« Vous avez un avenir, c’est franchement bien », assure un admirateur du groupe « Hobe » après leur sortie de la scène du tremplin des talents. Durant 25 minutes, le quatuor a assuré le show en délivrant six chansons originales. S’ils n’ont fait qu’une petite dizaine de concerts avant celui-ci, leur professionnalisme est évident.
Trois garçons, une fille. Bastien, Timothée et Maureen ont 18ans. Le premier joue de la guitare et étudie la musicologie. Félix, à la basse, fait du droit. Maureen, la dernière arrivée du groupe il y a un an et demi est batteuse et chanteuse en parallèle à sa classe préparatoire. Timothée, 17 ans, est en terminale et joue du piano et de la guitare.
« Le nom Hobe n’a pas de sens. Il peut signifier amour en arabe, espoir en anglais à une lettre près. Chacun peut créer sa définition et c’est ce qui nous plaît », explique Bastien. Si aucun leader n’est officiellement proclamé, l’apprenti musicologue est l’homme à tout faire de la formation. C’est lui qui a souhaité créer un groupe il y a deux ans avec ses amis d’enfance, qui démarche les salles et qui trouve les idées des morceaux.
« Nous n’avons pas tous les même influences et c’est ce qui fait notre force. Notre seule référence vraiment commune est le groupe Muse », explique Félix, le plus bavard du quatuor. Contrairement à de nombreuses formations, ils signent tous leurs titres. Des titres de « pop alternative » nourries de sonorités rock chantées dans la langue de Shakespeare. Maureen corrige les textes afin de les interpréter à sa manière. Elle chante en même temps qu’elle joue de la batterie par passion mais également pour des raisons pratiques. Son arrivée dans le groupe faisant suite au départ d’une autre chanteuse, trop occupée par ses études.
En effet, leurs répétitions qui se déroulent une fois par semaine au minimum prennent du temps mais ces derniers ne souhaitent pas quitter les bancs de l’école pour autant. « Cela fait peur à nos parents. Nous avons besoin de garder un plan B tout en conservant notre rêve », avoue Maureen.
Pour le moment, le quatuor reste modeste et souhaite faire à faire le plus de scènes possibles. « Pour une fois, nous n’avons pas eu à ramener notre matériel ni à demander à toutes nos connaissances de venir », indique Timothée, le plus réservé, suite à leur prestation au tremplin des talents. Grâce à la qualité de leur musique, la salle s’est remplie au fur et à mesure de la performance. Le groupe est ensuite remonté avec deux rappeurs afin de les accompagner. Une expérience nouvelle pour ce groupe qui a encore ses plus beaux jours devant lui. « Hobe » ou le début d’une aventure.
Oumar Diawara

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021