Depuis le 21 Mai, la salle Pablo Neruda à Bobigny (93) accueille gratuitement les nombreux spectateurs venus applaudir le travail et le talent de jeunes lycéens sur scène.

Pour sa septième édition, le Festival des écoles offre à plusieurs jeunes l’opportunité de se produire sur scène. Ainsi, les lycéens de Claude Monet, Louise Michel, Eugène Delacroix et Jean Renoir inscrits à l’option théâtre travaillent en collaboration avec des intervenants artistiques tels que Denis Moreau ou encore Sarah Oppenheim.

Ayant débuté samedi 21 mai, ce festival est le fruit d’une découverte du théâtre à la fois sur un plan théorique (puisque les élèves sont amenés à voir plusieurs pièces durant l’année), que pratique puisqu’ils prennent part à plusieurs séances de répétitions et d’exercices d’improvisation. Tout au long de cette découverte, des professeurs, des metteurs en scène et les équipes de la MC93 les encadrent, en leur apportant soutien et connaissances. C’est donc le fruit de toute une année scolaire de travail que les jeunes élèves exposent fièrement devant le public.

Ce travail est composé d’une large palette de propositions en tout genre. Les spectateurs ont déjà pu apprécier Par Dessus Bord de Michel Vinaver, et la célèbre tragédie grecque de Sophocle, Ajax. D’autres classiques tels que L’Assemblée des femmes d’Aristophane et Coriolan de William Shakespeare sont également à l’affiche. Les élèves de seconde et de première au lycée Eugène Delacroix proposent quant à eux une création originale composée de textes d’auteurs à l’instar de Faiza Guène, Maupassant et Georges Berdot dans la mise en scène : Je ne suis pas celle que vous croyez.

Le festival se clôturera dimanche 29 mai avec la troupe Yellow Cab Compagnie. Cette jeune compagnie est née à la suite d’une initiative, l’atelier des anciens, mise en place par les équipes de la MC93. Ces derniers proposent à d’anciens lycéens de continuer une pratique théâtrale après le lycée. Cette année, en collaboration avec le metteur en scène Nicolas Bigards, la compagnie propose Martyr (du dramaturge allemand Marius Von Mayenburg), une tragicomédie racontant la radicalisation religieuse d’un jeune garçon à travers une trame mélangeant absurde et humour, un choix voulu et assumé par l’ensemble des jeunes comédiens.

Fatma Torkhani

Articles liés

  • Hip-Hop 360 : La philharmonie de Paris met le rap sur le devant de la scène

    Le Hip-Hop mondial et francophone a pris ses quartiers pour plusieurs mois, jusqu'au mois de juillet prochain à la Philarmonie de Paris. L'exposition "Hip-Hop 360" met à l'honneur un mouvement culturel longtemps dénigré par institutions et politiques, qui a fini par s'imposer aux yeux du monde entier. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 18/05/2022
  • Younès Boucif : « L’humour, un moyen de dire des choses en avance »

    Révélé au grand public avec la série Drôle, Younès Boucif a déjà une carrière bien lancée et ne compte pas s’arrêter là. Si Netflix a décidé que la série n’aurait pas de saison 2, l’artiste de 27 ans originaire de la banlieue de Rouen, a des projets plein la tête. Écriture, humour, prochain album, projet hollywoodien… On a discuté de tout ça avec Younès. Entretien.

  • Des K7 au streaming, Driver raconte son histoire du rap

    Paru le 25 mars dernier chez Faces Cachées Éditions, l’autobiographie du rappeur Driver, co-écrite avec le journaliste Ismael Mereghetti a beaucoup plus à notre contributeur Ryan Baruchel. Dans ce livre on découvre l’évolution du mouvement Hip-Hop français depuis les années 1990. Un livre qui démonte les clichés du rappeur, instaure des messages fort et raconte la vie d’un homme. Rencontre.

    Par Ryan Baruchel
    Le 04/05/2022