Bron, dimanche soir, 21 octobre au cinéma Les Alizés. Soirée d’ouverture de Karavel, festival de la danse hip hop. A l’initiative, l’acteur incontournable en la matière, la compagnie Käfig: 10 ans d’existence (leur premier spectacle éponyme date de 1996), des représentations partout dans le monde, plus d’une dizaine de spectacles créés et de nombreux projets pédagogiques. Et tout ça grâce à un homme, Mourad Merzouki, le directeur artistique. Il s’est battu pour en arriver là, montrant sa détermination : « Affranchir le hip-hop, s’affranchir des clichés et des idées reçues et s’émanciper des poncifs du genre, hip hop mouvement social, pour ériger ce langage en mode d’expression artistique à part entière ». En résidence à Bron depuis 2006, Käfig revient aux sources en coordonnant le festival Karavel, avec comme maître mot: l’ouverture ! S’ouvrir aux autres disciplines, s’ouvrir à tous les âges (le public dans la salle du cinéma ne dément pas) et aux non-initiés.

Au programme, conférences, ateliers d’initiation, master-class et cette projection du film « Du lindy-hop au hip-hop », au cinéma Les Alizés. « Ce documentaire explique très bien d’où vient la danse hip hop aux connaisseurs comme aux non-connaisseurs ». Mourad insiste et justifie son choix : « J’avais pensé diffuser un film autour de la danse hip hop, que de la danse hip hop. Mais je trouve qu’on en a souvent une vision trop fermée. »

Au début, perplexe devant les images d’archives des années 30 de lindy-hop, danse qui s’est développée dans la communauté noire américaine de Harlem entre les années 20 et jusqu’en 1950, parallèlement au jazz et au swing. En couple ou séparé, c’est un mélange de danse, s’inspirant notamment du Charleston et des danses africaines, la salle se prend au jeu. Les extraits sont franchement impressionnants et on a l’agréable impression d’être en 1933, dans le club Savoy à Harlem, auprès de Duke Ellington et son orchestre, en train d’assister aux chorégraphies énergiques et contemporaines des danseurs. « Lorsque j’ai montré ce film à mes danseurs, beaucoup m’ont dit qu’ils retrouvaient des pas actuels du hip-hop », explique Mourad. Le message passe, et à chaque fin d’extrait, applaudissements spontanés dans la salle. « On n’invente rien, on prend l’existant, et on l’enrichit, on l’améliore. »

On prie ensuite le public de se rendre dans le hall du cinéma. En rond, assis ou débout, une petite scène s’improvise pour que les danseurs de la compagnie Käfig, habitués à des scènes mondiales prestigieuses, nous offrent une représentation, quelques extraits de leur spectacle «L’adapté». Le public est conquis, tellement conquis que s’ensuit un battle improvisé où des jeunes, avec énergie et bonne humeur, combattent en figure et en pas rythmés les danseurs pro (voir vidéo). Si l’objectif de la compagnie Käfig est d’ouvrir et partager la maladie du hip hop, on peut dire que c’est fait, le sourire et la passion de Mourad étant contagieux.

En rentrant, T2 arrêt des Alizés. Des mômes de Bron qui avaient brillé lors du battle improvisé à la soirée Karavel, continuent le show dans le froid. Une jeune fille à talons attend aussi le tram (15 minutes d’attente). Les mômes la chauffent, elle, se déchausse et commence à breaker. Etonnés, un échange scénographique s’installe. « Comment tu fais ça ? » « Ah ouais, mais ça, je sais pas encore le faire » « Et ça, tu sais faire ça ? » « Oh la la, elle t’a mis à l’amende. » Les pas de hip hop claquent sur le bitume et réchauffent les corps et les esprits en ce retour de l’hiver et ça fait du bien. Pour le partage et l’ouverture, Käfig a gagné !

Magalie Fargeix (BondyLyon)

Magalie Fargeix

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021