Telle la madeleine de Proust, la mort du chanteur ravive des formidables souvenirs.

Avant 2003, je ne connaissais pas David Bowie. J’écoutais certaines chansons par hasard depuis ma chambre. À 14 ans, le rock était loin d’être ma préoccupation première. La magie se produisit soudainement avec l’album Reality et le tube New Killer Star, qui tourna en boucle dans la voiture et à la maison. Le rythme et la sonorité de ce morceau m’enthousiasmaient. Souhaitant prolonger mon éducation musicale, mon père eut cette idée de génie de m’emmener voir le concert de Bowie à Bercy. Il était fan du Thin White Duke.

httpv://www.youtube.com/watch?v=fwH1g2fW6Pc

Ce partage entre deux générations fut un moment extraordinaire. Notre excitation me reste en mémoire. La performance et l’ambiance électrique qui y régnaient me firent comprendre que je vivais quelque chose d’historique. Je fus surpris par l’arrivée du chanteur habillé d’une simple chemise rouge. Sa fougue et sa prestance résonnent encore dans mon esprit. Nous étions si contents que, dans une douce inconscience, nous essayâmes d’obtenir un autographe, en vain, car il avait déjà filé. Puis mon goût pour David Robert Jones s’accrut. En une année, j’écoutai tous ces tubes. Adolescent, je m’identifiais à Rebel Rebel, je tombais moi aussi amoureux de la China Girl. Je partais rejoindre dans mes songes le fameux Major Tom avec une fusée. Le saxophone de Young Americans et la ballade Life on Mars me donnaient des frissons. J’étais ému. Les larmes me montaient aux yeux devant sa sublime interprétation dans le film Furyo réalisé par Nagisa Oshima.  Son style et sa prestance devinrent le modèle du dandy idéal. Comme dans sa chanson Changes, je voulais être un homme différent. En y repensant, sa musique m’a toujours plongé dans mon imagination.

httpv://www.youtube.com/watch?v=U16Xg_rQZkA

Ce ne pouvait donc être que mon père pour m’annoncer sa mort par texto lundi matin. Ce fut comme un flash : je revoyais le mythique panoramique avec en fond sonore Modern Love dans Mauvais Sang de Léos Carax. La pochette de Heroes, mon album préféré. Les soirées où je dansais sur Let’s Dance. Le morceau The Next Day, que j’ai passé lors de ma première émission de radio. Je me remémorais ses yeux vairons ainsi que son costume bleu turquoise et son clip Under Pressure posté fièrement sur la page de mon compte Skyblog. En y réfléchissant, David Bowie a souvent été présent dans ma vie. Il fut mon premier guide dans le rock et restera l’une de mes seules icônes. Et, plus important que tout, il est le musicien qui  fait le lien entre deux générations et me rapproche de mon père.

Lloyd Chéry

Articles liés

  • Paris 8, est-elle toujours la fac du hip-hop ?

    Le hip-hop et Paris 8, c’est une vieille histoire d’amour. Dès les années 90, l’université participe à l'émergence du hip-hop en France. Après plusieurs années où cette histoire a été oubliée, « la fac hip-hop » renoue avec son héritage. Depuis 2015, l’université organise un festival de rentrée, le Grand 8. Une scène qui accueille cette année les prestations des finalistes de "Rappeuses en liberté".

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2022
  • Small Axe : une série au service des siens

    Le réalisateur oscarisé Steve McQueen a réalisé pour la chaîne BBC une anthologie de cinq films retraçant l'histoire de la diaspora antillaise dans l'Angleterre des années 1970 et 1980. Disponible en France sur la plateforme Salto, Small Axe est une œuvre foisonnante qui réaffirme les missions du service public. Critique.

    Par Meline Escrihuela
    Le 20/09/2022
  • Deux secondes d’air qui brûle : la poétique du brasier de Diaty Diallo

    Une cité sans nom qui rappelle la Place des Fêtes avec feue sa pyramide, la banlieue Est. Un de ces endroits où « rien de ce qui apporte du confort ne dure ». Son architecture, ses habitants, sa vie tranquille malgré tout. Deux secondes d’air qui brûle (Editions du Seuil, 2022), le premier roman de Diaty Diallo, nous a secoués. Interview.

    Par Nassera Tamer
    Le 12/09/2022