Signé Amos Gitaï, Le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin revient sur l’assassinat du Premier ministre israélien, le 4 novembre 1995. Décryptage.

Avant de rencontrer le cinéma, Amos Gitaï souhaitait surtout suivre les traces de son père, architecte. Ses études sont interrompues par la guerre de Kippour durant laquelle il manque de se faire tuer. Il commence à tout filmer à travers sa caméra super 8. Son œil de réalisateur laisse transparaitre un dédale mental d’architecte. Son premier film, « La maison », décrit un chantier dans les petites rues de Jérusalem avec pour ciment les rêves et les souffrances des Israéliens et des Palestiniens. Il bâtit brique après brique son œuvre en ambitionnant d’injecter de l’espoir dans le réel. Sous l’influence revendiquée de Bertholt Brecht, il vit comme lui en exil pendant 10 ans à Paris à la suite de son documentaire, « Journal de campagne », tourné pendant la guerre du Liban. Parmi ses matériaux de prédilections, l’intime avec « Carmel » où il reproduit la correspondance de sa mère, ou « Lullaby to my father » dédié à son père chassé d’Europe par les nazis. Sa vie est très présente dans ses productions. Sa voix est précieuse dans ce climat hostile.

Il revient avec une reconstruction de l’assassinat du Premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, le 4 novembre 1995. Trois coups de feu. La balance tente de s’équilibrer entre les prises et les images d’archives dans un moment qui bouscule l’histoire contemporaine. En 40 ans, il se fait connaître en 90 réalisations : des longues, des courtes des fictions, des documentaires, des travaux expérimentaux ou des ouvrages désarticulés et réarticulés. De manière à se répondre comme des miroirs, l’architecte de la mémoire arrive-il encore à se retrouver, au milieu de son chantier ?

Images d’archives et documentation poussée

« La paix… Les gens n’osent pas exprimer ce mot » C’est déplorable, sans doute. «Le dernier jour d’Yitzhak Rabin» est un film très documenté qui montre avec effroi la montée du nationalisme de l’état juif, et le radicalisme avec lequel une partie du peuple, un certain peuple, considère leur ministre comme traître, juste parce qu’il entend reconnaître l’État palestinien en tant que tel. Son assassin, Yigal Amir, était un militant d’extrême droite radicalement opposé aux accords d’Oslo avec les Palestiniens, pour lesquels Yitzhak Rabin, Yasser Arafat et Shimon Peres avaient obtenu le prix Nobel de la paix en 1994. Le réalisateur a pu accéder aux retranscriptions des audiences de la commission d’enquête nommée pour élucider les circonstances de l’assassinat du Premier ministre. Amos Gitaï a aussi utilisé des images télévisées de discours d’hommes politiques, parmi lesquels Benjamin Netanyahu, lors de virulentes manifestations contre les accords d’Oslo.

Le film, qui a nécessité deux ans de recherches, mêle la campagne haineuse, menée par des rabbins délirants, des colons opposés à tout retrait des Territoires palestiniens et la droite parlementaire avec le Likoud déjà mené par Benjamin Netanyahu. L’horreur est perceptible d’un bout à l’autre de l’œuvre qui permet, sans la recouvrir, de dénoncer des manquements ambigus dans la chaîne de responsabilités s’agissant de la sécurité du président. La musique souvent lourde accompagne le propos, rajoutant ainsi de l’épouvante. Le silence prend une place importante comme pour retenir continuellement sa respiration dans un compte à rebours sans fin. Les plans sont mesurés comme celle du pistolet, montré à plusieurs reprises. Cette fois, il signe un long-métrage poignant, fort, qui recompose certes non sans parti pris, le souvenir d’un homme important. Malgré la longueur, le film s’écoule sans difficulté, et le spectateur ressort hanté par une histoire dont personne ne parle.

Une plaie ouverte dans l’histoire contemporaine israélienne

« Mon but n’était pas de créer un culte de la personnalité autour de Rabin, ni de le remplacer par un acteur. J’ai plutôt cherché à enquêter sur la campagne d’incitation à la violence qui a conduit à son assassinat« , a expliqué à l’AFP le réalisateur de 65 ans, présentant le film en compétition à la Mostra de Venise. C’est une plaie ouverte dans l’histoire contemporaine israélienne. Quatre moments clés peuvent être retenus. Durant la commission de l’enquête, la juriste fait son rapport. Elle remet les repères historiques à jour sous l’œil presque indifférent des trois juges. Les accords internationaux sont bafoués. Elle les explique et tente de les convaincre de juger les israéliens de leur manquement aux règles, sans issues. L’assemblée est bouillante. Le premier ministre se lève et quitte la salle. Le président de l’assemblée demande personnellement son retour. Sous les houements, il prend le micro et lance un présage qui s’annoncera véridique. Netanyahu le regarde et pense. Les affiches placardées de Netanyahu, à la FN, est l’image de fin. Le film commence par une interview avec l’un des bras droit du Premier ministre. A la question « Pensez-vous que le processus de paix aurait pu aboutir ? », il répond oui.

À la suite de son discours devant plusieurs dizaines de milliers de manifestants pour la paix, la vision de Rabin est-elle toujours envisageable ?

Gardons espoir.

Yousra Gouja

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021