En soutien aux deux fillettes palestiniennes gravement brûlées lors de l’incendie de leur maison près de Naplouse en septembre 2013, le rappeur Kery James se produira le 17 mars à Nanterre (92).
Depuis toujours, le rap est un exutoire, un poème brusque par lequel leurs auteurs plus ou moins doué racontent des tranches de vies, des opinions, des frustrations. Kery James est l’un d’entre eux. Depuis des années, il fait rimer son attachement envers les palestiniens avec son amour des mots. « C’est un sujet auquel j’ai été sensibilisé très tôt : en 1998 j’écrivais : « Hardcore sera la reconquête de la Palestine »» en 2009 avec le coeur et la raison il persiste et tente de combattre l’injustice avec justesse. Kery James chantera dans un concert solidaire le 17 mars à Nanterre pour venir en aide à deux petites filles palestiniennes, Habiba et Leyane qui doivent se faire opérer en France.
Les deux fillettes avaient été gravement brulées dans l’incendie de leur maison au coeur du camps de Belata près de Naplouse. C’est en septembre 2013 que le drâme se produit: un incendie se déclare dans l’immeuble où vivent les petites filles à cause d’une explosion de gaz. Leur grande soeur alors agée de 10 ans perdra la vie en tentant de sauver celle de ses cadettes. Leyane et Habiba s’en sortent mais avec de graves séquelles. Le temps agravera le cas des deux fillettes qui n’ont pas pu être soignées à temps.
Plusieurs appels aux dons sont alors organisés sur internet. Auxquels s’ajoutera le concert de Kery James

« la totalité des recettes sera reversée à l’association Un nouveau visage pour espérer récolter les 16000 euros qui manquent pour payer les soins des 2 petites filles et les soigner », précise-t-il.
S’il est si attachée à ces fillettes, c’est parce qu’il est persuadé de les avoir rencontrées lors de son voyage en Palestine « je me suis rendu dans ce camps. J’ai rencontré de nombreuses familles, je sais que je suis allé chez elles » un voyage marquant, dont il n’oubliera jamais les rencontres. « Je n’oublierai jamais leurs regards, le fait que malgré la situation, ils ont toujours gardé la tête haute. Ce ne sont pas des mendiants, ils ne sont pas là à réclamer quoi que ce soit. La seule chose qu’ils demandent, c’est de communiquer au monde ce qu’on a vu, leur situation, leurs conditions de vie. »
Mais le rappeur ne se voit pas en héros, tout ce qu’il veut c’est apporter une pierre à l’édifice et essayer avec ses moyens d’être le changement qu’il voudrait voir dans le monde. Et en attendant que le monde change, Kery James chante. Il chante pour que ces deux petites puissent de nouveau chanter elles aussi. Habiba, Leyane, leur mère et leur grand-mère seront présentes mardi 17 mars à Nanterre pour pour le concert.
Widad Ketfi

Articles liés

  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022
  • La Guerre des bouffons : une légende de Bondy

    Dans ce premier roman qui vient de paraître chez Clique Editions, Idir Hocini revient sur ses années d’enfance et ses aventures au lycée Jean Renoir de Bondy. L’ancienne plume du Bondy blog dont l’écriture était déjà remarquée, se dépasse et fait notre fierté. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 09/09/2022