#OccupyPompidou. Comme son nom l’indique, au studio 13/16, il y a plein de jeunes de 13 à 16 ans. Voici le portrait de l’un d’eux.

Pas très grand, la dégaine filiforme… Petit jean slim gris, l’amincissant au-delà du paroxysme, au-delà du réel. Petit sweat à capuche raccord à son futal, recouvert d’un polo blanc et d’une casquette vissée… Cette extravagance aurait dû me mettre la puce à l’oreille, sur ce petit bout d’homme, du haut de ses quinze printemps. Il s’appelle Medhi, il semble si calme, au milieu de sa bande, au milieu de la masse, tel un « Finger » dans son emballage, un doigt dans une main. C’est le jour et la nuit, tout se décante quand il entre sur la piste, qu’il sort de son mutisme pour enflammer le dancefloor. « Je fais sport étude dans la boxe et de la danse à l’INSEP à Porte de Vincennes ! ». Il cachait bien son jeu, sous sa nonchalance juvénile. « Je suis entré à l’INSEP, car j’avais deux titres de champion de France, c’est la Fédération Française de Boxe qui est venue me recruter, dans la catégorie poussin : -46 kg ».

En parallèle, il se lance dans la danse, un autre type d’exutoire où les mouvements restent au centre de cette nouvelle discipline. « Je me suis lancé dans la danse depuis maintenant un an. Un jour comme ça, j’étais en train de danser au 104, un mec m’a remarqué, car il a vu que j’avais du potentiel. Il m’a suggéré de faire un casting d’admission pour l’INSEP, que j’ai réussi ».

Pour certains, ces activités restent des loisirs secondaires, mais pour Finger, elles sont sa priorité. « Je me dis si je ne réussis pas, je ferai un métier autour de ces disciplines ». Il n’a que quinze ans, mais il garde la tête sur les épaules. « Je suis en sport-étude à l’INSEP, mais avant ça j’étais dans un collège à Clichy-sous-Bois. J’ai toujours été bon scolairement, je tournais autour de quatorze de moyenne ».

Medhi a un corps qui se prête volontiers à l’expression corporelle, une tête bien faite. Ses projets ne sont pas un secret et sont liés à ses deux passions. « J’ai été vice-champion de France de boxe cette année. En danse, j’ai tenté un concours qui s’appelle « Young Battle », que j’ai raté ».

Les défaites forgent le caractère, en attendant il continue de danser au studio 13/16 avec le chorégraphe Hervé Sika comme si demain n’allait jamais avoir lieu…

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022
  • La Guerre des bouffons : une légende de Bondy

    Dans ce premier roman qui vient de paraître chez Clique Editions, Idir Hocini revient sur ses années d’enfance et ses aventures au lycée Jean Renoir de Bondy. L’ancienne plume du Bondy blog dont l’écriture était déjà remarquée, se dépasse et fait notre fierté. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 09/09/2022