On en apprend tous les jours et à ce qu’il paraît, surtout à mon âge ! Mais il y a des choses qu’on découvre et qui nous surprennent plus que d’autres. Ainsi, le jour où j’ai su que des célébrités du show-biz avaient honoré Bondy de leur présence, ça m’a un peu plus intriguée que les efforts déployés par mon prof de maths pour nous faire comprendre que « X x X = X2 ». Si je vous dis que des artistes comme Johnny Hallyday, Carla Bruni, Mylène Farmer, Charles Aznavour ou encore Prince sont venus à Bondy, vous y croyez ?

Je vous imagine sceptiques, vous pensez là qu’il s’agit de rumeurs… Vous avez tort. Prince et les autres personnes précitées ont bel et bien révisé leur répertoire dans notre humble petite ville. Vous savez où ? Dans la zone industrielle Marcel Dassault de Bondy, au Planet Live. Dominique Harel et Kilong sont deux associés improbables qui depuis six ans gèrent le Planet Live, une entreprise. Ils ont aujourd’hui une quinzaine d’employés qui s’occupent des studios de répétitions.

Il y a même une scène dont la configuration peut évoluer pour mettre les artistes dans les conditions qu’ils rencontreront en live. La scène de 450m2 peut prendre la forme de celle du Zénith de Paris, de Bercy… Incroyable ! Planet Live met également à disposition toute sorte de matériels, appelée Backline dans le métier.

Aux dernières nouvelles, les patrons ont acheté un nouveau local à proximité, de 300m2, un endroit où des artistes pourront se produire sur scène. Ce nouvel endroit branché va s’appeler le « Guest live ». Ces concerts se dérouleront tous les jeudis soir, gratuitement et si ce concept marche bien, le Guest live pourrait également ouvrir le mardi soir. Et tout ça à Bondy.

J’ai rencontré Farid, gérant de l’entreprise Les Nouveaux traiteurs, qui de temps à autre assure la restauration – le « catering », on dit – des personnes fréquentant le Planet Live. « Les artistes viennent en général une semaine ou deux avant une grande scène ou avant d’entamer une tournée pour répéter et se mettre en condition », explique-t-il.

Les vedettes qui ont défilé au Planet live ? La liste est longue, citons : Charlie Winston, Florent Pagny, Mc Solaar, Julie Zenatti, Jacques Dutronc, Iron Maïden, Lara Fabian, Christophe Willem, Francis Cabrel, Hélène Ségara, Alain Bashung, Benjamin Biolay, Idir, Jane Birkin, Zazie, Christophe Mae, Grand Corps Malade, Leslie, Yannick Noah… Et j’en passe.

Naturellement, un énorme service de sécurité pare à tous risques et dangers. Si ces artistes répètent à Bondy, c’est pour être un peu à l’écart, donc ne tentez même pas de taper l’incruste au studio pour assister à une répétition de Madonna ou de Mickael Jackson (ah non, il est mort). Barack Obama un jour au Planet Live ? Pourquoi pas, s’il décide, à la suite des vedettes de l’UMP, de se lancer dans la chansonnette.

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021