C’est une course à la vie qui ne se gagne qu’à plusieurs. Une course de fond où la caméra doit capter ce tas de réel concentré. Comme une démarche olympique. A chaque début et à chaque fin de journée de tournage, le discours d’Uda et Guillaume reste le même : « Ce film vous appartient. Si vous donnez le meilleur de vous même, ça se verra à l’écran. On ne vous a pas choisi au hasard.»

Anniversaire. C’est des bougies orphelines laissées sur le carreau. C’est un souffle joyeux qui éteint le feu. Et c’est accompagné par un cri groupé. Surpris, Djigui fête ses 21 ans avec le groupe. Son personnage dans le film, Madi, fête aussi son anniversaire par la même occasion. Alors, ni une ni deux, c’est parti, la caméra tourne et la perche déambule. Ce sera donc un moment qui risque d’être intégré au film. Mais le gâteau n’aura pas été avalé finalement. Splash. Madi le renverse sur le visage de Brigt, son frère dans le film. Et ça crie. Et ça fera le ménage ensuite.

Boxe. Dans la vraie vie, Khalissa est championne d’europe de boxe. Et dans le film, c’est ce genre de filles à qui ça ne pose pas de problème de se battre avec un mec. Lequel mec, John, se vante de toute sa splendeur avant que la partie ne commence. Encouragé par ses potes, il crie qu’il va exploser de la gonzesse. Il oublie de voir que des uppercuts au double menton, ça n’a pas de secret pour Khalissa. Alors John, le rôle de Gervais, va bouffer le sable. Comme trop sonné par le retentissement des gants de boxe sur sa face.

Inspiration. La journée de tournage a été harassante, mais ça perdure dans le travail.23h33, le visage d’Anne Parillaud fait trembler l’écran. Nikita, de Luc Besson, est en projection. Une femme violente, mais de sang-froid. Une femme secrète, mais séduisante parfois. Guillaume et Uda, les coréalisateurs du film, ont voulu montrer ce film surtout pour Oulaya, qui interprète le rôle d’Amel pour le film. A la fin, au déroulé du générique, Oulaya laisse resplendir un sourire sur son visage. Grâce à ce film, elle a trouvé, dit-elle, ce qui lui fallait pour son rôle : « Maintenant, je vois encore plus qui est Amel ». Nikita comme Amel. Un vrai défi d’actrice.

PS : Tout le monde peut participer, et devenir producteur de ce long-métrage. 1000 Visages a besoin de financement pour la postproduction du film. Plus d’info ici.

Badroudine Saïd Abdallah

Voir aussi:

Le premier épisode

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021