#OccupyPompidou. Comme son nom l’indique, au studio 13/16, il y a plein de jeunes de 13 à 16 ans. Voici le portrait de l’un d’eux.

Pas très grand, la dégaine filiforme… Petit jean slim gris, l’amincissant au-delà du paroxysme, au-delà du réel. Petit sweat à capuche raccord à son futal, recouvert d’un polo blanc et d’une casquette vissée… Cette extravagance aurait dû me mettre la puce à l’oreille, sur ce petit bout d’homme, du haut de ses quinze printemps. Il s’appelle Medhi, il semble si calme, au milieu de sa bande, au milieu de la masse, tel un « Finger » dans son emballage, un doigt dans une main. C’est le jour et la nuit, tout se décante quand il entre sur la piste, qu’il sort de son mutisme pour enflammer le dancefloor. « Je fais sport étude dans la boxe et de la danse à l’INSEP à Porte de Vincennes ! ». Il cachait bien son jeu, sous sa nonchalance juvénile. « Je suis entré à l’INSEP, car j’avais deux titres de champion de France, c’est la Fédération Française de Boxe qui est venue me recruter, dans la catégorie poussin : -46 kg ».

En parallèle, il se lance dans la danse, un autre type d’exutoire où les mouvements restent au centre de cette nouvelle discipline. « Je me suis lancé dans la danse depuis maintenant un an. Un jour comme ça, j’étais en train de danser au 104, un mec m’a remarqué, car il a vu que j’avais du potentiel. Il m’a suggéré de faire un casting d’admission pour l’INSEP, que j’ai réussi ».

Pour certains, ces activités restent des loisirs secondaires, mais pour Finger, elles sont sa priorité. « Je me dis si je ne réussis pas, je ferai un métier autour de ces disciplines ». Il n’a que quinze ans, mais il garde la tête sur les épaules. « Je suis en sport-étude à l’INSEP, mais avant ça j’étais dans un collège à Clichy-sous-Bois. J’ai toujours été bon scolairement, je tournais autour de quatorze de moyenne ».

Medhi a un corps qui se prête volontiers à l’expression corporelle, une tête bien faite. Ses projets ne sont pas un secret et sont liés à ses deux passions. « J’ai été vice-champion de France de boxe cette année. En danse, j’ai tenté un concours qui s’appelle « Young Battle », que j’ai raté ».

Les défaites forgent le caractère, en attendant il continue de danser au studio 13/16 avec le chorégraphe Hervé Sika comme si demain n’allait jamais avoir lieu…

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023