Mercredi matin, 10 heures. Il y a de la madone dans l’air. La foule se masse devant les grilles de la Fnac du Centre Bourse, à Marseille. Leur objectif : décrocher le sésame afin d’assister au concert de « la reine de la pop » donnera le 19 juillet au Stade Vélodrome. Un an après avoir enflammé Nice, Madonna sera à cette date-là dans la cité phocéenne, dans le cadre de son « Sticky and Sweet Tour ». Les fans de la chanteuse ne pouvaient pas rater ça. 70000 places sont mises en vente en magasins et sur Internet.

Ambiance calme dans la file d’attente. Manque d’enthousiasme ? « Pas du tout, je suis très heureux de venir dès l’ouverture, je veux ma place et j’ai hâte d’être au concert qui s’annonce très hot comme toujours, lance Eric, cadre de 42 ans. C’est juste que je me suis assagi avec l’âge, comme la majorité des gens présents. »

Bien observé. Les 15-30 ans, les jeunes, donc, ne sont pas légion dans le magasin. La plupart des fans présents ont entre 35 et 55 ans. Mais une fois le ticket en main, chacun laisse exploser sa joie, à sa manière. « J’ai mes quatre places, je suis trop heureuse », crie Stéphanie en quittant la caisse. De son côté, Thierry frappe dans ses mains et lâche un « yes » de soulagement en sortant de la boutique.

Avec un prix de vente entre 71,5 et 143 euros, le concert de Madonna n’est pas à la portée de tous. « J’ai mis de côté l’argent que j’ai eu à Noël pour me payer cette place », avoue Natacha, lycéenne, seule représentante « jeune » sur place à l’ouverture de la billetterie. L’adolescente sait qu’elle ira seule au Vélodrome pour voir son idole. « Aucune de mes amies ne veut m’accompagner, car elles jugent le prix excessif, mais quand on imagine l’ambiance qu’il y aura et le spectacle que ça sera, je trouve que c’est pas cher payé. »

L’âge de la chanteuse, ajouté aux tarifs élevés des places, explique le peu d’engouement du public ado pour le concert du 19 juillet. A 50 ans et avec 27 ans de carrière derrière elle, Madonna ressemble de plus en plus à la « mamie de la pop ». Fidèle, son public la suit de décennie en décennie. Malgré quelques récents succès, notamment aux cotés de Justin Timberlake, la star américaine ne semble plus séduire les nouvelles générations. Ne restent que les « vieilles », comme Annick : « J’étais à Nice l’année passée mais je voulais absolument la revoir à Marseille. Qu’importe le prix, c’est un spectacle à ne pas rater et peu importe si ma fille ne me comprend pas. »

Julien Ben Bouali (EJCM)

Julien Ben Bouali

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021