En soutien aux deux fillettes palestiniennes gravement brûlées lors de l’incendie de leur maison près de Naplouse en septembre 2013, le rappeur Kery James se produira le 17 mars à Nanterre (92).
Depuis toujours, le rap est un exutoire, un poème brusque par lequel leurs auteurs plus ou moins doué racontent des tranches de vies, des opinions, des frustrations. Kery James est l’un d’entre eux. Depuis des années, il fait rimer son attachement envers les palestiniens avec son amour des mots. « C’est un sujet auquel j’ai été sensibilisé très tôt : en 1998 j’écrivais : « Hardcore sera la reconquête de la Palestine »» en 2009 avec le coeur et la raison il persiste et tente de combattre l’injustice avec justesse. Kery James chantera dans un concert solidaire le 17 mars à Nanterre pour venir en aide à deux petites filles palestiniennes, Habiba et Leyane qui doivent se faire opérer en France.
Les deux fillettes avaient été gravement brulées dans l’incendie de leur maison au coeur du camps de Belata près de Naplouse. C’est en septembre 2013 que le drâme se produit: un incendie se déclare dans l’immeuble où vivent les petites filles à cause d’une explosion de gaz. Leur grande soeur alors agée de 10 ans perdra la vie en tentant de sauver celle de ses cadettes. Leyane et Habiba s’en sortent mais avec de graves séquelles. Le temps agravera le cas des deux fillettes qui n’ont pas pu être soignées à temps.
Plusieurs appels aux dons sont alors organisés sur internet. Auxquels s’ajoutera le concert de Kery James

« la totalité des recettes sera reversée à l’association Un nouveau visage pour espérer récolter les 16000 euros qui manquent pour payer les soins des 2 petites filles et les soigner », précise-t-il.
S’il est si attachée à ces fillettes, c’est parce qu’il est persuadé de les avoir rencontrées lors de son voyage en Palestine « je me suis rendu dans ce camps. J’ai rencontré de nombreuses familles, je sais que je suis allé chez elles » un voyage marquant, dont il n’oubliera jamais les rencontres. « Je n’oublierai jamais leurs regards, le fait que malgré la situation, ils ont toujours gardé la tête haute. Ce ne sont pas des mendiants, ils ne sont pas là à réclamer quoi que ce soit. La seule chose qu’ils demandent, c’est de communiquer au monde ce qu’on a vu, leur situation, leurs conditions de vie. »
Mais le rappeur ne se voit pas en héros, tout ce qu’il veut c’est apporter une pierre à l’édifice et essayer avec ses moyens d’être le changement qu’il voudrait voir dans le monde. Et en attendant que le monde change, Kery James chante. Il chante pour que ces deux petites puissent de nouveau chanter elles aussi. Habiba, Leyane, leur mère et leur grand-mère seront présentes mardi 17 mars à Nanterre pour pour le concert.
Widad Ketfi

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021