Traiter du djihad à travers la fiction n’est pas une mince affaire tant le sujet est ancré dans la réalité de notre quotidien. C’est pourtant le défi que s’est lancé la réalisatrice Cheyenne-Marie Carron. En toute indépendance, elle a auto-produit le film La Chute des Hommes.

Ce drame raconte l’histoire de Lucie (Laure Lochet), une jeune femme qui part à l’étranger pour travailler sur les parfums. A l’aéroport de ce pays inconnu, elle rencontre Younès (Nouamen Maâmar), un chauffeur de taxi qui la livre aux mains de ravisseurs islamistes dont fait partie Abou (François Pouron), djihadiste d’origine française. Long de 2h20, le film raconte cette chute à travers le point de vue de ces trois personnages. Lucie est une jeune femme de son temps. Pleine de vie, on l’observe d’abord dire « au revoir » à ses proches avec une naïveté qui ne la quittera jamais. Cinéma oblige, rien ne se passe comme prévu. Un collègue qui devait la réceptionner à l’aéroport a un empêchement. C’est alors qu’elle rencontre Younès. En grandes difficultés fiancières, l’homme pourtant pieux accepte la proposition d’islamistes qui lui promettent de l’argent s’il leur « livre une Occidentale ». La chute débute alors.

Un message politique

L’ambition de La Chute des Hommes est évidemment patriotique. Les terroristes sont décrédibilisés. Dans de nombreuses scènes, nous les voyons plus ridicules qu’effrayants avec leurs « Allahu akbar » gênants et leurs caméras qui ne fonctionnent pas. De l’autre côté, le personnage de Lucie qui se voulait solaire laisse la place à une femme au visage de plus en plus assombri. On la voit forte et courageuse, sans doute trop. A travers ses mots, un message délivré à ces Français qui partent en quête d’un autre idéal : « Tu crois ce qu’ils te disent ? Tu es juste un futur corps dans un fossé ».

C’est bien ici que le film de Cheyenne-Marie Caron trouve son utilité. A travers les personnages de Lucie, Younès et en particulier d’Abou, la réalisatrice s’adresse à la jeunesse perdue. Dans La Chute des Hommes, nous observons des Français, de souche comme d’ailleurs, qui retrouvent la fierté d’être des hommes en faisant couler le sang. Mourir en martyr est leur rêve. A l’écran, nous observons Abou perdre peu à peu ses convictions fragiles. Mais l’endoctrinement, très bien mis en avant, prend le dessus sur lui. Finalement, en décrédibilisant les djihadistes, la fiction perd en crédibilité mais gagne en profondeur morale.

Le cinéma au service d’une foi

Différentes clés de lecture se cachent derrière ces trois chutes. Cheyenne-Marie Carron n’hésite pas à faire endosser ses propres opinions à ses personnages. La critique de la politique actuelle n’est pas voilée quand Lucie parle de « ces gens qui font la guerre sans nous ». Celle du port du voile, non plus. Et c’est peut-être là que les prises de position, très religieuses, de la réalisatrice pourront en déranger certains. Le film s’éloigne d’une histoire déjà longue et complexe en faisant dire à l’épouse de Younès qui est nue : « Je ne veux plus me couvrir. Si tu m’aimais, tu me donnerais de la liberté, tu m’emmenerais dans une démocratie ». Plus tard, le destin propose une « rédemption » au personnage d’Abou. Après avoir frôler la mort, l’homme conclue son récit en chantant « je vous salue Marie », la main sur une icône orthodoxe.

Cheyenne-Marie Carron ne s’en cache pas, c’est une réalisatrice patriote chrétienne. Elle met son œuvre au service de sa foi. Son précédent film, L’Apôtre, racontait l’histoire « d’Akim, jeune musulman appelé à devenir imam qui voit son identité bouleversée alors qu’il est touché par l’amour du Christ ». Ce dernier avait subi des déprogrammations. Bien que ce nouveau projet échappe aux excès du prosélytisme cinématographique, le message de la réalisatrice a le défaut de pouvoir être mal interprêté.

La Chute des Hommes reste un film dramatique qui pose des questions utiles car actuelles et préocuppantes. Cette chute est aussi la chance de pouvoir découvrir des acteurs talentueux en pleine ascension.

Oumar DIAWARA

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021