Né en Guadeloupe de parents haïtiens, le rappeur Kery James met en rimes la saudade des banlieues mais il ne perd jamais espoir. Mieux, il entend s’investir. Lorsque je lui demande ce qui a évolué depuis deux ans, il nous donne son sentiment sur ce qui a été fait et surtout sur ce qu’il reste a faire. « Il ne faut pas nier que depuis 2005, les choses ont sensiblement bougé, dit-il. Dans la représentation des minorités par exemple, le gouvernement et les médias nous accordent une plus grande place. Même si ce n’est que de la poudre aux yeux, nous en avons besoin. » Il me fait part de son projet de créer une association qui agirait dans le domaine de l’éducation. Il pense que « ceux qui ont réussi ont le devoir d’aider les autres à s’en sortir. L’éducation est la base de tout. C’est dès le plus jeune âge que tout se joue ».

Son association, précise Kery James, mènerait trois types de projets: aide aux devoirs pour les plus petits afin d’éviter qu’ils décrochent; bourse pour ceux qui auraient besoin d’un soutien financier leur permettant de poursuivre leurs études, notamment dans de grandes écoles; aide aux jeunes qui souhaiteraient créer leur entreprise. Il mobilise actuellement des personnalités: artistes, sportifs ou chefs d’entreprises, venant de banlieue et qui ont réussi dans leur sphère propre. Ces derniers contribueraient au financement de l’association.

Il lui paraît logique que chacun agisse au mieux de ses intérêts: « Les riches défendent les riches, à nous de défendre les intérêts des nôtres, professe-t-il. Il ne faut pas attendre que les solutions viennent toutes seules, bougeons-nous pour que les choses se concrétisent. » Même s’il pense qu’une aide de l’Etat est nécessaire, des initiatives privées du genre de celle qu’il entend conduire lui paraissent essentielles. C’est, ajoute-t-il, le premier pas vers « une véritable révolution sociale qui est aujourd’hui indispensable ».

Fethi Ichou

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021