Bondy et la musique étaient des mots qui n’allaient pas ensemble. A part la voix des petits chanteurs de cru, les locaux n’avaient rien à se mettre dans l’oreille. Cette époque est révolue depuis l’inauguration, mercredi, de l’école Olympe de Gouges. Un projet enfin abouti, dont l’ambition très républicaine est la démocratisation de l’excellence vocale et musicale, au-delà du périph’. L’école, superbe, est située à Bondy nord, longtemps à l’abandon, aujourd’hui en pleine rénovation. Olympe de Gouges hébergera cette année la maîtrise de Radio France, qui offrira une formation musicale de haut niveau à des élèves de CE1, semblable à celle que reçoivent leurs petits homologues de La Fontaine, dans le XVIe à Paris. On retrouvera peut-être dans quelques années des Bondynois dans les plus grands chœurs du monde.

L’inauguration s’est faite en présence du gratin républicain, national et local: la secrétaire d’Etat à la politique de la ville Fadela Amara, la députée Elisabeth Guigou, le préfet de Seine-Saint-Denis Claude Baland, le maire de Bondy bien sûr, Gilbert Roger, et le président de Radio France Jean-Paul Cluzel. Fadela Amara, en digne féministe, a dit sa fierté de voir cette école porter le nom d’une femme telle qu’Olympe de Gouges, qui a laissé cette phrase célèbre: « La femme a le droit de monter à l’échafaud, elle devrait aussi avoir le droit de monter à la tribune. » Gilbert Roger a émis un vœu: la création, à Bondy, sa ville, d’un festival pour les chorales du monde entier.

Après un petit concert des élèves de l’établissement La Fontaine, j’ai rencontré le directeur d’Olympe de Gouges, Yannick Saint Aubert, qui n’a pas été choisi par hasard. Il connaît parfaitement Bondy, où il a précédemment dirigé une école pendant dix-neuf ans. « Tous les élèves proviennent du secteur de Bondy nord, indique-t-il. Le recrutement pour la classe de maîtrise Radio France a été effectué l’année dernière dans les classes de CP des cinq autres écoles de Bondy nord. » Cent trente élèves ont été auditionnés et 23 ont été admis. Ceux-ci disposeront d’un clavier offert par Radio France et l’Education nationale. Eh oui, à côté du chant, il faudra faire ses gammes au piano, dans un emploi du temps aménagé.

Un jeune élève de la nouvelle maîtrise, en costume, se présente : « Je m’appelle Donati (photo) et je viens de Bondy nord, me dit-il. J’étais à l’école Bouloche, j’ai passé l’audition l’année dernière, il fallait chanter une chanson avec un piano mais je ne me rappelle plus laquelle j’ai chanté, cette école est super bien et en plus j’ai retrouvé des copines dans ma classe cette année. » Sa mère, très fière, me confie: « Donati chante et danse depuis tout petit, il adore ça, alors quand nous avons appris la création de cette école et après avoir vu le livret avec le programme proposé pour cette classe, nous ne pouvions pas laisser passer cette chance. »

Dans la cour de l’école, des jeunes de la cité voisine et des jeunes chanteurs de la maîtrise de Radio France du XVIe parisien, interprètent un « battle » de « beat box » et de danse « tecktonik ». Je trouve génial que ces petits mondes d’habitude séparés, qui d’ordinaire s’évitent, soient rapprochés par la musique et le chant l’espace d’une soirée.

Yoann Defaix

Yoann Defaix

Articles liés

  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022
  • Diam’s passe le Salam : votre rappeuse préférée ne veut plus l’être

    Parmi les sorties raps attendues, Diam’s revient avec la bande originale du film Salam. Sorti le 18 novembre sur Prime vidéo, ce documentaire lui est consacré. Une figure tutélaire du rap à laquelle nous devons nous résoudre à dire au revoir. Pour elle et pour la nouvelle génération de rappeuses. Édito.

    Par Anissa Rami
    Le 22/11/2022
  • Le rap en langues des signes au Hip-Hop Symphonique : Une rencontre réussie

    Depuis 2018, le Hip-Hop symphonique est entièrement interprété en langue des signes française. Pour cette septième édition, 14 rappeurs et rappeuses sont accompagnés par les 43 musicien-ne-s de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, et le groupe The Ice Kream. Devant un public de 1200 personnes, c'est le collectif de chansigneurs, Integraal, qui signe l'évènement en live. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 17/11/2022