Fermez les yeux, même les moins de 18 ans. Vous êtes dans un hammam. Les femmes sont nues sous leurs serviettes trempées. Des perles de sueur roulent sur les corps exaltés. Il fait chaud. Leurs cons suffoquent et leurs mains miment des gestes si naturels. L’une raconte. Les autres écoutent, ébahies. Envahies sous les détails excitants de la conteuse.

Fermez les yeux, même les plus de 18 ans. La cocotte frémit sous le feu brulant. Tss-tss-tss, elle grince. Les grains de couscous coulent sous leurs doigts de mégères. L’une prend un poireau qu’il fourre dans la marmite, des carottes s’y engouffrent. Elle dit, à son mari, sur le pas de la porte : « Prends un concombre, au marché. » Il dit qu’il en a déjà un.

« Quand j’étais gamine, je ne comprenais pas les allusions érotiques, cachées derrière des métaphores. Ça se passait dans les espaces exclusivement féminins, comme les hammams ou les cuisines. Là-bas, ce genre de discussions a toujours existé », dit Latifa, une ex-journaliste algérienne en visite au Maghreb des livres. Nora Aceval, auteur des « Contes libertins du Maghreb » (éd. Al Manar), sourit devant de tels propos. Elle confirme : « Oui, c’est vrai. » Des lunettes encadrent son minois légèrement maquillé. Ses cheveux luisent les lampes crachant leur lumière des hauts plafonds de la Cité. Son cou est magnifié par un col en fourrure noué par un fil de soie noir.

Nora Aceval ne rougit pas du sujet qu’elle aborde. Sourire béat sur son visage, elle affirme : « J’adore la littérature érotique. C’est la littérature de l’amour. Celle qui fait marcher le monde. » L’écrivain est messager entre les femmes des hauts-plateaux algériens qui content ces histoires libertines et le lecteur envoûté. « Elles savent que je les raconte à mon tour, mais elles ne veulent pas que j’écrive leurs prénoms, c’est tout. » Nora Aceval est une infiltrée au pays des histoires licencieuses.

« Mais faut souligner que derrière ces contes libertins, il y a une forte critique sociale », clame Leïla Sebbar, écrivain algérien si loin du genre libertin. Et elle dit : « C’est, en effet, une critique très forte de la domination masculine sur les femmes. » Mais le cul pour le cul, on refuse catégoriquement sur les bancs de la Cité. « Si c’est de l’érotisme qui se frotte à la pornographie, non merci », tranche Sebbar.

Akli Tadjer passe dans le coin. « Moi, dans mes bouquins, il y a des histoires de cul. C’est bien, non ? » Bandantes, sans doute. « Sauf qu’au Maghreb, normalement, les contes libertins se dissimulent derrière des allusions et des symboles : tout n’est pas direct », souligne Nora Aceval. Evidemment, on imagine difficilement une mémé de 83 ans raconter une histoire en mimant un orgasme.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Paru le 7 février 2010, à l’occasion du Maghreb des livres, à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021