L’affiche est bleue, porte haut les couleurs de la ville. Elle annonce une soirée Cosa Nostra pour le samedi 16 mai. A son verso, une liste peu commune. Les vieux de la vieille comme Akhenaton d’IAM, le Rat Luciano de la Fonky family et 3ème Œil côtoient des jeunes pousses confirmés comme Keny Arkana, Lygne 26 ou l’équipe de la Swija. Et la liste est longue comme le bras. Cela fait des années, que les acteurs du hip-hop marseillais n’avaient pas croisé le mike sur la même scène.

Jusqu’à présent, le milieu faisait plutôt parler de lui par ses dissensions. Brouille entre IAM et la Fonky Family après le succès des Bad Boys de Marseille, Disparition de la FF, départ du Freeman du groupe IAM il y a quelques semaines à peine. La grande famille du hip hop marseillais avait la douloureuse tendance à laver son linge sale sur la place publique. Alors qui est assez fou pour réunir anciens et nouveaux sur la même scène du Dock des suds ?

Il s’appelle Yssam Matmati. Avec son groupe Arsenal, né au quartier Saint Lazare, dans le 3e arrondissement, il fait partie de la jeune garde du hip hop marseillais. C’est lui qui est à l’origine de cette réunion de famille sans parrain, ni caïd. A la tête de son association International Musik, nouvellement créé, il a croisé son carnet d’adresse et des sous grappillés dans son entourage pour monter ce copieux plateau.

Marseille Bondy Blog : Le hip hop marseillais fait souvent parler de lui par les tensions et les disputes qui le traversent. Cela n’a pas été trop difficile de les réunir ?

Yssam Matmati : Finalement, non. C’est beaucoup de travail mais ça n’est pas si compliqué. Cela fait six mois que je suis sur ce projet et que je me démène du matin au soir. C’est sûr, cela en a étonné plus d’un de voir Akhénaton et le Rat Luciano sur la même affiche. Et pourtant, ils ont tous les deux accepté de partager la même scène comme au temps des Bad Boys de Marseille et du Shit Squad. C’est la preuve que l’on a enterré un peu trop vite le hip hop marseillais. Avec Marseille comme capitale 2013, il y a plein de choses à faire dans ce secteur.

Les artistes du hip hop marseillais ont donc encore des choses à partager ?

En fait, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les artistes marseillais sont toujours ouverts et prêts à faire de belles choses comme cette évènement. Peut-être parce qu’à Marseille, le hip hop reste une source de valeurs communes plutôt que de divisions. Et puis chacun sait que comme pour le foot, le hip hop continue de faire rêver les minots. Cela donne une responsabilité à tout le monde.

Pas de désistement de dernière minute à craindre comme c’est souvent le cas ?

Absolument pas. Il n’y aura pas de désistement. Je les ai appelés hier et, oui, ils seront tous là. C’est juste qu’il y avait une rumeur comme quoi Léa Castel [ancienne de la Popstar, ndlr] serait présente. Ce ne sera pas le cas et cela n’a jamais été prévu. En plus des 24 groupes annoncés, il y aura même des invités en plus comme les gars de Révolution Urbaine, un groupe du centre-ville, les Ghetto Stars de Félix Pyat et Burton, une star du R’N’B aux Comores.

Propos recueillis par Benoît Gilles (Marseille Bondy Blog)

Cosa Nostra, Concert et soirée, de 20 heures à 6 heures du matin aux Dock des suds avec Akhenaton, le Rat Luciano, 3ème Oeil, Keny Arkana, l’Algerino, Stone, Black Marché, Kalash l’Afro, Arsenal, 2Ser, Sale Equipe, Ennemi d’Etat, Mino, Lygne 26, Carpe Diem Aziatik, Swija, Lorenzo, Zéphir, K.Délit, Sorya, Mic Délit, Puissance Nord, Samara…

Benoît Gilles

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021