Depuis le 21 Mai, la salle Pablo Neruda à Bobigny (93) accueille gratuitement les nombreux spectateurs venus applaudir le travail et le talent de jeunes lycéens sur scène.

Pour sa septième édition, le Festival des écoles offre à plusieurs jeunes l’opportunité de se produire sur scène. Ainsi, les lycéens de Claude Monet, Louise Michel, Eugène Delacroix et Jean Renoir inscrits à l’option théâtre travaillent en collaboration avec des intervenants artistiques tels que Denis Moreau ou encore Sarah Oppenheim.

Ayant débuté samedi 21 mai, ce festival est le fruit d’une découverte du théâtre à la fois sur un plan théorique (puisque les élèves sont amenés à voir plusieurs pièces durant l’année), que pratique puisqu’ils prennent part à plusieurs séances de répétitions et d’exercices d’improvisation. Tout au long de cette découverte, des professeurs, des metteurs en scène et les équipes de la MC93 les encadrent, en leur apportant soutien et connaissances. C’est donc le fruit de toute une année scolaire de travail que les jeunes élèves exposent fièrement devant le public.

Ce travail est composé d’une large palette de propositions en tout genre. Les spectateurs ont déjà pu apprécier Par Dessus Bord de Michel Vinaver, et la célèbre tragédie grecque de Sophocle, Ajax. D’autres classiques tels que L’Assemblée des femmes d’Aristophane et Coriolan de William Shakespeare sont également à l’affiche. Les élèves de seconde et de première au lycée Eugène Delacroix proposent quant à eux une création originale composée de textes d’auteurs à l’instar de Faiza Guène, Maupassant et Georges Berdot dans la mise en scène : Je ne suis pas celle que vous croyez.

Le festival se clôturera dimanche 29 mai avec la troupe Yellow Cab Compagnie. Cette jeune compagnie est née à la suite d’une initiative, l’atelier des anciens, mise en place par les équipes de la MC93. Ces derniers proposent à d’anciens lycéens de continuer une pratique théâtrale après le lycée. Cette année, en collaboration avec le metteur en scène Nicolas Bigards, la compagnie propose Martyr (du dramaturge allemand Marius Von Mayenburg), une tragicomédie racontant la radicalisation religieuse d’un jeune garçon à travers une trame mélangeant absurde et humour, un choix voulu et assumé par l’ensemble des jeunes comédiens.

Fatma Torkhani

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021