Après avoir suivi la consigne de la prof, Haithem et ses camarades de classe se sont lancés dans l’écriture de nouvelles. Ils sont au lycée professionnel Jean-Pierre Timbaud d’Aubervilliers. Lui, a choisi le thème des harkis. Pourquoi ? Parce que cela l’intéressait, répond-il du tac au tac. Savoir qu’il y a eu des « rebelles algériens » – ce sont ses mots pour désigner les harkis – l’a motivé à écrire même si, ajoute-t-il, « j’ai fait cette nouvelle parce qu’elle était obligatoire ».

Ces écrits faisaient suite à la lecture obligatoire du livre « Pierre sang papier ou cendres » de Maïssa Bey. Haithem, un jeune homme de 18 ans d’origine tunisienne, est né en au pays. « Que peux-tu me dire sur la colonisation, ton regard là-dessus ? lui demandé-je. – Sincèrement je n’y connais rien… – Et le livre, il t’a plus, ou alors tu l’as lu parce que c’était obligatoire ? – Au départ, je n’aimais pas trop. Mais je me suis forcé. Finalement, j’ai accroché et je l’ai lu en entier. – Et comment t’y es-tu pris pour rédiger ta nouvelle ? – Une écrivaine est venue dans notre cour pour nous parler de la guerre d’Algérie ainsi que pour nous aider à écrire nos nouvelles. C’était très intéressant et j’ai pris plaisir à écrire. »

Son implication a payé. Il a fait partie d’un groupe de jeunes lycéens qui, ce matin, ont été récompensés de deux chèques « culture » de 10€ chacun, car sa nouvelle a été jugée l’une des meilleures de sa classe. Comme quoi, même en BEP Carrosserie, on peut avoir de la verve et écrire sur un sujet méconnu au départ.

Inès El Laboudy

Inès El Laboudy

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021