Le département n’est pas qu’une friche industrielle parsemée de tours ou de pavillons, nombres d’artistes à l’étroit dans la capitale l’ont compris. Des événements destinés à les faire connaitre et reconnaître se multiplient.

Il y a comme un parfum d’été, le printemps pointe le bout de son nez faisant éclore une ribambelle d’expositions culturelles. Après le Printemps des poètes et le salon du livre, c’est au tour de l’art contemporain d’être à l’honneur avec « Open your Art » qui s’est déroulé au coeur du Nord-est parisien. L’événement s’est décliné sur 14 lieux de création et de diffusion où se sont déroulées les visites, la découverte de coulisses, des rencontres, des parcours artistiques… Faites l’amour pas la guerre, l’art murmure même à ceux dont la sensibilité est enfouie sous une armure.

Dimanche 6 avril a marqué la fin de 3 semaines sous le signe de l’art contemporain d’une façon insolite. Ne soyez pas contents pour rien… On n’est pas là pour s’amuser, mais pour la visite-performance d’un musée par un artiste plasticien : François Durif. Passionné d’histoire et des mots il nous a convié à le suivre dans ce lieu où le silence est roi, le musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis (93) implanté dans un couvent carmélite.

logo_OPEN_YOUR_ART_VERTC’est un lieu oppressant, l’architecture, les murs semblent vous juger constamment. L’artiste par sa volonté et sa bonhomie désacralise cette bâtisse. Le chemin de croix dans cette prison spirituelle commence par la découverte d’une apothicairerie, une pharmacie d’antan. Dans ce lieu de recueillement, de foi et de pénitence, les mots sont d’or et le silence est d’argent. Tapissées sur les murs et sur les sols des phrases sont à méditer, des sentences comme le mentionne notre guide. Ce sont des phrases chocs et existentielles qu’on appellerait aujourd’hui des punchlines.

« Vous serez justifiés ou condamnés par vos paroles ». Une phrase qui prend tout son sens dans ce couvent. On arrive aux chambres, une pièce rudimentaire qu’il nomme cellule. L’artiste nous donne une anecdote pour illustrer cet endroit signé Madame Louise (maîtresse des novices) :

« Une carmélite dans sa cellule est mieux qu’une princesse dans son palais. » La traversée continue avec des sentences de plus en plus complexes. « On passe toute sa vie à se projeter, il en faudrait une autre pour exécuter. » Au détour d’une pièce il nous fait plonger dans l’art contemporain avec son oeuvre sous forme d’une vidéo. Le but est de transmettre un message avec une action-geste pour exprimer un sentiment. Avec Trop de clefs, la vidéo du plasticien, il dénonce un enfermement qui fait écho dans ce couvent.

Avant le terme de la visite, on découvre une partie du musée dédié à l’illustre Paul Éluard. Étant originaire de Saint-Denis, le musée lui rend hommage. La fraternité avait un sens autre à l’époque… Les artistes s’entraidaient au lieu de cette vaine rivalité actuelle, confie François Durif. Pablo Picasso était l’ami de Paul Éluard, et on peut voir le vase que lui a confectionné son camarade et des ébauches de son poème phare, Liberté :

Et par le pouvoir d’un mot 

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer : Liberté 

L’artiste conclut avec une sentence qui l’interpelle particulièrement et qui d’après lui, fait écho avec Saint-Denis : « Les renards ont leurs tanières et les oiseaux du ciel leurs nids, mais le fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête. »

Lansala Delcielo

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021