« Ce 29 février il faut absolument que je fasse un truc de ouf » lançait une bloggeuse un soir de réunion au Bondy Blog. Le 29 février c’est aujourd’hui et le truc de ouf c’était Faïza Guène au Studio 13/16.
« Faïza Guène, ouais je la connais. J’ai lu Kiff kiff demain, à l’ancienne ». A l’ancienne, c’est ce que craint notre invitée du jour : « passer le cap de la trentaine c’est quelque chose, j’espère qu’avec les ados ça va le faire ». Pourtant habituée à intervenir dans des établissements scolaires, aujourd’hui l’exercice est différent : les jeunes viennent de leur plein gré, il n’y a aucune obligation de présence.
Alors que l’affluence a été importante ce week-end à l’occasion des scènes ouvertes, sera-t-elle aussi conséquente pour un atelier d’écriture ? Quand on a entre 13 et 16 ans, est-ce qu’on sacrifie une journée de vacance ensoleillée pour participer à un atelier d’écriture ? Pour Léo, Clara, Mehdi et les autres, la réponse est positive.
L’exercice : réaliser un portrait fictif d’une personne présente dans la salle. « Par exemple, les deux dames qui passent là, on a l’impression qu’elles ont fait Koh-Lanta, j’image qu’elles ont le même coiffeur, le même coloriste. Et puis elle, à votre avis est-ce qu’elle a bénéficié de l’épreuve de confort ? » s’amuse Faïza.
L’air de rien, elle vient de donner un exemple qui inspire tout le monde. C’est parti. Un crayon de papier, des feuilles blanches, un fond musical et les jeunes sont lancés.  La musique motive certains alors qu’elle en déconcentre d’autres. Sur la question, Faïza Guène est partagée : « Une fois que j’ai mes personnages bien en tête, ça ne me dérange pas de travailler en musique ».
En fait, les jeunes inventent des vies. Ils donnent des rôles aux inconnus. « C’est ce que j’adore faire dans le métro » confesse Faïza. On est au -1 du centre Pompidou, il y a autant de bruit que sur la ligne 13, on s’y croirait presque.
Sarah Ichou

Articles liés

  • On est là : un podcast pour renverser les clichés sur les “meufs de cités”

    Annabelle aka AIM, a créé le podcast "On est là" pour donner la parole à des femmes qui ont grandi en cité. Un format en cinq épisodes où ses invitées évoquent leur vécu et la manière dont elles se sont construites : de la honte de classe à l’affirmation de soi. Nous avons rencontré la créatrice de ce podcast. Interview.

    Par Anissa Rami
    Le 08/12/2022
  • À Noisy-le-Sec, le film Nos frangins résonne avec le vécu des spectateurs

    Le film de Rachid Bouchareb a été projeté en avant-première à la 11e édition du festival du cinéma franco-arabe de Noisy-le-Sec. Présenté dans la sélection « Cannes Premières » du festival de Cannes 2022, son film retrace les histoires de Malik Oussekine et d’Abdel Benyahia tués par la police le même soir de décembre. Reportage.

    Par Emeline Odi
    Le 06/12/2022
  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022