Malik, 19 bougies, une condamnation, un voyage en prison. Six années, enfermé. Son visage, abîmé par les lames qui l’on perforé violemment. Son visage, égratigné par les coups. Les gifles. Les points. Pas un visage, une gueule (photo). Une gueule à l’ombre des barreaux qui s’y dessinent parfaitement. Et une gueule illuminée, à trois reprises seulement. Trois sourires, dents éclatantes, qui envahissent le grand écran. On ne voit que lui, ce sourire lumineux, radieux, qui frôle le divin.

La première fois, premier shoot avec un compagnon de cellule. C’est Noël, la prison prend des couleurs, mais le Père Noël ne passera pas. Le second sourire, pure et intriguant, c’est lors d’une permission. Pas lorsqu’enfin il sent la liberté, non, mais quand il fusille et explose des crânes. Des crânes de mecs qu’on lui a demandé d’assassiner, froidement. Il l’a fait. Enfin, dernier sourire, lorsque… On n’en dira pas plus. Ces trois scènes, exceptionnelles, résument à elles seules le film de Jacques Audiard, « Un Prophète ». Un conte noir et sombre, jonché d’espoir, porté par un acteur qui n’a pas de fini de monter.

On a dit beaucoup du film d’Audiard. Mais on a quasiment oublié un aspect. La religion qui s’invite en milieu carcéral. Des corps s’abaissant au nom d’Allah, qu’aperçoit de loin Malik. Il ne les rejoindra pas, croit-on. Restera avec les Corses, sous leur protection. Mal vu par les « barbus », Malik, parce qu’il s’attarde dans le camp opposé. Et mal vu par les Corses parce qu’il devrait être avec les siens, les Arabes. Tiraillé, déchiqueté, comme renié de tous les côtés, Malik.

Des barbus qui magouillent eux aussi et se font justiciers dans les bagarres qui éclatent. Qui donnent du « frère » à Malik et lui font les yeux doux pour qu’il les rejoigne. Les djellabas face à des Corses tout aussi manipulateurs et avides de pouvoir sur la prison. Malik, l’enjeu : qui rejoindra-t-il ? Ralliera-t-il seulement un camp ? La religion islamique, elle, se diffuse comme une fumée inodore dans les allées des prisons.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021