« Ce 29 février il faut absolument que je fasse un truc de ouf » lançait une bloggeuse un soir de réunion au Bondy Blog. Le 29 février c’est aujourd’hui et le truc de ouf c’était Faïza Guène au Studio 13/16.
« Faïza Guène, ouais je la connais. J’ai lu Kiff kiff demain, à l’ancienne ». A l’ancienne, c’est ce que craint notre invitée du jour : « passer le cap de la trentaine c’est quelque chose, j’espère qu’avec les ados ça va le faire ». Pourtant habituée à intervenir dans des établissements scolaires, aujourd’hui l’exercice est différent : les jeunes viennent de leur plein gré, il n’y a aucune obligation de présence.
Alors que l’affluence a été importante ce week-end à l’occasion des scènes ouvertes, sera-t-elle aussi conséquente pour un atelier d’écriture ? Quand on a entre 13 et 16 ans, est-ce qu’on sacrifie une journée de vacance ensoleillée pour participer à un atelier d’écriture ? Pour Léo, Clara, Mehdi et les autres, la réponse est positive.
L’exercice : réaliser un portrait fictif d’une personne présente dans la salle. « Par exemple, les deux dames qui passent là, on a l’impression qu’elles ont fait Koh-Lanta, j’image qu’elles ont le même coiffeur, le même coloriste. Et puis elle, à votre avis est-ce qu’elle a bénéficié de l’épreuve de confort ? » s’amuse Faïza.
L’air de rien, elle vient de donner un exemple qui inspire tout le monde. C’est parti. Un crayon de papier, des feuilles blanches, un fond musical et les jeunes sont lancés.  La musique motive certains alors qu’elle en déconcentre d’autres. Sur la question, Faïza Guène est partagée : « Une fois que j’ai mes personnages bien en tête, ça ne me dérange pas de travailler en musique ».
En fait, les jeunes inventent des vies. Ils donnent des rôles aux inconnus. « C’est ce que j’adore faire dans le métro » confesse Faïza. On est au -1 du centre Pompidou, il y a autant de bruit que sur la ligne 13, on s’y croirait presque.
Sarah Ichou

Articles liés

  • Les créateurs d’origine africaine : entre couture et culture

    Alors que la fashion week masculine bat son plein à Paris, l’accès aux maisons de haute couture est plus difficile pour certains créateurs. Les artistes issus des minorités ethniques choisissent pour beaucoup l’indépendance en créant leurs marques, et en affichant leur héritage culturel comme source d’inspiration. Une revendication de ce qui constitue leur identité. Loin des appropriations culturelles des grandes maisons. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 21/01/2022
  • Placés : de l’ombre à la lumière des Maisons d’enfance

    Sorti en salles le 12 janvier dernier, Placés est le premier film du réalisateur Nessim Chikhaoui qui raconte le quotidien haut en couleurs d'une bande de gamins placés à l'Aide Sociale à l'enfance. Un film drôle, touchant, qui raconte sans détours une réalité souvent douloureuse. Un coup de coeur pour notre contributeur Félix Mubenga. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/01/2022
  • Avec « Nous », Alice Diop retisse la trame de notre société

    Comment des personnes aussi différentes les unes des autres font-elles société ? Comment passer de la somme des 'je' individuels à la formation du 'nous' collectif ? C'est avec cette intrigue sociale et politique que la réalisatrice Alice Diop a démarré son documentaire 'Nous'. Un film qui sortira en février 2022, disponible actuellement sur Arte, et qu'a vu Nassera Tamer. Critique.

    Par Nassera Tamer
    Le 22/12/2021