C’est une course à la vie qui ne se gagne qu’à plusieurs. Une course de fond où la caméra doit capter ce tas de réel concentré. Comme une démarche olympique. A chaque début et à chaque fin de journée de tournage, le discours d’Uda et Guillaume reste le même : « Ce film vous appartient. Si vous donnez le meilleur de vous même, ça se verra à l’écran. On ne vous a pas choisi au hasard.»

Anniversaire. C’est des bougies orphelines laissées sur le carreau. C’est un souffle joyeux qui éteint le feu. Et c’est accompagné par un cri groupé. Surpris, Djigui fête ses 21 ans avec le groupe. Son personnage dans le film, Madi, fête aussi son anniversaire par la même occasion. Alors, ni une ni deux, c’est parti, la caméra tourne et la perche déambule. Ce sera donc un moment qui risque d’être intégré au film. Mais le gâteau n’aura pas été avalé finalement. Splash. Madi le renverse sur le visage de Brigt, son frère dans le film. Et ça crie. Et ça fera le ménage ensuite.

Boxe. Dans la vraie vie, Khalissa est championne d’europe de boxe. Et dans le film, c’est ce genre de filles à qui ça ne pose pas de problème de se battre avec un mec. Lequel mec, John, se vante de toute sa splendeur avant que la partie ne commence. Encouragé par ses potes, il crie qu’il va exploser de la gonzesse. Il oublie de voir que des uppercuts au double menton, ça n’a pas de secret pour Khalissa. Alors John, le rôle de Gervais, va bouffer le sable. Comme trop sonné par le retentissement des gants de boxe sur sa face.

Inspiration. La journée de tournage a été harassante, mais ça perdure dans le travail.23h33, le visage d’Anne Parillaud fait trembler l’écran. Nikita, de Luc Besson, est en projection. Une femme violente, mais de sang-froid. Une femme secrète, mais séduisante parfois. Guillaume et Uda, les coréalisateurs du film, ont voulu montrer ce film surtout pour Oulaya, qui interprète le rôle d’Amel pour le film. A la fin, au déroulé du générique, Oulaya laisse resplendir un sourire sur son visage. Grâce à ce film, elle a trouvé, dit-elle, ce qui lui fallait pour son rôle : « Maintenant, je vois encore plus qui est Amel ». Nikita comme Amel. Un vrai défi d’actrice.

PS : Tout le monde peut participer, et devenir producteur de ce long-métrage. 1000 Visages a besoin de financement pour la postproduction du film. Plus d’info ici.

Badroudine Saïd Abdallah

Voir aussi:

Le premier épisode

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021