C’est une affaire de cernes qui se creusent. Et de bruits de clap à répétition. C’est des moments de discussions entre les prises qui visent les détails. Ça prend du temps. Parce qu’il vaut mieux se prendre la tête sur tout pour que le résultat soit parfait. Parce que ça ne suffit pas de faire les choses, vaut mieux bien les faire.

Comme des pros, ils ont le chrono pas loin. Il y’a un temps à gérer. Comme des pros, ils installent les micros HF en les réglant à la bonne fréquence. Ils peuvent aussi régler un joker à 1h22 du matin pour qu’à la caméra, l’effet fausse lune se voit.

Et puis il y a cette rengaine qu’ils connaissent désormais par cœur. Uda et Guillaume, les co-réalisateurs, ne cessent de le leur répéter : « Robert De Niro a passé sa vie dans un taxi pendant six mois avant de faire Taxi Driver. »

C’est un exemple qui résonne dans leurs tête. Le jeu d’acteur, comme un Vis ma vie aux ambitions artistiques. Alors, comme pour être beaucoup mieux en condition, il a fallu dormir en forêt, sous les étoiles. Leurs portables leur ont été confisqués, les moustiques les ont piqués.

Pour couronner le tout, il  y a cette musique en fond. C’est un titre des Detroit Spinners, Ghetto Child. Autour d’un feu de camp, c’est un moment de relâchement délirant. C’est un joli moment de cinéma en action. Brigt et Gervais qui se déhanchent pour le plaisir et pour l’écran. Leur reprise des paroles se fait dans un anglais déchiré. Ah oui, et puis, Ghetto Child c’est aussi le titre du film.

Badroudine Saïd Abdallah

Pour en savoir plus sur le projet de ce long-métrage, cliquez ici

Articles liés

  • Décoloniser les musées : « La question est éminemment politique »

    L'association Alter Natives a présenté les conclusions d'un programme d'échange entre musées européens et jeunes étudiants autour des objets spoliés pendant de la colonisation. La restitution des œuvres d’art à l’Afrique notamment reste un sujet brûlant. Il se heurte à de nombreux obstacles législatifs et aux mentalités. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 07/02/2023
  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023