#OccupyPompidou. Comme son nom l’indique, au studio 13/16, il y a plein de jeunes de 13 à 16 ans. Voici le portrait de l’un d’eux.

Pas très grand, la dégaine filiforme… Petit jean slim gris, l’amincissant au-delà du paroxysme, au-delà du réel. Petit sweat à capuche raccord à son futal, recouvert d’un polo blanc et d’une casquette vissée… Cette extravagance aurait dû me mettre la puce à l’oreille, sur ce petit bout d’homme, du haut de ses quinze printemps. Il s’appelle Medhi, il semble si calme, au milieu de sa bande, au milieu de la masse, tel un « Finger » dans son emballage, un doigt dans une main. C’est le jour et la nuit, tout se décante quand il entre sur la piste, qu’il sort de son mutisme pour enflammer le dancefloor. « Je fais sport étude dans la boxe et de la danse à l’INSEP à Porte de Vincennes ! ». Il cachait bien son jeu, sous sa nonchalance juvénile. « Je suis entré à l’INSEP, car j’avais deux titres de champion de France, c’est la Fédération Française de Boxe qui est venue me recruter, dans la catégorie poussin : -46 kg ».

En parallèle, il se lance dans la danse, un autre type d’exutoire où les mouvements restent au centre de cette nouvelle discipline. « Je me suis lancé dans la danse depuis maintenant un an. Un jour comme ça, j’étais en train de danser au 104, un mec m’a remarqué, car il a vu que j’avais du potentiel. Il m’a suggéré de faire un casting d’admission pour l’INSEP, que j’ai réussi ».

Pour certains, ces activités restent des loisirs secondaires, mais pour Finger, elles sont sa priorité. « Je me dis si je ne réussis pas, je ferai un métier autour de ces disciplines ». Il n’a que quinze ans, mais il garde la tête sur les épaules. « Je suis en sport-étude à l’INSEP, mais avant ça j’étais dans un collège à Clichy-sous-Bois. J’ai toujours été bon scolairement, je tournais autour de quatorze de moyenne ».

Medhi a un corps qui se prête volontiers à l’expression corporelle, une tête bien faite. Ses projets ne sont pas un secret et sont liés à ses deux passions. « J’ai été vice-champion de France de boxe cette année. En danse, j’ai tenté un concours qui s’appelle « Young Battle », que j’ai raté ».

Les défaites forgent le caractère, en attendant il continue de danser au studio 13/16 avec le chorégraphe Hervé Sika comme si demain n’allait jamais avoir lieu…

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Hip-Hop 360 : La philharmonie de Paris met le rap sur le devant de la scène

    Le Hip-Hop mondial et francophone a pris ses quartiers pour plusieurs mois, jusqu'au mois de juillet prochain à la Philarmonie de Paris. L'exposition "Hip-Hop 360" met à l'honneur un mouvement culturel longtemps dénigré par institutions et politiques, qui a fini par s'imposer aux yeux du monde entier. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 18/05/2022
  • Younès Boucif : « L’humour, un moyen de dire des choses en avance »

    Révélé au grand public avec la série Drôle, Younès Boucif a déjà une carrière bien lancée et ne compte pas s’arrêter là. Si Netflix a décidé que la série n’aurait pas de saison 2, l’artiste de 27 ans originaire de la banlieue de Rouen, a des projets plein la tête. Écriture, humour, prochain album, projet hollywoodien… On a discuté de tout ça avec Younès. Entretien.

  • Des K7 au streaming, Driver raconte son histoire du rap

    Paru le 25 mars dernier chez Faces Cachées Éditions, l’autobiographie du rappeur Driver, co-écrite avec le journaliste Ismael Mereghetti a beaucoup plus à notre contributeur Ryan Baruchel. Dans ce livre on découvre l’évolution du mouvement Hip-Hop français depuis les années 1990. Un livre qui démonte les clichés du rappeur, instaure des messages fort et raconte la vie d’un homme. Rencontre.

    Par Ryan Baruchel
    Le 04/05/2022