#OccupyPompidou. Comme son nom l’indique, au studio 13/16, il y a plein de jeunes de 13 à 16 ans. Voici le portrait de l’un d’eux.

Pas très grand, la dégaine filiforme… Petit jean slim gris, l’amincissant au-delà du paroxysme, au-delà du réel. Petit sweat à capuche raccord à son futal, recouvert d’un polo blanc et d’une casquette vissée… Cette extravagance aurait dû me mettre la puce à l’oreille, sur ce petit bout d’homme, du haut de ses quinze printemps. Il s’appelle Medhi, il semble si calme, au milieu de sa bande, au milieu de la masse, tel un « Finger » dans son emballage, un doigt dans une main. C’est le jour et la nuit, tout se décante quand il entre sur la piste, qu’il sort de son mutisme pour enflammer le dancefloor. « Je fais sport étude dans la boxe et de la danse à l’INSEP à Porte de Vincennes ! ». Il cachait bien son jeu, sous sa nonchalance juvénile. « Je suis entré à l’INSEP, car j’avais deux titres de champion de France, c’est la Fédération Française de Boxe qui est venue me recruter, dans la catégorie poussin : -46 kg ».

En parallèle, il se lance dans la danse, un autre type d’exutoire où les mouvements restent au centre de cette nouvelle discipline. « Je me suis lancé dans la danse depuis maintenant un an. Un jour comme ça, j’étais en train de danser au 104, un mec m’a remarqué, car il a vu que j’avais du potentiel. Il m’a suggéré de faire un casting d’admission pour l’INSEP, que j’ai réussi ».

Pour certains, ces activités restent des loisirs secondaires, mais pour Finger, elles sont sa priorité. « Je me dis si je ne réussis pas, je ferai un métier autour de ces disciplines ». Il n’a que quinze ans, mais il garde la tête sur les épaules. « Je suis en sport-étude à l’INSEP, mais avant ça j’étais dans un collège à Clichy-sous-Bois. J’ai toujours été bon scolairement, je tournais autour de quatorze de moyenne ».

Medhi a un corps qui se prête volontiers à l’expression corporelle, une tête bien faite. Ses projets ne sont pas un secret et sont liés à ses deux passions. « J’ai été vice-champion de France de boxe cette année. En danse, j’ai tenté un concours qui s’appelle « Young Battle », que j’ai raté ».

Les défaites forgent le caractère, en attendant il continue de danser au studio 13/16 avec le chorégraphe Hervé Sika comme si demain n’allait jamais avoir lieu…

Lansala Delcielo

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021