Mercredi matin, 10 heures. Il y a de la madone dans l’air. La foule se masse devant les grilles de la Fnac du Centre Bourse, à Marseille. Leur objectif : décrocher le sésame afin d’assister au concert de « la reine de la pop » donnera le 19 juillet au Stade Vélodrome. Un an après avoir enflammé Nice, Madonna sera à cette date-là dans la cité phocéenne, dans le cadre de son « Sticky and Sweet Tour ». Les fans de la chanteuse ne pouvaient pas rater ça. 70000 places sont mises en vente en magasins et sur Internet.

Ambiance calme dans la file d’attente. Manque d’enthousiasme ? « Pas du tout, je suis très heureux de venir dès l’ouverture, je veux ma place et j’ai hâte d’être au concert qui s’annonce très hot comme toujours, lance Eric, cadre de 42 ans. C’est juste que je me suis assagi avec l’âge, comme la majorité des gens présents. »

Bien observé. Les 15-30 ans, les jeunes, donc, ne sont pas légion dans le magasin. La plupart des fans présents ont entre 35 et 55 ans. Mais une fois le ticket en main, chacun laisse exploser sa joie, à sa manière. « J’ai mes quatre places, je suis trop heureuse », crie Stéphanie en quittant la caisse. De son côté, Thierry frappe dans ses mains et lâche un « yes » de soulagement en sortant de la boutique.

Avec un prix de vente entre 71,5 et 143 euros, le concert de Madonna n’est pas à la portée de tous. « J’ai mis de côté l’argent que j’ai eu à Noël pour me payer cette place », avoue Natacha, lycéenne, seule représentante « jeune » sur place à l’ouverture de la billetterie. L’adolescente sait qu’elle ira seule au Vélodrome pour voir son idole. « Aucune de mes amies ne veut m’accompagner, car elles jugent le prix excessif, mais quand on imagine l’ambiance qu’il y aura et le spectacle que ça sera, je trouve que c’est pas cher payé. »

L’âge de la chanteuse, ajouté aux tarifs élevés des places, explique le peu d’engouement du public ado pour le concert du 19 juillet. A 50 ans et avec 27 ans de carrière derrière elle, Madonna ressemble de plus en plus à la « mamie de la pop ». Fidèle, son public la suit de décennie en décennie. Malgré quelques récents succès, notamment aux cotés de Justin Timberlake, la star américaine ne semble plus séduire les nouvelles générations. Ne restent que les « vieilles », comme Annick : « J’étais à Nice l’année passée mais je voulais absolument la revoir à Marseille. Qu’importe le prix, c’est un spectacle à ne pas rater et peu importe si ma fille ne me comprend pas. »

Julien Ben Bouali (EJCM)

Julien Ben Bouali

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021