Elle nous retrouve au retour du Festival international de Clermont-Ferrand (63) où elle a remporté la Bourse des Festivals Kissfilms parmi 60 autres projets . « Il y a eu deux sentiments. Le premier, c’est que le travail paye. Le deuxième, c’est qu’on va enfin pouvoir nous écouter. Nous, les populations qu’on a, à un moment donné, décidé de mettre de côté ».

A l’origine de cette bourse, un projet de fiction, Le bleu, blanc, rouge de mes cheveux, dans lequel Josza Anjembe raconte l’histoire d’une jeune fille souhaitant acquérir la nationalité française à laquelle son père sénégalais s’oppose farouchement. « Comment gérer l’appartenance à un même pays, de naissance pour l’un et d’accueil pour l’autre ? », interroge celle qui considère faire partie d’une génération « traumatisée ». « Nous sommes à cheval entre les cultures, entre les hommes et les femmes, les rapports économiques et géopolitiques. Tout est en mutation. C’est à nous d’impulser le rythme ».

Le rythme, Josza Anjembe l’a imprégné depuis sa naissance, à Paris, en 1982. Née avec un frère jumeau d’une mère infirmière et d’un père ouvrier camerounais, elle grandit à Bondy (93) jusqu’à l’âge de 7 ans puis s’installe aux Lilas (93) et à Paris, avant de revenir en Seine-Saint-Denis dans les villes de Pantin et du Pré-Saint-Gervais. « Le 93, c’est mon sang », affirme-t-elle en souriant.

De son enfance, reste un souvenir de « rires » (« on riait tout le temps, mais on travaillait ») et d’entraide (« on vivait tous ensemble, il n’y avait pas de hiérarchie »). Elève « qui fait des conneries sans jamais se faire attraper », Josza Anjembe passe un Bac ES puis intègre un Master Information Communication à Saint Denis (93). A l’occasion d’un stage à la télévision, elle devient enquêtrice puis casteuse en parallèle de ses études. Mais l’envie de s’exprimer est là. «L’image et le cinéma ont été un moyen d’exprimer ce que j’avais à dire».

Découvrant que des femmes camerounaises se font « repasser» les seins afin d’en freiner le développement, elle achète en 2011 une caméra et part tourner trois semaines au Cameroun. De retour, elle monte seule son premier documentaire, Massage à la camerounaise, mais doute de ses compétences. « Je me suis dit, envoie-le en festival et s’il est retenu, continue ». Banco. Le FIPA de Biarritz la sélectionne, Montréal et Créteil aussi. La chaîne LCP le diffuse à la télé. Avec son film suivant, K.R.U.M.P, une histoire du Krump en France, elle suit pendant quatre ans un groupe de danseurs « qui avaient tellement de souffrance en eux qu’ils préféraient danser plutôt que frapper ».

Le cinéma, Josza Anjembe s’y est pourtant intéressé « très tard » : « Enfant, je n’allais pas au cinéma, je ne regardais pas la télé. Je jouais du piano ». Douze ans de Conservatoire plus tard, elle se souvient du premier film qui l’a marquée : La couleur pourpre (« pour sa violence, sa sincérité »). Aujourd’hui, elle cite Terrence Malick, Lars Von Trier, John Cassavetes et Lionel Rogosin parmi ses cinéastes préférés. Et le cinéma asiatique : « mon devoir, c’est de voir ce qui se passe au-delà du cinéma européen ».

Si Josza Anjembe se refuse à parler du traitement médiatique des banlieues (« c’est trop violent ») et se sent représentée « en demi-teintes »  par le cinéma français qui a « imposé une certaine vision des minorités », son combat actuel est de «  dépasser ce conditionnement en s’autorisant à aller au-delà ». Car si dans sa vie, Josza Anjembe a toujours dû « se justifier », la nécessité de son travail s’inscrit maintenant dans l’idée que « tant que les choses resteront surprenantes, elles seront anormales ».

Alors, avec sa cinématographie, Josza Anjembe souhaite traiter de « la question de la femme, de sa condition », car c’est un sujet qui la touche « profondément » : « si je ne sais pas d’où je viens, je ne saurai pas où je vais ». Comme beaucoup d’autres français.

 Claire Diao

Crédit photo : (c) Julia Cordonnier – Les Amie(s) du Comedy Club

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021