Bron, dimanche soir, 21 octobre au cinéma Les Alizés. Soirée d’ouverture de Karavel, festival de la danse hip hop. A l’initiative, l’acteur incontournable en la matière, la compagnie Käfig: 10 ans d’existence (leur premier spectacle éponyme date de 1996), des représentations partout dans le monde, plus d’une dizaine de spectacles créés et de nombreux projets pédagogiques. Et tout ça grâce à un homme, Mourad Merzouki, le directeur artistique. Il s’est battu pour en arriver là, montrant sa détermination : « Affranchir le hip-hop, s’affranchir des clichés et des idées reçues et s’émanciper des poncifs du genre, hip hop mouvement social, pour ériger ce langage en mode d’expression artistique à part entière ». En résidence à Bron depuis 2006, Käfig revient aux sources en coordonnant le festival Karavel, avec comme maître mot: l’ouverture ! S’ouvrir aux autres disciplines, s’ouvrir à tous les âges (le public dans la salle du cinéma ne dément pas) et aux non-initiés.

Au programme, conférences, ateliers d’initiation, master-class et cette projection du film « Du lindy-hop au hip-hop », au cinéma Les Alizés. « Ce documentaire explique très bien d’où vient la danse hip hop aux connaisseurs comme aux non-connaisseurs ». Mourad insiste et justifie son choix : « J’avais pensé diffuser un film autour de la danse hip hop, que de la danse hip hop. Mais je trouve qu’on en a souvent une vision trop fermée. »

Au début, perplexe devant les images d’archives des années 30 de lindy-hop, danse qui s’est développée dans la communauté noire américaine de Harlem entre les années 20 et jusqu’en 1950, parallèlement au jazz et au swing. En couple ou séparé, c’est un mélange de danse, s’inspirant notamment du Charleston et des danses africaines, la salle se prend au jeu. Les extraits sont franchement impressionnants et on a l’agréable impression d’être en 1933, dans le club Savoy à Harlem, auprès de Duke Ellington et son orchestre, en train d’assister aux chorégraphies énergiques et contemporaines des danseurs. « Lorsque j’ai montré ce film à mes danseurs, beaucoup m’ont dit qu’ils retrouvaient des pas actuels du hip-hop », explique Mourad. Le message passe, et à chaque fin d’extrait, applaudissements spontanés dans la salle. « On n’invente rien, on prend l’existant, et on l’enrichit, on l’améliore. »

On prie ensuite le public de se rendre dans le hall du cinéma. En rond, assis ou débout, une petite scène s’improvise pour que les danseurs de la compagnie Käfig, habitués à des scènes mondiales prestigieuses, nous offrent une représentation, quelques extraits de leur spectacle «L’adapté». Le public est conquis, tellement conquis que s’ensuit un battle improvisé où des jeunes, avec énergie et bonne humeur, combattent en figure et en pas rythmés les danseurs pro (voir vidéo). Si l’objectif de la compagnie Käfig est d’ouvrir et partager la maladie du hip hop, on peut dire que c’est fait, le sourire et la passion de Mourad étant contagieux.

En rentrant, T2 arrêt des Alizés. Des mômes de Bron qui avaient brillé lors du battle improvisé à la soirée Karavel, continuent le show dans le froid. Une jeune fille à talons attend aussi le tram (15 minutes d’attente). Les mômes la chauffent, elle, se déchausse et commence à breaker. Etonnés, un échange scénographique s’installe. « Comment tu fais ça ? » « Ah ouais, mais ça, je sais pas encore le faire » « Et ça, tu sais faire ça ? » « Oh la la, elle t’a mis à l’amende. » Les pas de hip hop claquent sur le bitume et réchauffent les corps et les esprits en ce retour de l’hiver et ça fait du bien. Pour le partage et l’ouverture, Käfig a gagné !

Magalie Fargeix (BondyLyon)

Magalie Fargeix

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021