Après avoir suivi la consigne de la prof, Haithem et ses camarades de classe se sont lancés dans l’écriture de nouvelles. Ils sont au lycée professionnel Jean-Pierre Timbaud d’Aubervilliers. Lui, a choisi le thème des harkis. Pourquoi ? Parce que cela l’intéressait, répond-il du tac au tac. Savoir qu’il y a eu des « rebelles algériens » – ce sont ses mots pour désigner les harkis – l’a motivé à écrire même si, ajoute-t-il, « j’ai fait cette nouvelle parce qu’elle était obligatoire ».

Ces écrits faisaient suite à la lecture obligatoire du livre « Pierre sang papier ou cendres » de Maïssa Bey. Haithem, un jeune homme de 18 ans d’origine tunisienne, est né en au pays. « Que peux-tu me dire sur la colonisation, ton regard là-dessus ? lui demandé-je. – Sincèrement je n’y connais rien… – Et le livre, il t’a plus, ou alors tu l’as lu parce que c’était obligatoire ? – Au départ, je n’aimais pas trop. Mais je me suis forcé. Finalement, j’ai accroché et je l’ai lu en entier. – Et comment t’y es-tu pris pour rédiger ta nouvelle ? – Une écrivaine est venue dans notre cour pour nous parler de la guerre d’Algérie ainsi que pour nous aider à écrire nos nouvelles. C’était très intéressant et j’ai pris plaisir à écrire. »

Son implication a payé. Il a fait partie d’un groupe de jeunes lycéens qui, ce matin, ont été récompensés de deux chèques « culture » de 10€ chacun, car sa nouvelle a été jugée l’une des meilleures de sa classe. Comme quoi, même en BEP Carrosserie, on peut avoir de la verve et écrire sur un sujet méconnu au départ.

Inès El Laboudy

Inès El Laboudy

Articles liés

  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022
  • La Guerre des bouffons : une légende de Bondy

    Dans ce premier roman qui vient de paraître chez Clique Editions, Idir Hocini revient sur ses années d’enfance et ses aventures au lycée Jean Renoir de Bondy. L’ancienne plume du Bondy blog dont l’écriture était déjà remarquée, se dépasse et fait notre fierté. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 09/09/2022