Être élégant, à tout moment de la journée, peu importe les circonstances, tout en prenant garde de respecter la “trilogie des couleurs”, c’est-a-dire ne jamais dépasser plus de trois couleurs différentes, tels sont les commandements de la SAPE, communément appelée la sapologie.

La SAPE, pour Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes, est une mode vestimentaire née après les indépendances des deux Congos, Brazzaville et Kinshasa. C’est au détour d’une rue, la rue Panama du quartier de Château Rouge, que j’ai fait la rencontre d’un des fers de lance de cet art de se vêtir. Art qui a traversé le temps et les frontières, tant il est vrai que ses adeptes, d’origines diverses et variées, se comptent par milliers aujourd’hui en France.

Niché au fond de sa boutique de mode au nom évocateur, Connivences, dédiée exclusivement à la SAPE, l’homme paré d’un chapeau, d’une veste marron porté sur un pull rouge, sous lequel  on peut entrevoir les manches d’une chemise bleu ciel, me reçoit au milieu de costumes aux couleurs arc-en-ciel. Son pseudonyme est Bachelor et la SAPE est sa philosophie de vie.

Mon petit – terme affectueux – viens, je vais tout te dire sur la SAPE”, me lance t-il dès mon arrivée. Avant d’enchainer, “la SAPE c’est avant tout l’art de s’aimer, de mettre en avant sa personne. Elle prend en compte notre culture africaine. Avec cet art, nous allons donc au delà des normes qui subsistent aujourd’hui en Europe. ” Emporté par sa passion, il s’interrompt et me montre un costume rose. “Tu vois ce costume? les jeunes de ton âge n’oseront pas porter ce type de couleur car vous êtes conformistes”.

Puis, il conseille un client sur un costume rouge bordeaux en velours avant de me confier que “la SAPE c’est le dandysme à l’africaine.” Devant ces mots, le client qui se fait appeler “le Keynésien” m’interpelle et rajoute. “Le sapeur doit s’habiller pour se faire plaisir car le corps est le temple du Saint Esprit. Il doit communiquer la joie en égayant le monde autour de lui. Un sapeur n’est pas anonyme.”

Le sapeur apparaît alors comme un esthète, un gentleman des temps modernes, qui obéit à des codes moraux et dont la pensée va au-delà de l’apparence. De fait, au vue des descriptions données par les deux hommes, l’adepte de la sape doit être discipliné, respectueux et humble. En outre, il doit être une personne « qui ne glorifie pas l’habit » et doit accepter les autres tel qu’ils sont. C’est donc en réalité un personnage assez « cool » aux antipodes de l’image que l’on peut lui prêter. À savoir une image d’une personne inculte, sans goût vestimentaire, ni de connaissances relatives à la mode.

Je me surprends alors à imaginer l’un de ces costumes aux couleurs vives sur mon épaule, un chapeau panama fixé sur la tête,  déambulant, une canne dorée à la main, tel un dandy des temps modernes dans mon quartier. Néanmoins, l’on ne devient pas adepte de la SAPE du jour au lendemain tant il vrai qu’un sapeur doit absolument maîtriser à la lettre les règles de l’élégance masculine, initiées dans le livre l’éternel masculin de Bernhard Roetzel. Par ailleurs, une bonne culture générale et une excellente connaissance des tissus sont primordiales. Cela permet d’être en harmonie avec les saisons. Ainsi en ces temps glaciaux, le cachemire et le velours sont de mise tandis qu’en période estivale, par exemple, la laine vierge et le super 100 sont conseillés.

Devant tant d’exaltation, l’on se laisse volontiers emporter par l’amour que cet homme, fort sympathique, a pour cette mode vestimentaire, souvent discréditée de par son excentricité. Effectivement, cette dernière prend à contre pied le conformisme dans lequel notre société baigne. La SAPE devient alors un art de vivre dans lequel le sapeur tient le rôle d’artiste en quête perpétuelle d’originalité afin d’élever sa personne au rang de chef d’œuvre.

Mohamed K.

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021