Alice Diop est cinéaste («La Mort de Danton» notamment). Plusieurs fois sélectionnée au festival Les Pépites du cinéma d’Aïcha Belaïdi, elle lui rend hommage…
Tu m’appelais ma grande, comme on s’adresse à une petite sœur. C’est vrai que j’étais toute petite lorsque l’on s’est connue. J’avais peu de films à mon actif. Apprentie cinéaste timide, empêtrée dans les sempiternelles questions de légitimité… Toi, tu m’as tout de suite accueillie dans la famille, avec ta bienveillance et ta chaleur tu m’as présenté aux frères.
Je me souviens qu’en octobre, aux Pépites du cinéma, on venait au cinéma comme on  prend plaisir à se rendre à une réunion de famille… On s’émerveillait de ta capacité a dénicher chaque année des films qu’on n’aurait vu nulle part ailleurs, rassuré aussi de nous savoir si nombreux, confiant dans le fait que bientôt ils ne pourraient plus nous ignorer. Ton obstination à nous mettre sur le devant de la scène finirait, c’est sur, par payer…
C’était hier, on riait, on fumait, on parlait de l’angoisse du film qui n’intéresserait personne, de l’idée à venir. Toi, inlassablement, tu nous donnais confiance, tu nous disais qu’on avait de la valeur, du talent. Tu étais là, au moindre doute, à la moindre faille. Une fée… De celle qui reste dans l’ombre mais guide l’autre vers sa propre lumière. Une luciole, qui fuit la lumière aveuglante des lieux de pouvoirs mais qui luit pour celui qui ne connaît encore que l’obscurité.
Bientôt, on ne parlerait même plus de cinéma mais de nos vies de femmes et avec la même générosité tu écoutais, tu consolais… Grande sœur bienveillante. On n’a jamais cru que tu nous ferais ce mauvais coup… Partir comme ça, sans crier gare, sans nous laisser la possibilité de te dire je t’aime, nous laissant seuls, à faire de ta présence des souvenirs. C’est comme si d’un coup on avait grandi trop vite…
Mais les pépites bientôt deviendront grandes, la graine que tu as planté sera une feuille, puis un arbre, puis des arbres, puis une forêt… On continuera à dire ton nom, et chaque nouveau film sera notre consolation.
Alice Diop

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023