qu’un grand frère, c’est intrusif, autoritaire et tout ce qui va avec, mais c’est surtout hyper pratique ! Etant la seule fille dans la famille, me voilà comblée de cadeaux. Ma dernière surprise date de jeudi dernier : j’ai eu la chance d’aller voir Diam’s en concert au Zénith, alors que je n’avais rien demandé. Top, non ?

Ce soir-là, le public est super varié : des jeunes, des vieux et surtout beaucoup d’enfants malgré l’école le lendemain. Des rappeurs ont ramené leurs gamins au concert. Ah oui, j’ai vu également Emilie, gagnante de Secret Story, qui n’a rien fait de spécial dans sa vie mais s’est prise pour une star internationale : six gardes du corps, lunettes de soleil, autographes et photos à gogo ! La salle est pleine. Lorsque les lumières s’éteignent pour l’entrée de Diam’s, c’est l’hystérie : applaudissements, hurlements, les gens tapant des pieds. Ça tremble de partout, le public déborde d’énergie.

Depuis sa réapparition avec « SOS », titre de l’album, Diam’s a refusé toute interview, du coup elle parle énormément sur scène : de religion dans son titre « Lily », d’amour dans « Cœur de bombe », lance des messages politiques dans « L’honneur d’un peuple » ou encore dans « Marine ». On apprend aussi qu’elle s’est lancée dans l’humanitaire avec Enfants du désert, défend son « Big Up Project » et avoue son amour pour l’Afrique. Diam’s rappellera que onze ans se sont écoulés depuis la sortie de son premiers album, elle donne un aperçu d’anciens titres comme « Suzy », « DJ » et se mettre au piano pour nous chanter un petit air de « Par amour ».

Après avoir dédié « Sur la tête de ma mère » à sa maman qui est présente dans la salle, elle déclare que la fête commence enfin et que tous les longs discours sont finis. Elle ne blague pas, Diam’s, parce que mettre l’ambiance, c’est apparemment sa spécialité : « Si je fais bien mon travail, dit-elle, toi qui es devant moi tu vas te retrouver au fond de la salle, celui qui est assis va être par terre, allez, c’est parti, tout le monde à gauche ! » C’est la première fois que je vois une fosse courir de droite à gauche, reculer, avancer, sauter… On avait carrément l’impression que d’une chorégraphie.

C’est au soir de ce 3 juin que sa tournée s’achève, et avec modestie, elle lance à la salle que SOS, sortie il y a huit mois, est disque de platine. D’albums en albums, avec ou sans voile, mariée ou célibataire, Diam’s a toujours la même pêche sur scène, le même humour, le même amour pour son public qu’elle remercie durant tout le concert de la soutenir.

Pour boucler la soirée, elle enfile son costume d’ours polaire géant. Malgré la chaleur, ça ne l’empêchera pas de jumper jusqu’à la fin du show. Ses camarades de scènes ont aussi leurs costumes de Spiderman, de Dora l’exploratrice, d’Astérix… Et nous rappelant qu’on a tous eu 5 ans, elle enchaîne et conclut son show avec « Peter Pan ». Je suis partie dès la dernière note pour éviter la foule, il était prévu qu’elle fasse un petit discours sur son projet humanitaire mais je ne l’ai pas entendu. Il ne faut pas oublier que le lendemain, c’était debout à 6h30 : collège oblige !

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021