Chaque année , Patrick Martin organise deux expositions d’arts plastiques présentant les œuvres des artistes : une exposition pour les travaux des adultes, qui a lieu ce mois de mars. Une autre, plus tard dans l’année, destinée aux créations des enfants. La salle d’exposition ressemble plutôt à une ruche dans laquelle les abeilles sont très actives… Les artistes sont bien occupés à installer leurs œuvres : sculptures, peintures…

Isabelle constate que depuis qu’elle peint, elle a acquis un regard professionnel sur la peinture : « Depuis six ans, je fais de la peinture à l’huile… J’aime partir des photos que je fais mais ce n’est pas de la copie conforme. Je ne vois plus la peinture de la même façon : je vois le travail que ça représente ». Chez Michèle, la peinture est une activité familiale et elle consacre naturellement une partie de son temps à cet art depuis son enfance. Michèle analyse sa pratique : « J’ai toujours dessiné. C’est une deuxième nature : ça fait partie de moi. J’avais un grand-père peintre qui était cartographe à l’armée française : il faisait les cartes à la main. Mon père peignait. Mon frère aussi. J’ai été accidentée à la main droite, je me suis donc mise à peindre de la main gauche et on ne voyait pas la différence. J’ai ainsi appris que j’étais ambidextre. Cela fait plaisir d’exposer : c’est une occasion parmi d’autres de montrer ce que tu fais ; ça situe ton niveau par rapport aux autres. Plus tu peins, plus tu as envie de peindre… Cela aide à s’élever, ça te pousse à voir d’autres expositions. C’est une richesse qu’il faut savoir entretenir… J’ai donc vendu quelques tableaux qui ont plu ; je suis contente de moi. Par contre, tu travailles en dents de scie ».

Pour Thérèse, la peinture lui permet avant tout d’oublier ses soucis : « En ce moment, j’ai plein, mais plein de soucis… mais quand je peins, j’oublie tous mes ennuis. C’est la quatrième année que je peins. Je fais de l’aquarelle, ça me plaît bien Heureusement car il n’y avait pas d’autre place ailleurs. Je n’ai pas fait beaucoup de progrès… Cette année, c’est difficile, je n’y arrive pas, j’ai beaucoup de mal à trouver du temps pour peindre ».

Muriel insiste sur l’importance de la convivialité lors des cours : « La peinture, c’est une détente, c’est un plaisir de reproduire quelque chose qu’on a aimé, et de rencontrer plein de personnes. On forme un petit groupe, on s’entend bien ; on partage les joies de la peinture depuis une dizaine d’années. Les peintres du cours d’aquarelle qui avait été supprimé à une époque, sont venus rejoindre notre groupe de pastel. Il y a une ambiance sympathique, un échange d’idées ».

Le soir même, tout est prêt pour le vernissage de l’exposition, en présence des professeurs municipaux d’arts plastiques et des Bondynois. Petit mais sympathique discours de l’attachée culturelle… suivi d’une visite de l’exposition. Il est bien rare de ne pas croiser des visages familiers. Je retrouve une voisine, accompagnée de son mari et d’un enfant, très surprise de découvrir les deux tableaux exposés par mon mari : « On est venu en pensant qu’aujourd’hui, c’était le début de l’exposition des œuvres des enfants. On ne savait pas que notre voisin faisait de la peinture. J’ai beaucoup aimé son tableau qui représente des bateaux sur le sable ». Des employés de la mairie proposent quelques boissons accompagnées de cacahuètes et autres graines à croquer. Les artistes et leurs familles ont concocté des petits plats salés et sucrés, préparés avec bonne humeur et amour, à partager après avoir admiré l’exposition… L’ambiance est chaleureuse : nombreux sourires, joie évidente de se retrouver…

Marie-Aimée Personne

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021