La planque c’est un peu comme si Les tontons flingueurs s’étaient associés aux Kool and the Gang pour aller faire le braquo du siècle en Fiat Panda. Et la salle bondée de l’avant-première au cinéma de Rosny2, ce lundi 5 septembre a apprécié ce mélange improbable. Elle n’économise pas ses applaudissements quand apparaissent les protagonistes à la fin du générique. « On veut la suite ! » réclame un fan déjà acquis à la cause du film réalisé par Akim Isker. Visiblement touchée par cet accueil chaleureux, l’équipe qui est avant tout un groupe de potes, une famille presque, répondant au patronyme d’Alakis’, salue son public avec une joie non dissimulée.

Depuis ses débuts, Alakis’ se définit comme un Mouvement Populaire de Banlieue qui a vu le jour à L’île-Saint-Denis (93) et qui propose de nombreuses créations artistiques. Emmené par Jalil Naciri (révélé par la série télévisée PJ et scénariste et producteur sur La planque), ses membres proposent un regard différend, loin des stéréotypes sur la culture et le patrimoine de banlieue que le lexique contemporain qualifie de culture urbaine et qu’eux appellent à la Kis’ ! Cette expression fait référence à une boite de nuit qui s’appelait le « KISS CLUB » à Paris et qui recevait la clientèle banlieusarde attirée par la Soul, le Funk, et le Disco. Un endroit très populaire et mythique à la fin des années 1970…

En 2011, c’est du cinéma dans la lignée des films de Michel Audiard ou de ceux avec le Belmondo de la grande époque dont l’équipe d’Alakis’ se réclame. Kalid Bazi, l’un des producteurs et le compositeur de la bande son funky qui rythme l’action avec panache, confirme la volonté de perpétuer la tradition. « Tout en gardant une dimension sociale dans certains dialogues, notre objectif est de faire marrer les gens avec une comédie extrêmement populaire. » Et quand on lui demande si La planque est un film de banlieue, ce trentenaire volubile est catégorique : « Non. Mais ça transpire les quartiers populaires… C’est surtout un film très décalé ! »

Ahcen Titi, comédien depuis 1993, qui interprète le chauffeur peu fiable qui plante le braquage, a grandi dans la Cité Allende de Saint-Ouen (93). Lui aussi réfute le terme de film banlieusard : « C’est un film français populaire bourré de références. Aucune casquette à l’envers et aucun dialogue « wesh wesh » dans La planque… », ce que confirme Gilles Bellomi, un autre des pied-nickelés du gang de braqueurs le plus poissard que le cinéma mondial ait connu. « Il ne faut pas s’attendre à voir des clichés sur la banlieue. C’est une pure comédie mais qui parle aussi de valeurs humaines, de « la mentale » (savoir rester fidèle dans ses amitiés quoi qu’il arrive). Et puis il y a aussi des petits messages qui sont véhiculés… »

Gilles ne cesse de sourire, lui qui a assisté à toute la projection au côté du public pour guetter ses réactions : « Il y avait peu de membres de notre entourage à cette projection. La majorité du public était « du vrai public », qui ne nous connait pas personnellement. Or il a vraiment réagi là où on espérait qu’il réagisse ! » Gilles Bellomi, qui a gardé son vrai nom dans la fiction, ne redescend pas de son nuage : « C’est notre film « de famille » qui était présenté ce soir. On est toujours là pour les uns et pour les autres, quand il y a une naissance par exemple… Alors voir notre effort collectif autour de ce projet aboutir ! Et puis il y a Luc Besson. Quand j’étais jeune, il faisait partie de mes réalisateurs préférés. J’avais adoré Subway. Aujourd’hui, il est notre producteur et distributeur… »

Lundi soir à Rosny2, la bande d’amis qui pose sous les flashes des photographes à l’avant-première de leur long métrage ne fait pas qu’immortaliser un moment fort dans une carrière. Elle vient de réaliser un rêve.

Sandrine Dionys

Photo :  Le Parisien

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021