Depuis 2015 et chaque année, le Festival Ciné Palestine (FCP) se donne pour objectif de « mettre sur le devant de la scène les cinéastes palestiniens contemporains. » Cette année, le focus est mis sur la bande de Gaza. Le Bondy Blog a rencontré plusieurs membres de ce collectif pour comprendre comment s’organise un tel événément, à la fois culturel et politique. Le festival se déroule du 30 mai au 10 juin.

En 2014, une dizaine de militants solidaires avec la Palestine décident de s’allier pour exporter leur lutte sur le grand écran. Leur composition, exclusivement féminine ou presque, est diverse et rassemble Palestiniens et alliés militants, membres du monde du cinéma et académiciens. Le festival s’attache à quelques règles : mettre en avant des cinéastes palestiniens, ne pas projeter de films financés par des institutions israéliennes et/ou promouvant la Hasbara, la propagande israélienne. C’est ainsi que le film Tel Aviv on Fire de Sameh Zoabi, en raison de ses financements et bien qu’il soit réalisé par un Palestinien, ne fait pas partie du cru 2019.

A Gaza, du cinéma mais pas de cinémas

Cette année, les spectateurs pourront découvrir Gaza « au-delà du commentaire misérabiliste et de la situation humanitaire », salue Ariadna, bénévole au FCP. Dans le film To My Father, on retrouvera les photographes qui ont capturé Gaza durant 50 ans. Dans l’Apollon de Gaza, on découvrira une histoire incongrue, celle des statues d’Apollon gazaouies. Dans Dégradé, le festival mettra à l’honneur le Gaza underground. Ces projections seront accompagnées d’expositions photographiques et de discussions avec les directeurs de films, sur leur travail ou sur la production cinématographique à Gaza.

Le festival met en avant l’enjeu culturel et politique du grand écran en Palestine. Ariadna explique qu’en Palestine, « il y a une reprise de l’identité à travers le cinéma, une façon de se remettre en cause, remettre en cause la société, de lutter contre l’image (du pays) dans les médias. » Cela se fait en dépit de restrictions, notamment à Gaza : il n’y existe plus de cinémas, tous détruits ou fermés lors des intifada ou par le Hamas. Seul un festival, Karama Gaza, projette des films en plein air à travers Gaza et son directeur sera présent à Paris pour présenter son projet.

Cette année pour la première fois, le festival s’engage aussi auprès des lycéens d’Aubervilliers, à travers un projet pédagogique au lycée Henri Wallon. Béatrice, bénévole au FCP et impliquée dans le projet, explique qu’elle et ses camarades « voulaient permettre à une classe de lycéens de construire son propre programme de courts-métrage, et de travailler tout ce qui est de l’ordre de l’éducation à l’image. » Le FCP a ainsi travaillé avec une classe de seconde à la programmation d’une série de court-métrages depuis février, et présenteront publiquement leur travail le 8 juin lors du festival.

Arno PEDRAM

Crédit photo : FCP

Articles liés

  • Les femmes de Saint-Denis se métamorphosent sur les planches

    Des femmes victimes de violences que le théâtre aide à se reconstruire. Le metteur en scène Luca Giacomoni a scellé un joli partenariat avec la Maison des Femmes de Saint-Denis pour faire jouer à ces comédiennes non-professionnelles une pièce inspirée d’un poème d’Ovide. Ça se déroule tous les soirs au théâtre de la Tempête, près du bois de Vincennes, jusqu’à vendredi 14 février. Le BB y a fait un tour.

    Par Floriane Padoan
    Le 12/02/2020
  • Les Misérables aux Oscars, pour mettre les mauvais cultivateurs des quartiers au banc des accusés

    Magda Maaoui est urbaniste et géographe, doctorante à l’université Columbia. Spécialiste des questions de ségrégation socio-spatiale, de gentrification et d’urbanisme participatif, elle a forcément vu d’un œil avisé le film de Ladj Ly, Les Misérables, en compétition ce dimanche aux Oscars. Elle en livre une lecture originale, axée sur ce que le film dit de la ville.

    Par Magda Maaoui
    Le 08/02/2020
  • L’arpentage, lire ensemble pour lire mieux

    Comment lire, comment s’instruire quand on rentre fatigué du travail ou qu’on n’a pas tous les codes ? Depuis plus d’un demi-siècle, la culture ouvrière a diffusé une méthode originale de lecture collective : l’arpentage. Une association l’expérimentait fin novembre dernier à Paris. Reportage.

    Par Floriane Padoan
    Le 03/02/2020