L’euphorie des Césars en plein mois de septembre, c’est possible ! Sauf que, hier soir, devant le théâtre du Chatelet, les flashs crépitaient moins et le tapis rouge répondait absent à l’appel des accessoires in-dis-pen-sables à une cérémonie. Pourtant, ça pousse et ça gueule pour pouvoir entrer aux Trophées des arts afro-caribéens (ex-Césaire). Les barrières vont bientôt lâcher et les mastodontes de la sécurité s’avoueront vaincus. Christophe, un spectateur que cette pagaille incroyable rend hilare, avoue « ne pas savoir en quoi consiste exactement la soirée » à laquelle il va assister. « Pour moi, c’est une découverte. »

L’organisation n’est pas parfaite, elle est même assez médiocre pour un événement qui s’annonce « exceptionnel ». Des robes ornées de brillants tentent de donner le change. Beaucoup ignorent que l’organisation de cette troisième édition fut très mouvementée. D’une part, la mairie de Paris qui pointe son nez et allonge 100 000 euros sur la table. D’autre part, les proches d’Aimé Césaire qui refusent que la cérémonie porte le nom du défunt. En 2008, on appellera donc ça « Les Trophées des arts afro-caribéens ».

Pour ne rien arranger, voilà le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) qui crie à la censure. D’après une feuille distribuée en salle de presse par Louis-Georges Tin, « le jury littéraire des trophées a découvert, à son insu, qu’un livre contre le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy (« L’Afrique répond à Sarkozy », éd. Philippe Rey) a été retiré de la sélection officielle, sûrement pour ne pas déplaire à la direction de France 2, qui enregistre la cérémonie ». L’ouvrage a été réintroduit in-extremis dans la sélection par le comité d’organisation pour éviter un clash dommageable. Mais ce jury-là a refusé de voter pour la catégorie « essais ».

Le prix a tout de même été attribué. Il est revenu à François Durpaire pour « L’Amérique de Barack Obama » (éd. Demopolis). Louis-Georges Tin, membre du jury en grève, un proche du maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë, dit ignorer qui a bien pu voter. Les organisateurs démentent catégoriquement les propos de Tin.

20h30 : quelques starlettes du petit écran suscitent l’excitation. Devant l’entrée dérobée pour VIP, le chanteur Willy Denzey avoue lui non plus « ne pas connaître le but de la soirée ». Pourtant, un peu plus tard, il recevra un prix. Dans la salle réservée à la presse, là encore, l’organisation laisse à désirer. Les journalistes, postés devant un téléviseur, sont dépités. L’un demande même « un boycott ». Le responsable com’ entre en action. Il rassure l’assistance et promet que les peoples viendront.

Quarante minutes de retard sur l’horaire prévu. Le jingle marquant le commencement de la cérémonie retentit enfin. L’animateur vedette de France 2, Olivier Minne (vous savez, le baraqué de Fort Boyad !), présente la soirée en duo avec Sonia Rolland, ex-Miss France. Sur scène, les prix se succèdent, les chansons aussi. Devant son poste, le bon téléspectateur se satisfera peut-être de cette cérémonie réglée comme du papier à musique.

La salle de presse pousse un « ouf » de soulagement quand quelques têtes connues font leur apparition pour se prêter au jeu des questions-réponses. Malamine Koné (trophée d’honneur), directeur de la marque ultra-connue Airness, juge cette cérémonie « importante ». Avant d’indiquer qu’il a « aidé financièrement ce projet ». L’homme, qui va « signer des contrats avec l’Oréal », part.

Puis, dans l’arène médiatique affamée, c’est le taureau Pascal Gentil, médaillé de bronze de taekwondo à Pékin, qui débarque. Lui aussi, peu bavard, estime que c’est « un événement rare ». Enfin, la réalisatrice Yamina Benguigui arrive. Mais aujourd’hui, Benguigui vient surtout en tant qu’adjointe au maire de Paris. Pour elle, « Paris doit être un leader en participant à de tels projets ». Dans les couloirs, on salue chaleureusement Lilian Thuram. On croise Soprano.

Ultime précision destinée aux mauvaises langues : cette soirée qui honore uniquement les artistes afro-caribéens, n’avait rien de communautariste…

Mehdi Meklat

C’est nettement plus sympa dans les coulisses


Trophées des arts afrocaribéens 2008
envoyé par Bondy_Blog

Vidéo réalisée par Widad Kefti

La cérémonie sera diffusée le 28 septembre à 20h40 sur France 0.

Légendes photos article, de haut en bas : hôtesses de la soirée; la slameuse Delphine II (à gauche) avec une amie; spectateurs dans l’entrée du théâtre du Châtelet.

A suivre en ligne : deux autres articles sur l’événement.

Mehdi Meklat

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021