Il était 19h30 lorsque les spectateurs pressèrent le pas à l’entrée du Grand Rex. Dans la salle numéro 2, nombreux étaient les enfants et les Albertivillariens présents pour faire honneur aux 10 ans du Festival Génération Court et à sa finale nationale. Lancé en 2006 à l’initiative de Diaby Doucouré – aujourd’hui directeur de l’Office municipal de la jeunesse d’Aubervilliers (OMJA) – le festival Génération Court a démarré en plein air sur le stade André Karman. A l’époque, des courts-métrages réalisés au Mali avec l’association BlonBa furent projetés avec des courts réalisés à Aubervilliers.
« C’est vrai qu’en dix ans, on peut dire que le festival a grandi, témoigne Diaby Doucouré. Qualitativement, nous avons des films intéressants et suivre toutes ces étapes a été une très bonne expérience pour les jeunes que l’on a pu accompagner. Voir certains réussir dans ce métier est d’ailleurs le signe, pour nous, que la boucle est bouclée ».
Tout au long de l’année, plusieurs actions sont menées par l’OMJA : des films sont réalisés dans le cadre de séjour à l’étranger (Algérie, Mali, Sénégal, Brésil, Afrique du Sud) et un suivi est organisé à l’année pour que des 18/25 ans bénéficient de l’accompagnement de professionnels du cinéma dans la réalisation de leur film. Depuis 2007, un réalisateur par an suivi par l’OMJA bénéficie de trois ans de formation à l’ l’Ecole internationale de création audiovisuelle et de réalisation (EICAR). Depuis 2008, le réalisateur et producteur Luc Besson a apposé son nom près de l’événement en tant que parrain.
Ce 13 novembre 2015 donc, la salle est pleine pour visionner les 8 courts-métrages en compétition. Les membres du jury, composés de l’humoriste Nawelle Madani, l’ancienne Miss France Sonia Rolland, l’acteur Abel Jafri, l’avocat et acteur Charles Morel, le collaborateur de Luc Besson, Alain Etoundi et le fondateur du festival Paris Hip Hop, Bruno Laforestrie.
Présentée par l’animateur Raphäl Yem, la soirée démarre dans la bonne humeur, pleine de blagues, de rires et d’applaudissements. A la suite des projections, des murmures démarrent : « Il paraît qu’il y a une fusillade au Stade de France ». « Moi j’ai entendu devant des restaurants vers Charonne ». Interrogé, Raphäl Yem confirme mais ne fait pas d’annonce : « Comme il y a beaucoup d’enfants, nous ne voulons pas susciter de mouvement de panique ».
Le temps des délibérations, les plus jeunes sont ramenés à Aubervilliers par leurs animateurs. Les autres regardent la rétrospective des 10 portraits réalisés à l’occasion de cet anniversaire puis le court-métrage F430 de Yassine Qnia, réalisateur albertivillarien vainqueur de l’édition 2011, qui raconte avec finesse le besoin de frimer d’un jeune homme attiré par le gain.
Lorsque le jury revient, la salle est un peu vidée : certains réalisateurs en compétition se sont éclipsés. Mais la majeure partie du public est toujours là et plusieurs courts-métrages sont primés. A commencer par Maïga de Matar Cissé, Prix du Public et vainqueur de l’édition locale 2015, soutenu par une large bande d’amis satisfaits. « Ca fait plaisir, vraiment merci », glisse discrètement cet habitant d’Aubervilliers dont le film raconte les galères d’un jeune Sénégalais fraîchement débarqué en France. When ?, court-métrage sur une vieille dame malade d’un cancer dont le mari s’occupe avec amour, remporte le Prix du Scénario. Mais le réalisateur Adrien Roux n’est plus dans la salle. Une mention spéciale est ensuite attribuée à Krakowski d’Alexandre Laudic, court-métrage sur un jeune homme qui, pour séduire une femme, s’emprisonne dans ses propres mensonges.
Vient enfin le Grand Prix, décerné à Gargarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh. Un film poétique sur un aspirant astronaute (Idrissa Diabaté, repéré dans La cité rose et Bande de filles) qui habite la cité Gagarine d’Ivry-sur-Seine (94) et rêve d’en réparer les fissures avant démolition. « Nous sommes très heureux car c’est notre premier film », atteste Jérémy Trouilh à l’issue de la remise des prix. « Nous l’avons fait avec plein de gens géniaux qui étaient un peu là ce soir, ajoute Fanny Liatard. Nous pensons fort aux autres habitants de Gagarine, toute l’équipe du film et les gens d’HLM sur Court (festival annuel organisé par l’Union sociale pour l’habitat que les réalisateurs ont remporté en juin 2015, NDLR) ».
Dans l’allée déjà, les vigiles attirent les spectateurs vers l’extérieur. Le cocktail est annulé, chacun est invité à rentrer chez soi. Dans l’escalier, l’acteur Abel Jafri, le visage soucieux, commente ce prix: « Ce film change un peu des histoires sur la banlieue avec un aspect positif et historique. Le rêve de l’enfant n’est pas celui d’un footballeur mais d’un astronaute. Le film est très bien écrit, réalisé et nous raconte aussi l’histoire d’une ville, d’une jeunesse et d’une maman qui se bat pour élever son fils. C’est magnifique. Nous avons besoin de cela ». Devant le cinéma, déjà, il n’y a plus grand monde. Il est 23h30, le vent souffle et les employés de la salle baissent les grilles. Mais pour l’ensemble des Français, déjà, cette date résonne tristement.

Claire Diao

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021