Cette grande famille voit le jour en 1945 à l’initiative d’un jeune instituteur bondynois, Roger Tribouilloy. Passionné de chant choral qui a ensuite su, avec son épouse Angèle, en faire une chorale de renom dont le monde artistique fait souvent appel aux côtés de grands artistes (sur les scènes parisiennes les plus prestigieuses, dans les plus importantes émissions de télévision).
Cette réussite musicale fait d’ailleurs en 1985 de Roger Tribouilloy Chevalier de la Légion d’Honneur. « La chorale a commencé d’ailleurs à avoir une certaine renommée à partir des années 1950 en remportant différents concours internationaux qui lui a donné ses lettres de noblesse » confie Alain Azizian, son directeur, lui-même ancien petit chanteur. Il poursuit : « dans la région parisienne, il y a deux chorales qui ont un niveau quasi professionnel : celle de Bondy et Les Petits Chanteurs d’Asnières, connue également sous le nom de Poppys. Parfois, on fait des chants ensemble comme celui fait il y a deux ans au stade de France à l’occasion de la finale de la coupe de France de football ou par exemple encore pour fêter les 10 ans en hommage à Pierre Bachelet lors du spectacle Marionnettiste organisé par son épouse à sa mémoire où nous avons interprété ses chansons pendant 10 jours à la salle Alhambra à Paris. Souvent quand les producteurs cherchent une chorale, c’est soit celle de Bondy ou bien celle d’Asnières ».
Un hommage aussi rendu à ses fondateurs lorsque la ville de Bondy baptisait son auditorium « Angèle et Roger Tribouilloy », lequel a été inauguré le 30 novembre 2013. Ce n’est pas non plus par hasard que l’annexe de La Maîtrise de Radio France a décidé de s’installer à Bondy nord en 2007 lorsque celle de Paris cherchait son antenne en banlieue.
En 1990, la relève est prise par plusieurs anciens Petits Chanteurs dont notamment Alain Azizian son directeur et Gilbert Oget son chef de chœur qui continuent à mener cette troupe chantante. Une chorale composée de 50 filles et garçons de 8 ans à 23 ans dont 80% de Bondynois et 20% d’enfants d’autres villes de Seine-Saint-Denis.
C’est un samedi après-midi que je suis allée les rencontrer lors de leurs répétitions, de 14h à 15h30. Difficile de ne pas se laisser emporter par ces chants enfantins qui vous font sentir légers comme si l’on papillonnait sur les différentes notes entonnées.
Des tournées ? Ils en ont fait beaucoup durant toutes ces décennies au Chili, aux États-Unis, en Suisse, en Espagne, en Allemagne et régulièrement en France (deux fois par an pendant les vacances scolaires de février et de Pâques). De quoi vit cette chorale ? En un mot, de son art. Elle ne reçoit aucune subvention, à part celle en nature de la ville de Bondy qui lui prête un local. Elle enregistre ses propres CD qu’elle vend à 20 euros lors de ses tournées. On chante donc juste pour le plaisir et dans la bonne humeur.
Les faits les plus marquants ? Il y en a tellement depuis ces sept décennies. « Le plus marquant a été le 13 septembre 1992 à l’hippodrome de Vincennes lors du concert de Michael Jackson, la chorale l’a accompagné devant 80 000 personnes dans la chanson « Heal the World » lors de sa fameuse tournée « Dangerous World Tour ». Michael Jackson a ensuite autorisé la chorale à chanter en français cette chanson sous le titre « Change Le Monde » » raconte le directeur.
« Change Le Monde »
La chorale de Bondy a participé à de nombreuses émissions comme le Club Dorothée, Champs-Elysées, Vivement Dimanche, 300 Chœurs pour plus de vie, Théléthon, Graines de Star. Elle a accompagné différents artistes tels que Tino Rossi, Pierre Bachelet, Hugues Aufray, Philippe Lavil, Hélène Segara, Amaury Vassili, Garou ou encore Césaria Évora. En studio d’enregistrement avec Chantal Goya, Richard Cocciante, Didier Barbelivien, Francis Cabrel.
En 2004, la chorale bondynoise participe au spot publicitaire pour la Ligue du Football Professionnel. Cette même année, elle enregistre la version française de la chanson « Double Trouble » du nouveau film « Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ». La chorale s’illustre également dans d’autres manifestations locales comme celle des vœux du Maire à Bondy et celles nationales comme celle de l’été dernier lors du 70e anniversaire de la libération de Paris (la chorale interprétait le chant des Partisans en compagnie du chœur de l’armée française et des petits chanteurs d’Asnières sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris en présence du Président de la République François Hollande et la Maire de Paris Anne Hidalgo).
Pour fêter son 70e anniversaire, la chorale prépare un programme en trois parties avec du chant classique (Mozart, Verdi …), du chant moderne actuel national,international et folklorique ,et en troisième lieu, du Gospel et negro-spiritual. Un beau spectacle qui réunira toutes les générations de cette chorale de 8 ans à 70 ans.
Cristel Fabris

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021