Elles viennent de dépasser les trois millions de vues avec leur dernière vidéo, postée il y a à peine une semaine sur YouTube. Outre-Atlantique, le Time leur a même consacré un article. Rencontre avec les LEJ, originaires du 93.

Elles s’appellent Lucie, Elisa et Juliette, ont grandi dans le même quartier à Saint-Denis, et elles ont fait la première partie de Pharrell Williams à Monaco il y a peu.  La recette de leur succès ? Deux voix puissantes (Lucie et Elisa) et un violoncelle (Juliette) qui reprennent les chansons du moment qu’elles apprécient, et pour seul moyen de promo les réseaux sociaux. La rencontre se fait à la terrasse d’un café du centre-ville dionysien en ce mois de juillet étouffant. LEJ (prononcer « elijay »), est donc l’acronyme issu des prénoms de ces trois jeunes musiciennes de 21 ans, qui se connaissent depuis presque autant d’années.

A l’automne 2013, elles décident de former un groupe pour participer au concours « Chorale Tryo » organisé par le groupe éponyme. C’est l’acte fondateur de LEJ. Leur victoire au concours leur permet de se produire sur scène aux côtés de Tryo au festival des Nuits de Champagne à Troyes, mettant ainsi définitivement un pied dans le monde professionnel de la musique, un monde qu’elles ont toujours côtoyé. Dès l’âge de 5 ans, elles ont fréquenté le conservatoire de Saint-Denis. Lucie et Elisa ont ensuite fait leur armes pendant dix ans à la maîtrise de Radio France, chœur d’enfants professionnel de musique classique avec cours le matin et chant l’après-midi. Juliette a elle aussi suivi ce type de cursus, mais en pratiquant le violoncelle au conservatoire, avec des horaires aménagés cette fois.

En deux ans, Lucie Elisa et Juliette ont repris une vingtaine de titres. De Survivor des Destiny’s Child à Tous les mêmes de Stromae,  en passant par Seine Saint-Denis Style de NTM. Cette dernière reprise avait initialement été faite pour leur passage au festival de Saint-Denis l’année dernière et a très bien fonctionné. Cette ode à leur ville et département d’origine a d’ailleurs fait l’objet d’un clip original tourné à Saint-Denis avec Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade.

 « Saint-Denis, on en est fières, tout le monde se connait, tout le monde se croise, avant on avait aussi le café culturel (fermé depuis). C’est un peu un monde à part Saint-Denis, je pense qu’on est un peu tous fiers de porter des projets, c’était NTM avant par exemple. Nous on est un peu le paradoxe, on a fait notre scolarité à Paris, on vient du monde du classique et à côté de ça on habite en banlieue et on fait du NTM, on aime bien ces contradictions-là » expliquent Elisa et Lucie.

L’histoire des LEJ est aussi faite de rencontres, le plus souvent dans les backstages de festivals, avec des artistes parfois mondialement connus comme Cris Cab, le protégé de Pharell Williams, avec qui elles ont repris « Liar Liar« . Juliette a aussi eu la chance de rencontrer Fakear, un artiste montant de la scène électronique française, lorsqu’elle était à la fac. Elle l’a d’ailleurs suivi sur plusieurs dates de sa tournée de l’hiver dernier, en l’accompagnant sur scène avec son violoncelle. Ces contacts noués ont assuré au groupe une visibilité sur les réseaux sociaux grâce au partage de leur vidéos, les aidant ainsi à se faire connaître.

Les LEJ visent maintenant une carrière professionnelle dans la musique, elles commencent à signer des contrats. C’est d’ailleurs grâce à Live Nation, organisateur et producteur de concert avec lequel elles vont signer un contrat, qu’elles ont fait la première partie d’un concert de Pharrell Williams en juin à Monaco. Malgré cela, elles créent leur musique en restant en « indé » (sans maison de disques) avec le producteur Tefa, une pointure dans le milieu du rap qui a travaillé avec Kery James, Diam’s ou encore Stromae.

Elles décrivent leur style comme étant du « roots-hip-pop-lyrique » et préparent un album avec les musiciens de Tryo qui sortira en 2016, mêlant compositions originales et reprises. « On a des compos prêtes, des maquettes en tête mais c’est long à faire surtout qu’on finit toutes nos études. Entre les concerts, le taf … on n’a pas eu beaucoup de temps, mais là on va s’y mettre à partir de septembre. Moi je ne vais faire que composer (…), maintenant si je me lève le matin c’est pour faire de la musique » commente Elisa, qui vient de finir son BTS d’architecture.

Le groupe va aussi participer en tant que choriste au projet live Autour de Nina, constitué de reprises de Nina Simone avec la chanteuse Camille. Chaque chanson présente un artiste différent. Ont notamment participé Yael Naïm, Olivia Ruiz ou encore Lianne La Havas. Après une prestation au studio 104 de Radio France l’année dernière, les filles ont franchi les portes du printemps de Bourges cette année avec ce projet et passeront par la philharmonique de Paris début septembre.

Elles seront en concert le 13 octobre en première partie de WALK OFF THE EARTH à l’Olympia.

Victor Mouquet

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021