En direct du Banlieue is Beautiful. Aperçu au palais de Tokyo, Jean-Luc Guizonne est un des acteurs du spectacle Tupac, requiem pour un thug.

Le public du palais de Tokyo admire la performance Tupac, requiem pour un thug, un spectacle mis en scène par Nadir Ioulain . Ce spectacle qui retrace la vie du célèbre rapeur américain (décédé en 1996), interprété par les acteurs de la compagnie Aciac, dont Zahra Soilihi est la directrice. Le Bondy Blog est allé à la rencontre de Jean-Luc Guizonne, qui joue un des rôles de Tupac.

A 35 ans, ce comédien, chanteur et mannequin a un CV bien rempli. Sa carrière, il la commence très tôt. Il se souvient de son enfance, « sur les bancs de l’église, je chantais« . Une passion à laquelle ses parents l’ont initié très jeune, « mes parents m’ont mis très tôt à la musique. »

C’est vers l’âge de 17 ans que les choses se concrétisent. Il intègre un groupe vocal, Essentiel avec des copains, entame des tournées en France et en Afrique du Nord, sans jamais sortir d’album, juste pour le fun. Il participe aussi à la comédie musicale du Roi Lion en jouant le rôle de Musafa. Jean-Luc plutôt spécialisé en chant apprend de nouvelles choses, « c’est à travers Le Roi Lion que j’ai découvert la comédie« , explique l’acteur.

Aujourd’hui, il est une des incarnations de Tupac dans le spectacle de Nadir Ioulain. L’acteur a déjà la cote, les demandes de photos fusent autour de lui à la fin de la représentation. Une carrière qui commence bien !

Imane Youssfi

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021