Ce week-end se déroulait la troisième édition du Mondial du tatouage organisé par l’incontournable Tin-tin. Près de 340 artistes issus des quatre coins du globe se sont réunis sous la Grande Halle de la Villette. Pas moins de 30.000 visiteurs étaient attendus pour se rincer l’œil, mais aussi se faire tatouer. D’autres comme Dickyland, s’y sont rendus pour une toute autre raison.
Ce tatoueur de 28 ans a découvert cet art en 2010. « Je me suis rendu avec un ami dans un salon près de Châtelet et elle m’a présenté un tatoueur. En voyant son travail, ça m’a fait rêver. Je me suis dit que mes œuvres pourraient rester à vie sur des gens », se souvient Dickyland. C’est alors qu’il décide de franchir le cap, lui qui adore dessiner. « J’ai beaucoup appris seul. Je prenais des conseils auprès de plusieurs tatoueurs et je regardais énormément de vidéos. Un ami tatoueur m’a formé. La première personne que j’ai tatouée est un ami à moi et voilà deux ans que j’ai ouvert mon propre salon », raconte ce jeune homme qui a un penchant pour les fleurs, les œuvres asiatiques et les femmes. Et si l’inspiration ne lui manque pas, aller au Mondial du tatouage est un rendez-vous incontournable pour lui.
Tatouage2Sur place dès vendredi et de retour le dimanche, il a visité tous les stands de la Halle, cumulant cartes de visite et flyers des professionnels dans ses poches. Admiratif du travail parfois complètement dingue des plus grands du milieu, il n’hésite pas à se diriger vers les jeunes tatoueurs dont le talent est déjà très avancé. Les livres et le tatouage polynésien traditionnel l’attirent tout autant. « Le côté ouvert et voyeur du salon me plaît beaucoup. Se tatouer est généralement privé et personnel, mais là, les gens s’exposent sans gêne et fièrement. Ils se laissent admirer et photographier sans problème, c’est plaisant », explique-t-il.
Dickyland peut y rester des heures sans regarder sa montre, et profite de ses week-ends de début mars pour y aller depuis le retour du Mondial à Paris en 2013. Des bras aux jambes, en passant par les crânes et les ventres tatoués, tout est matière à apprendre. Mais à force de voir autant de couleurs sur les peaux et d’entendre autant d’aiguilles qui s’agitent, il ne cesse de répéter « comment j’ai envie de tatouer des couleurs ». Car au Mondial, les TatouageUnecouleurs ne manquent pas sur les tatoués. Du bleu roi au vert émeraude, en passant par le orange et le rouge bien vif, certains dont le corps est une toile vivante ne peuvent s’imaginer simplement tatoué de noir. Et notre jeune tatoueur sait à quel point les couleurs flashies sont demandées.
C’est pourquoi à chaque visite au Mondial du tatouage, il passe par la boutique du fond qui vend encres, aiguilles, machines et produits nécessaires pour sublimer la peau de ses clients. Sans compter, il n’a qu’une chose en tête : « avoir tout le matériel et faire de belles pièces à ses clients et surtout, avoir des clients qui souhaitent se faire tatouer avec de belles couleurs » dans son salon situé avenue Jean Jaurès à Bobigny. Et quand on lui demande s’il se voit tenir un stand au Mondial du tatouage, il conclut : « pourquoi pas, dans une dizaine d’années ! »
Inès El Laboudy

Articles liés

  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022
  • La Guerre des bouffons : une légende de Bondy

    Dans ce premier roman qui vient de paraître chez Clique Editions, Idir Hocini revient sur ses années d’enfance et ses aventures au lycée Jean Renoir de Bondy. L’ancienne plume du Bondy blog dont l’écriture était déjà remarquée, se dépasse et fait notre fierté. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 09/09/2022