Né en Guadeloupe de parents haïtiens, le rappeur Kery James met en rimes la saudade des banlieues mais il ne perd jamais espoir. Mieux, il entend s’investir. Lorsque je lui demande ce qui a évolué depuis deux ans, il nous donne son sentiment sur ce qui a été fait et surtout sur ce qu’il reste a faire. « Il ne faut pas nier que depuis 2005, les choses ont sensiblement bougé, dit-il. Dans la représentation des minorités par exemple, le gouvernement et les médias nous accordent une plus grande place. Même si ce n’est que de la poudre aux yeux, nous en avons besoin. » Il me fait part de son projet de créer une association qui agirait dans le domaine de l’éducation. Il pense que « ceux qui ont réussi ont le devoir d’aider les autres à s’en sortir. L’éducation est la base de tout. C’est dès le plus jeune âge que tout se joue ».

Son association, précise Kery James, mènerait trois types de projets: aide aux devoirs pour les plus petits afin d’éviter qu’ils décrochent; bourse pour ceux qui auraient besoin d’un soutien financier leur permettant de poursuivre leurs études, notamment dans de grandes écoles; aide aux jeunes qui souhaiteraient créer leur entreprise. Il mobilise actuellement des personnalités: artistes, sportifs ou chefs d’entreprises, venant de banlieue et qui ont réussi dans leur sphère propre. Ces derniers contribueraient au financement de l’association.

Il lui paraît logique que chacun agisse au mieux de ses intérêts: « Les riches défendent les riches, à nous de défendre les intérêts des nôtres, professe-t-il. Il ne faut pas attendre que les solutions viennent toutes seules, bougeons-nous pour que les choses se concrétisent. » Même s’il pense qu’une aide de l’Etat est nécessaire, des initiatives privées du genre de celle qu’il entend conduire lui paraissent essentielles. C’est, ajoute-t-il, le premier pas vers « une véritable révolution sociale qui est aujourd’hui indispensable ».

Fethi Ichou

Articles liés

  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022
  • La Guerre des bouffons : une légende de Bondy

    Dans ce premier roman qui vient de paraître chez Clique Editions, Idir Hocini revient sur ses années d’enfance et ses aventures au lycée Jean Renoir de Bondy. L’ancienne plume du Bondy blog dont l’écriture était déjà remarquée, se dépasse et fait notre fierté. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 09/09/2022