Lorsque je suis tombé sur la bande annonce du film « Dragon Ball Evolution », cette dernière annonçait sa sortie pour le 1er avril. Ouf ! Ce n’est qu’un poisson d’avril, me suis-je dit. Eh bien non ! Ils ont eu le culot, la démence, le sacrilège d’adapter l’un des meilleurs mangas de tous les temps en un film bien bidon. 

Dragon Ball pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un manga paru en 42 volumes et vendu à 250 millions d’exemplaires à travers le monde, dont 17 millions en France. Dragon Ball, c’est surtout la série animée qui fut diffusés à partir de 1988 sur TF1 dans le Club Dorothée. Un succés fou fou fou à l’époque. Tous les mercredis matin, le Club Dorothée passait un épisode. Les enfants se réveillaient exprès pour ne pas le rater et attendaient avec impatience la semaine d’après. Lorsque j’étais au collège, j’étais obligé de programmer le magnetoscope à cause des cours du mercredi matin.

Au total, Dragon Ball a compté 153 épisodes d’une vingtaine de minutes chacun, mais pour les fans, ce ne fut qu’une mise en bouche. Il y eut une suite : Dragon Ball Z, qui eut encore plus de succès et qui aligna 291 épisodes !

Au début de la série, le héros est un enfant avec une queue de singe et à la fin, il est adulte, marrié, a des enfants et sauve l’univers intersidéral. Avec le rythme d’un épisode par semaine pendant des années, ceux de ma génération ont grandi avec le héros et se sont certainement identifiés à lui, ce qui fait du déssin animé l’un des plus grands symboles de notre enfance. Pour moi, Sangoku le héros de la série est quasiment comparable à Zinedine Zidane ! D’ailleurs, je m’étonne de voir encore aujourd’hui des mômes de moins de 10 ans s’échanger des cartes à jouer dragon ball. D’où est-ce qu’ils connaissent ça ? Étrange.

Mais revenons à « Dragon Ball Evolution machin » !!! Je sens que je ne vais pas être objectiv, et même un peu de mauvaise foi. Déjà, le Sangoku que j’ai connu ne ressemble pas une seconde à celui du film. Ils auraient pu au moins prendre un Asiatique pour jouer le rôle et essayer de lui faire la même coupe de cheveux ! De plus, ce n’est pas à l’occasion d’une éclipse qu’il se transforme, mais lors de la pleine Lune ! (J’ai envie de pleurer.) Tortue géniale, le maître de Sangoku n’a même pas de carapace sur le dos ! Du coup ils lui ont changé de nom.

Piccolo le méchant vert, ils ont oublié de lui mettre ses deux antennes sur sa tête et de lui donner un peu de charisme. Krilin le meilleur amis du héros n’est même pas là. Le nuage magique qu’utilisait Sangoku n’apparaît également à aucun moment. Et pour couronner le tout, Sangoku va au lycée en voiture. N’importe quoi… Sangoku est un enfant des bois et n’a jamais mis les pieds à l’école. Evidemment, je me doute bien qu’une adaptation sur grand écran ne peut être complètement identique à l’original, mais là, c’est aller vraiment trop loin dans le foutage de gueule.

Ni les personnages, ni l’histoire ne sont fidèles à l’original. Ce n’est qu’un film avec des effets spéciaux qui a utilisé la marque « Dragon Dall » dans un but commercial. En même temps, qu’est-ce qui n’est pas commercial aujourd’hui ? Le film fait recette, tant mieux pour lui. A croire qu’ils ont tout fait pour que les fans crient au scandale pour faire du buzz… Zut ! Je me suis fait avoir alors !

A l’époque de la série, Ségolène Royal fustigeait les mangas dont Dragon Ball, car elle trouvait ça trop violent. C’est d’ailleurs à cause de personnes comme elles qu’on ne voit plus de mangas aujourd’hui sur nos écrans. Là, par contre, je la remercierais si elle fustigeait le film ! Je voterais même pour elle. 

L’oeuvre originale du Japonais Akira Toriyama a été tout simplement massacrée ! Et encore, je n’ai vu que la bande annonce. D’ailleurs, c’est sous la pression des fans que les producteurs ont ajouté « évolution » au titre. Lorsqu’on achète les droits de Dragon Ball, c’est vraiment dommage d’être à ce point à côté de la plaque ! Quel affront ! En tant que fan de la série, j’attendais tant de cette adaption que j’ai envie, pour me venger, de vous raconter la fin de l’histoire, comme l’a fait Ines avec « la journée de la jupe ». Mais la bande annonce m’a largement suffit ! Oui, je critique, je démonte, sans même avoir vu le film. Mais je peux me le permettre, je suis un fan de Dragon Ball.

Chou Sin 

Bonus : Des mécontents ce sont amusés à faire des parodies de la bande annonce. 


Dragonball Evolution détournement
envoyé par FrancoisDescraques

Chou Sin

Articles liés

  • Plus de diversité dans la littérature jeunesse : le cri du cœur des libraires et des lecteurs

    Des princes et des princesses pour tous : on y est ? Depuis le succès en librairie de l'ouvrage Comme un millions de papillons noirs, de Laura Nsafou, la demande se fait de plus en plus pressante. Problème : l'offre ne suit pas forcément, plongeant les libraires dans l'embarras. Heureusement, quelques entêtés se mobilisent, afin que chacun puisse trouver sa place dans les rayons.

    Par Meline Escrihuela
    Le 11/02/2021
  • « On crée nos occasions nous-mêmes » : le cinéma self-made à Toulouse

    À Toulouse, Meryem-Bahia Arfaoui, réalisatrice autodidacte, raconte les rêves des jeunes habitants du quartier de la Reynerie. Son premier film, Les Crapules, réalisé avec l’association Defi Production, convoque une jeunesse créatrice, qui entend donner une autre image de leur quartier. Le court-métrage vient de remporter le grand prix du festival "Des courts en bas des tours". Reportage.

    Par Floriane Padoan
    Le 01/02/2021
  • « Le combat de Lumumba n’est pas fini »

    Patrice Lumumba demeure une figure tantôt fantasmée tantôt méconnue. Héros révolutionnaire, figure de proue de la lutte anticoloniale en République Démocratique du Congo (RDC) : 60 ans jour pour jour après son assassinat, que reste-t-il de l’héritage du premier Premier Ministre de la RDC ? Jean Omasombo, politologue au département Histoire du Musée royal de l’Afrique Centrale, donne quelques éclairages. Entretien.

    Par Meline Escrihuela
    Le 17/01/2021