Confortablement installés dans un canapé dirigé en face d’une cinquantaine d’admirateurs, Mouloud Achour témoigne de son amour pour le rap. Plus qu’un genre musical, une culture qui a connu son âge d’or dans les années 90. Si la période sacrée est passée, Mouloud explique qu’une forme de renouveau apparue en 2013 lui a donné envie de lancer Clique. Aujourd’hui, il souhaite donner la parole aux opprimés en cultivant une forme d’indépendance :« Je veux redonner de l’amour aux gens comme nous ». Son retour à la télévision dans un nouveau format est en négociation, l’animateur souhaitant s’adresser au maximum de personnes possible. En 2017, pour les élections présidentielles, Mouloud Achour va donner la parole à ceux qui subissent plutôt qu’à ceux qui n’agissent plus.

Oumar Diawara

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021