#OccupyPompidou. Atelier danse et expression corporelle aujourd’hui au centre Pompidou – où le Bondy Blog a pris place pendant quinze jours. Voyons avec Hervé Sika, directeur artistique et danseur chorégraphe, ce que nos corps ont à dire…

Échauffement ludique et rythmé par du hip-hop grand cru. La danse peut se faire à partir d’un simple mouvement, la base, c’est d’être en phase avec le beat ! Boum, la basse se fait entendre, elle rugit à chaque mesures, elle prend les mouvements des uns et des autres.

Tous en cercle, les regards se croisent et se confrontent à la timidité de chacun. Tous miment le gourou de cette assemblée, à l’aise avec ses gestes, ses pas, il dicte et orchestre sa troupe d’aujourd’hui. Une dizaine de jeunes se soumet à l’exercice tandis que les plus timides perchés sur l’estrade se livrent à la moquerie. Ce sont les plus nombreux d’ailleurs, une vingtaine d’ados flânant à Pompidou et ayant échoués au studio 13/16.

Hervé a la danse dans la peau, cela se voit, se sent par la gestuelle qu’il emprunte. La timidité étant mise (un pas) de côté, les plus courageux se prêtent au jeu, enfin à la danse en l’occurrence. On entend le parquet crisser sous les glissements des petits rats du Forum. Le souffle coupé ainsi que les gestes déséquilibrés des plus novices s’ajoutent à l’ambiance hip-hop du studio.

Hervé nous a conté le jour où il a vu un mec faire la toupie sur la tête, « la coupole », comme on dit dans le jargon. Pour lui, cela voulait dire que pour l’intéressé, le monde tourne à l’envers. C’est donc ce qu’il a voulut dire par son pas, son geste. Car tout à une signification dans la danse.

Pour lui, la danse est une façon de parler, de dire son monde, de le décrire à ce moment-là. « De tous les langages c’est de loin le plus sincère, le moins hypocrite. Tu ne peux pas tricher ou mentir avec ton corps. Ton état mental ou physique fait partie de la danse… Tout est lié », commente le danseur, par ailleurs directeur artistique de la compagnie MOOD/RV6K.

Samir Benguennouna

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021