En soutien aux deux fillettes palestiniennes gravement brûlées lors de l’incendie de leur maison près de Naplouse en septembre 2013, le rappeur Kery James se produira le 17 mars à Nanterre (92).
Depuis toujours, le rap est un exutoire, un poème brusque par lequel leurs auteurs plus ou moins doué racontent des tranches de vies, des opinions, des frustrations. Kery James est l’un d’entre eux. Depuis des années, il fait rimer son attachement envers les palestiniens avec son amour des mots. « C’est un sujet auquel j’ai été sensibilisé très tôt : en 1998 j’écrivais : « Hardcore sera la reconquête de la Palestine »» en 2009 avec le coeur et la raison il persiste et tente de combattre l’injustice avec justesse. Kery James chantera dans un concert solidaire le 17 mars à Nanterre pour venir en aide à deux petites filles palestiniennes, Habiba et Leyane qui doivent se faire opérer en France.
Les deux fillettes avaient été gravement brulées dans l’incendie de leur maison au coeur du camps de Belata près de Naplouse. C’est en septembre 2013 que le drâme se produit: un incendie se déclare dans l’immeuble où vivent les petites filles à cause d’une explosion de gaz. Leur grande soeur alors agée de 10 ans perdra la vie en tentant de sauver celle de ses cadettes. Leyane et Habiba s’en sortent mais avec de graves séquelles. Le temps agravera le cas des deux fillettes qui n’ont pas pu être soignées à temps.
Plusieurs appels aux dons sont alors organisés sur internet. Auxquels s’ajoutera le concert de Kery James

« la totalité des recettes sera reversée à l’association Un nouveau visage pour espérer récolter les 16000 euros qui manquent pour payer les soins des 2 petites filles et les soigner », précise-t-il.
S’il est si attachée à ces fillettes, c’est parce qu’il est persuadé de les avoir rencontrées lors de son voyage en Palestine « je me suis rendu dans ce camps. J’ai rencontré de nombreuses familles, je sais que je suis allé chez elles » un voyage marquant, dont il n’oubliera jamais les rencontres. « Je n’oublierai jamais leurs regards, le fait que malgré la situation, ils ont toujours gardé la tête haute. Ce ne sont pas des mendiants, ils ne sont pas là à réclamer quoi que ce soit. La seule chose qu’ils demandent, c’est de communiquer au monde ce qu’on a vu, leur situation, leurs conditions de vie. »
Mais le rappeur ne se voit pas en héros, tout ce qu’il veut c’est apporter une pierre à l’édifice et essayer avec ses moyens d’être le changement qu’il voudrait voir dans le monde. Et en attendant que le monde change, Kery James chante. Il chante pour que ces deux petites puissent de nouveau chanter elles aussi. Habiba, Leyane, leur mère et leur grand-mère seront présentes mardi 17 mars à Nanterre pour pour le concert.
Widad Ketfi

Articles liés

  • Sim Marek : Le street art comme échappatoire

    Des murs de Tunis à ceux de Paris, Sim Marek est désormais un street artiste reconnu dans le milieu. Graffeur, plasticien et tatoueur, il est aussi membre de L’atelier des artistes en exil. Entre les pschitts et l’odeur enivrante de la peinture, Sim revient sur son parcours. Portrait.

    Par Vera Fesquet
    Le 24/01/2023
  • Tirailleurs : projection exceptionnelle à Bondy, pour ne pas oublier

    Mercredi soir, le ciné Malraux de Bondy projetait le film Tirailleurs en présence de quatre anciens tirailleurs bondynois. Le réalisateur Mathieu Vadepied, l’acteur Bamar Kane, Aïssata Seck et Christiane Taubira étaient au rendez-vous. Un événement pour ne pas oublier ces soldats morts pour la France.

    Par Névil Gagnepain, Félix Mubenga
    Le 20/01/2023
  • Jok’Air de retour au collège pour offrir sa BD

    Le rappeur parisien était de retour sur les bancs de l’école dans le 13e arrondissement de Paris. Accompagné de l’association « La mélodie des quartiers », il a offert des exemplaires de sa nouvelle BD autobiographique aux élèves du collège Thomas Mann. Reportage.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2023