Le 21 février 1965, un homme rempli de convictions est assassiné à New York dans le quartier d’Harlem de douze balles. Aujourd’hui encore, l’aura de Malcolm X pèse au dessus d’un certains nombre de personne et notamment des jeunes. La lutte de Malcolm X pour les droits et les libertés les plus fondamentales a marqué son temps par sa présence et sa force de grand orateur. La première chose déclenchée chez les personnes interrogées est évidemment un grand respect dans l’ensemble des communautés, l’hommage rendu à Malcolm X est souvent rattaché à celui de Martin Luther King.

Malgré les divergences sur les moyens de retrouver les droits fondamentaux des hommes pour l’égalité, ils sont souvent relié par leur combat qui aujourd’hui encore provoque le respect dans le monde entier. A Bondy, Farèce en parle comme l’un des plus grand homme du XX° siècle « Malcolm X a vécu des atrocités dans sa jeunesse à cause de la ségrégation, et après sa conversion à l’islam, il s’est battu pour l’égalité et puis, moi souvent je regarde ses discours sous-titrés, c’est fort, il dégage une puissance. »

Une lycéenne, Sarra, comprend sa lutte pour l’égalité entre les hommes blancs et noirs. «  Son combat pour les Afro – américains était totalement légitime, et de fait, il a rendu à l’homme noir toute sa dignité et sa fierté car beaucoup avait assimilés qu’ils étaient inférieurs aux blancs. » Patrice, antillais, en parle avec fougue. « En tant que noir et surtout en tant que descendant d’esclaves, son discours m’est familier, mais depuis l’élection d’ Obama, j’ai repris espoir car nous les français de couleur on a l’impression d’être mis de coté ou même d’être des citoyens de seconde zone. »

L’élection d’Obama a eu un impact sur la communauté noire en France, et son impact est encore plus grand aux États-Unis. Au pays d’Obama, Saïd est allé devant l’endroit même où s’est fait assassiner Malcolm X il y a 46 ans, en plein Harlem. Malik, un jeune afro-américain de 21 ans qui a reçu son nom en hommage à Malcolm X (Malik El-Shabazz étant le «nom musulman» de Malcolm X), a une grande admiration envers lui. « Tous les ans, toute ma famille est triste quand vient le 21 février. Mon père avait connu Malcolm X, et il a milité à ses côtés. C’est lui qui m’a donné le nom de Malik. »

Un peu plus loin, Marcus, habitant Harlem depuis une trentaine d’années déclare ne pas aimer cette date. « D’abord, ça me rappelle la mort d’un homme qui a fait avancer les choses. Mais surtout, ça montre qu’il y a toujours une grande distinction entre noir et blanc ici. Ce mois-ci, c’est le “Black History Month”, où l’on célèbre des dates importantes pour la communauté noire américaine. Franchement, un mois pour célébrer ce que les Noirs ont fait aux États-Unis, y’ a que moi qui trouve ça idiot ? On nous sort même une liste des inventeurs noirs, comme celui qui a inventé le fer à cheval ou la boite aux lettres.. Je trouve ça ridicule cette séparation au niveau de la couleur. »

Gwendolyne, quant à elle ne se sent pas concernée par cette célébration. A New York, «c’est un symbole de fierté pour les afro-américains, mais pas pour nous autres les Blancs. C’est dur d’avoir un point de vue là-dessus car il aidait les Noirs, ce qui était bien sûr nécessaire. Mais si je dis que je suis une “fan” de Malcolm X, certains dans la communauté noire surtout à Harlem, me regarderont bizarrement, comme pour dire que ce que Malcolm X a fait ne me regarde pas. »

A vrai dire, peu nombreux sont ceux qui sont vraiment au courant de cette date de commémoration. Un jeune homme, toujours dans Harlem, me confesse qu’il n’était pas au courant. « La seule personne noire que je connais c’est Obama. En ce qui concerne Malcolm, j’ai voulu regarder le film avec Denzel Washington, mais il est trop long…» Les anecdotes concernant Malcolm ne manquent pas, comme la fois où il est monté sur une voiture pour stopper une altercation, son discours a poussé les personnes à rentrer chez eux. La force de ses mots et son charisme ont galvanisé les foules. Ses talents de tribuns sont d’autant plus fort qu’il était autodidacte, mais s’amusait à recopier le dictionnaire. Des anecdotes qui fondent la légende des grands hommes.

Malcolm X restera à tout jamais dans l’histoire américaine ainsi que pour tous les êtres humain en tant que défenseur des droits de l’homme. « La liberté, la justice et l’égalité, par tous les moyens nécessaires ! » Et pour les Noirs américains et du monde, il restera, un frère.

Amine Benmouhoub et Saïd Benarroudj

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021