#OccupyPompidou. Atelier danse et expression corporelle aujourd’hui au centre Pompidou – où le Bondy Blog a pris place pendant quinze jours. Voyons avec Hervé Sika, directeur artistique et danseur chorégraphe, ce que nos corps ont à dire…

Échauffement ludique et rythmé par du hip-hop grand cru. La danse peut se faire à partir d’un simple mouvement, la base, c’est d’être en phase avec le beat ! Boum, la basse se fait entendre, elle rugit à chaque mesures, elle prend les mouvements des uns et des autres.

Tous en cercle, les regards se croisent et se confrontent à la timidité de chacun. Tous miment le gourou de cette assemblée, à l’aise avec ses gestes, ses pas, il dicte et orchestre sa troupe d’aujourd’hui. Une dizaine de jeunes se soumet à l’exercice tandis que les plus timides perchés sur l’estrade se livrent à la moquerie. Ce sont les plus nombreux d’ailleurs, une vingtaine d’ados flânant à Pompidou et ayant échoués au studio 13/16.

Hervé a la danse dans la peau, cela se voit, se sent par la gestuelle qu’il emprunte. La timidité étant mise (un pas) de côté, les plus courageux se prêtent au jeu, enfin à la danse en l’occurrence. On entend le parquet crisser sous les glissements des petits rats du Forum. Le souffle coupé ainsi que les gestes déséquilibrés des plus novices s’ajoutent à l’ambiance hip-hop du studio.

Hervé nous a conté le jour où il a vu un mec faire la toupie sur la tête, « la coupole », comme on dit dans le jargon. Pour lui, cela voulait dire que pour l’intéressé, le monde tourne à l’envers. C’est donc ce qu’il a voulut dire par son pas, son geste. Car tout à une signification dans la danse.

Pour lui, la danse est une façon de parler, de dire son monde, de le décrire à ce moment-là. « De tous les langages c’est de loin le plus sincère, le moins hypocrite. Tu ne peux pas tricher ou mentir avec ton corps. Ton état mental ou physique fait partie de la danse… Tout est lié », commente le danseur, par ailleurs directeur artistique de la compagnie MOOD/RV6K.

Samir Benguennouna

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021