En 2007, plusieurs membres de l’association L’Arche de Zoé s’envolaient pour le Tchad. Objectif : ramener en France 103 orphelins que des familles souhaitaient adopter. Échouée juste avant le rapatriement des enfants, l’opération vient d’être adaptée à l’écran par le réalisateur belge Joachim Lafosse. Les Chevaliers Blancs fait sa première mondiale au Festival de Toronto.
Rappelez vous cette opération qui avait défrayé la chronique en 2007, où de « pauvres orphelins » du Darfour devaient être rapatriés auprès de familles d’adoption françaises. Cela s’appelait L’Arche de Zoé et ce fut un naufrage, effectivement.
A l’époque, l’association L’Arche de Zoé collecte des fonds pour sauver des orphelins en détresse. Si l’intention est louable, la démarche, elle, laisse à désirer. Appuyés par une ONG locale, Children Rescue, et bénéficiant du soutien logistique sur place de l’armée française, plusieurs membres de l’association tentent d’évacuer de manière illégale 103 enfants « originaires du Tchad et ayant au moins un parent en vie » selon l’AFP, via un Boeing 757 loué pour l’occasion.
Au Tchad, dix-sept personnes – dont six membres de l’association et trois journalistes – sont arrêtées et écrouées. Condamnées à huit de prison et de travaux forcés pour « tentative d’enlèvement » ainsi qu’à 6,3 millions d’euros de dommages et intérêts par la Cour criminelle de N’Djaména, capitale du pays, les personnes inculpées sont finalement extradées par la France et graciées trois mois plus tard par le président tchadien Idriss Déby.
Renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris, certains bénéficient d’un non-lieu, d’autres écopent de trois ans de prison dont un avec sursis et 50000 euros d’amendes, voire de six mois à un an de sursis. En 2008, François Fillon déclare que la France ne paiera pas les 6,3 millions d’euros réclamés par le Tchad. En 2013, l’association L’Arche de Zoé est condamnée à verser 100 000 euros d’amende. Le fondateur de l’association Eric Breteau et sa compagne Émilie Lelouch sont libérés sous contrôle judiciaire.
Les Chevaliers Blancs, Zorros du Sahel ?
Ce sujet épineux vient donc d’être adapté à l’écran par le réalisateur belge Joachim Lafosse (A perdre la raison, Élève libre). Au casting, des comédiens de poids constitués d’une Palme de l’interprétation masculine (Vincent Lindon, en Eric Breteau) et d’un César du meilleur espoir masculin (Réda Kateb, en partenaire local désabusé), épaulés par Louise Bourgoin (campant une Émilie Lelouch, toute en mine serrée) et Valérie Donzelli (la journaliste Françoise Dubois, perdue entre professionnalisme et sentimentalisme). Décidant de placer son intrigue au Tchad, Joachim Lafosse situe sa fiction du côté de l’avant, des conflits et des prises de décision. Loin des procès judiciaires et médiatiques qui suivirent cette affaire.
Tourné au Maroc et produit par Sylvie Pialat (Les Films du Worso, à qui l’on doit récemment Timbuktu) et Versus Productions, Les Chevaliers Blancs revient avec force sur le fiasco d’une mission humanitaire jouant à la fois sur les mensonges et les bons sentiments.
Dans la mise en scène de Lafosse, pas de faux-semblants. Sous la chaleur tchadienne, les personnages nous sont livrés bruts, suants, râlant, pleurant, criant surtout. Car les désaccords sont nombreux au sein de l’organisation, avec les chefs de village, à cause de prises de risques non assumées ou de décisions réfutées. Naïveté, corruption et obstination sont autant de leviers utilisés dans les rapports humains dépeints par Lafosse pour décrire le côté insensé de l’action à laquelle peu de gens ont assisté, mais sur qui tant de rumeurs ont circulé.
Les enfants ne sont pas mis en exergue pour émouvoir le spectateur. Filmés à distance, collectivement, ils ne peuvent être distingués les uns des autres, rappelant le caractère impossible des recoupes tentées par l’association pour savoir qui possède des parents et qui est réellement orphelin. A l’exception d’Ismaël, jeune de 7 ans trop « vieux » pour être adopté, que la journaliste prend d’affection, comme un effet miroir de l’humanité et de l’amour à donner que nombre de familles d’accueil ont ressenti en finançant ce projet.
Gageons qu’à l’occasion de sa sortie en salle, Les Chevaliers Blancs fera encore couler beaucoup d’encre. Et que l’État nous éclairera peut-être davantage sur ce qu’il s’est passé.

Claire Diao, à Toronto

Les Chevaliers Blancs de Joachim Lafosse – Belgique/France – 112 min
Avec : Vincent Lindon, Louise Bourgoin, Valérie Donzelli, Réda Kateb…
Sortie française le 20 janvier 2016.

Crédit photo: Courtesy of TIFF

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021